Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2018

La "vraie droite" en appelle... aux guerres de religion

HdF1969_22ASaintBarthelemy_WEB.jpg

Bourde singulièrement étrange de la part d'un agrégé d'histoire :


 

Combien de temps les chefs de la Vraie Droite (et leurs consiglieri) croiront-ils séduire l'électeur en jouant les dingues ?

D'autant que si quelqu'un y joue mal, c'est bien leur numéro 1 : l'énarque-normalien-agrégé d'histoire Laurent Wauquiez, l'homme qui calcule et "se construit à long terme" comme dit son consigliere Camille Pascal  - lui aussi agrégé d'histoire avant une carrière de cabinets ministériels qui l'a conduit au Conseil d'Etat.

Dans l'article du Monde (28/02) sur le rôle de terrien cash joué désormais par Laurent Wauquiez,  Camille Pascal vient d'en proférer une belle. 

Commentant le "tournant de 2004"  où M. Wauquiez  changea de personnage en choisissant de se faire élire au Puy-en-Velay, M. Pascal (historien !) déclare : "Il s'est fondu dans son électorat. Le Puy-en-Velay, ce n'est pas neutre. C'est la France de la résistance catholique, la catholicité qui a résisté au protestantisme." 

Quoi ?

"La France qui a résisté au protestantisme"  ? Et M. Wauquiez aurait misé là-dessus, comme sur une ligne de force toujours active ?

Réalisons bien que M. Pascal, qui paraît prôner cette "résistance"-là, est : 1. historien ; 2. catholique... Qu'il ait l'air d'invoquer les effroyables guerres de religion ("résistance au protestantisme") comme une source d'inspiration identitaire pour aujourd'hui, est donc une double aberration : sur le plan historique, car c'est télescoper des époques sans commune mesure ; et sur le plan religieux, car c'est une pensée en rupture avec la foi et la pastorale de l'Eglise catholique.

Dans l'esprit du public français,  le spectre des guerres de religion du XVIe siècle n'a pas cessé de nuire au catholicisme. Saint Jean-Paul II a dit ce qu'il fallait en dire lors de la grande repentance du Bimillénaire. Paraître nostalgique de cette période (même par allusion) ressemble donc à une provocation ; je devrais envoyer un exemplaire de Cathos, ne devenons pas une secte à M. Pascal...

Sans oublier que son imagerie ligueuse fera rigoler les gens du Puy, électeurs modérés qui choisissaient des maires UDF ou PS  jusqu'à ce que M. Wauquiez  s'installe à l'hôtel de ville ! L'idée de prendre les Puytois de 2018 pour ceux de 1563 (siège par les Cévenols) est étrange de la part d'un agrégé d'histoire ; à ce compte, M. Pascal devrait se rendre à Domrémy demander aux gens s'ils ont peur des Bourguignons.

On me dit : "Mais non... Quand la Vraie Droite parle de "résister", elle vise les musulmans."  M. Pascal n'a pas dit ça. J'hésite à croire qu'il faille entendre "musulmans" quand il dit "protestants". Si c'était le cas, à l'absurdité se joindrait l'irresponsabilité (allusion de guerre civile)... et surtout la feinte : car tout le monde sait que, dans ce domaine, un président Wauquiez ne ferait pas autre chose que le président Sarkozy dont M. Pascal fut conseiller.

Je préfère croire que M. Pascal ne pensait pas aux musulmans mais vraiment aux protestants ; et il n'est pas édifiant de voir un agrégé d'histoire tomber dans des anachronismes d'agitateur.

 

 

C'était le bon temps ?

barthelemy.jpg

  

Commentaires

LE PROBLÈME

> Pour M. Wauquiez, le tournant "droite de gauche" - "droite de droite" intervint bien après 2004, je pourrais vous envoyer des articles bien ultérieurs où il s'amuse encore à jouer à l'homme de gauche. Ex : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/amara-apporte-de-l-oxygene-selon-wauquiez_467115.html
Il y en aurait cent. Je me souviens aussi d'une interview au "Figaro" où il louait la bande dessinée et les mangas japonais, forme d'art largement égale à la plus grande littérature - d'après Wauquiez numéro 1. Cela, par exemple : http://www.actuabd.com/+Le-porte-parole-du-gouvernement-aime-la-bande-dessinee+
Et puis, dix ans plus tard, cela : https://reporterre.net/Laurent-Wauquiez-le-demagogue-autoritaire-qui-deteste-l-ecologie
Naturellement, sur le mariage homosexuel, M. Wauquiez a fait la route inverse : quand on ne vit que de modes, il faut savoir en vivre jusqu'au bout.
Des mangas écologiques aux fantasmes de Saint-Barthélémy, de quoi vivent ces gens, je n'en sais rien. Mais il est certain que nous assistons à un tournant de civilisation. M. Wauquiez est certainement quelqu'un d'intelligent, de cultivé, formé aux meilleures écoles, qui connaît et aime l'héritage qui lui a permis d'être où il est. Mais il agit en tous points comme s'il était le cousin français de Trump.
Cela étant dit, l'assistance régulière à la messe est aujourd'hui en France si faible (en-deçà de 5%) qu'un décompte précis de la population pratiquante est devenu impossible : tous ces gens qui s'agitent politiquement autour du catholicisme s'agitent autour de rien ou presque rien, et sans doute le savent-ils au fond d'eux-mêmes. Au Puy-en-Velay comme ailleurs.

Maxime D.


[ PP à Maxime D :
- "Rien ou presque" sur le plan sociologique, sans doute. Mais la Révélation sur le plan fondamental !
- Reste que la diminution massive du nombre des catholiques croyants permet à la secte des ultras (hétérodoxes) d'accaparer la visbilité "catho" sur la Toile. D'où le problème : un milieu d'imposteurs pseudo-catholiques tournant le dos à l'Evangile et insultant le pape... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maxime D. / | 27/02/2018

LES PONOTS

> Ah, M. de Plunkett, les habitants de la bonne ville du Puy (qui se dépeuple d'année en année...) sont les Ponots, non les Puytois.

Maxime D.


[ PP à Maxime D. -"Puytois" est effectivement très rare, mais mentionné aussi sur le site du Puy... et j'ai craint que "Ponots" ne soit incompris du lecteur non au courant ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maxime D. / | 28/02/2018

RE-PONOTS

> les Ponots !
pas les Puytois !

EL


[ PP à EL - Pitié, messieurs ! (Même réponse qu'à Maxime D. : j'ai cherché le gentilé et j'ai trouvé les deux noms ; "Puytois" est en effet wiki-répertorié, sans doute par ancien réflexe de l'administration parisienne qui devait mal se voir parler de "Ponots".) ]

réponse au commentaire

Écrit par : eric levavasseur / | 28/02/2018

SARKOZY

> Tout cela nous ramène au temps où des excité(e)s à la fois ultra-cathos et ultra-libéraux "conseillaient" Sarkozy en lui soufflant des discours ridiculement cléricaux. Dont il ne pensait pas un mot.
Aussi à Marion M. Le Pen célébrant elle aussi la guerre contre les protestants (campagne 2017 dans le Vaucluse).
______

Écrit par : Amicie Terray / | 28/02/2018

QUINCAILLERIE

> La course-surenchère à la quincaillerie des "identités" mène à ce genre de conneries. Comme si les gens du Puy d'aujourd'hui étaient ceux de l'époque de la St-Barthélemy.
______

Écrit par : B. Le Diberder / | 28/02/2018

à B. Le D.

> Ce qui est grave c'est la dégradation de la connaissance historique réduite à une collection de faux clichés par les "identitaires", qui contaminent des ex-modérés.
______

Écrit par : André Biguet / | 28/02/2018

SI W. VEUT RALLUMER LA GUERRE DE RELIGION

> Si l'idolâtre Laurent Wauquiez veut rallumer la guerre,
nous émonderons la puante Babylone !
En avant guerriers de l'Eternel !
Psaume des batailles !
" Que Dieu se montre seulement,
Et l'on verra dans un moment
Abandonner la place;
Le camp des ennemis épars,
Épouvanté de toutes parts,
Fuira devant sa face.
On verra tout ce camp s'enfuir
Comme l'on voit s'évanouir
Une épaisse fumée.
Comme la cire fond au feu,
Ainsi des méchants devant Dieu
La force est consumée..."
______

Écrit par : Bonbonnoux / | 28/02/2018

INSENSÉ

> Notre hurluberlu parle "catholicité", c'est drôle, c'est un peu comme A. Soral qui "donne une leçon de théologie" [verbatim] au pape François qui ne défend pas la "catholicité" [sic].
Juste que pour Soral, l'ennemi de la "catholicité" c'est d'abord le "talmudo-sionisme" et les élites "talmudo-sionistes".
______

Écrit par : Aurélien Million / | 28/02/2018

INAUDIBLES

> Les anachronismes de M. Pascal seraient innocents s'ils relevaient du folklore : tout pays, toute province, a son lot d'"ennemis héréditaires" ou "historiques" invoqués plus ou moins sur le ton de la plaisanterie (enfin, dans le meilleur des cas, et ce quel que soit la caractère souvent douloureux des époques où ces "ennemis" se manifestèrent). Or ce ne semble pas être le cas de M. Pascal, qui pontifie sur la "fusion" de M. Wauquiez avec son électorat sur des souvenirs de ce genre.
Des politiciens comme M. Wauquiez, que l'on ne saurait tous prendre pour des idiots ou des ignares, feraient bien de ne pas trop écouter des conseillers qui leur servent sur un plateau des "peuples" ou des "électorats" de synthèse, issus de leur imagination bizarre ou de quelque étude divinatoire de marché.
Faute de se "trouver" des convictions, M. Wauquiez devrait au moins songer au caractère inaudible ou incompréhensible qu'avait fini par acquérir un Sarkozy dès sa tentative de réélection.
______

Écrit par : Sven Laval / | 28/02/2018

à Sven Laval

> Le propre des prétendus "identitaires" en réalité racialistes, c'est de s'inventer un "peuple" : "notre peuple", all. "unser Volk".
Version nazebroque : "France d'abord, blanche toujours".
Version intégriste phobique : "La France est chrétienne et le restera".
En fait ça veut dire uniquement : "dehors les immigrés".
______

Écrit par : Maksoud / | 28/02/2018

CE QU'EST RÉELLEMENT L'IDÉOLOGIE IDENTITAIRE

> Je ne trouve pas d'équivalent à "identitaire", mot omniprésent depuis quelques années dans les débats publics, employé désormais par tous, et dont la croissance est toujours ascendante, en français d'avant. "Traditionnel" ou "essentiel" ne désignent pas cela, ni "historique" (car "identitaire" se réfère bizarrement tantôt aux moeurs du présent (des Français d'aujourd'hui), tantôt à celles du passé (des Français d'avant X. date) : l'"identitaire" est à géométrie variable, du moins dans le temps)...
Du reste, je ne vois pas non plus vraiment d'équivalent à "identité" employé au sens actuel - assez récent aussi : jusqu'à peu "identité" voulait dire "similitude", "parenté" : "l'identité de l'homme et de Dieu", etc., et ne voulait dire que cela, sauf acceptions précises (la carte d'identité, le contrôle d'identité) - en français : "essence" ? "tradition" ? "culture/civilisation" ? Mais tout cela désigne plus ou moins le passé et l'héritage, alors qu'"identité" est plutôt au présent (on pourra dire que Trump défend l'"identité" américaine par exemple, alors qu'il est en parfaite rupture avec elle).
Le seul équivalent qui irait serait "völkisch", avec en plus le petit côté païen qui va bien. A chaque fois que vous lisez "identitaire", pensez "völkisch", vous verrez, ça marche en général.

Maxime D.


[ PP à Maxime D. :

Vous avez bien raison de mentionner l'idéologie "völkisch", car c'est la clé du problème !
La notion germanique de "Volk" est intraduisible dans les langues latines, parce que subjective et très vague.
Le "Volk" n'est pas le "peuple" (notion française objective et compréhensible des étrangers).
Le "Volk" est une entité vague et close, compréhensible seulement (ou plutôt "ressentie") par ceux qui en font partie - de même que "Heimat" veut dire autre chose que "patrie".
Ce vague permet au "clos" de changer éventuellement de contenu. Entre le début et la fin du XIXe, la notion de "Volk" est passée du spirituel-moral (Fichte) au racial (H.S. Chamberlain).
Or c'est l'idéologie germanique du "Volk" qui inspire le noyau dur de nos "identitaires" : courant qui revendique ce mot et s'en fait un étendard... (ne laissons pas les zozos ultracathos dire que le mot est seulement une invention des journalistes).
C'est pour cette raison que l'identitarisme, appliqué à des populations françaises pour lesquelles il n'est pas fait, est impossible à définir de façon synthétique mais se décline au gré des "sensibilités" et des tendances.
On trouve ainsi un "identitarisme" catholique qui met l'accent sur le groupe et ses fantasmes,
non sur l'Evangile : problème que j'analyse (entre autres) dans 'Cathos, ne devenons pas une secte'.
Et cet identitarisme pseudo-catho, étant un sous-produit de l'identitarisme en soi, cousine sans effort avec l'identitarisme néopaïen : cf par exemple la manif de Ploërmel, dont je parle dans mon livre et dans une note de ce blog. Ou l'approbation de catholiques parisiens envers le suicide de D. Venner à ND de Paris...
Pourtant l'identitarisme appliqué au catholicisme est contre-nature : il engendre un catholicisme non chrétien, malgré l'appui ostentatoire des identitaires aux chrétiens d'Orient, et leur présence systématique dans certains événements catholiques (jamais dans les autres).
Comment assainir la situation ? Le désarroi régnant actuellement dans certains milieux catholiques français permet toutes les dérives (on l'a vu dans l'odieuse campagne contre la jeune Mathilde à Orléans). Et il rend ceux qu'il contamine réfractaires à toute discussion franche sur les fondamentaux de la foi au Christ... On en fait l'expérience tous les jours sur Facebook.
Néanmoins il faut discuter, discuter, discuter ! Ce n'est jamais tout à fait perdu. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maxime D. | 01/03/2018

à Maksoud :

> D'accord avec vous, la version nazebroque étant encore pire que ce que vous dites : c'est "dehors les pas blancs"...
Cependant, les identitaires et autres racialistes n'ont pas le monopole de l'invention du peuple. A peu près tous les démagogues le font.
______

Écrit par : Sven Laval / | 01/03/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.