Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2018

La 'disputatio' est indispensable, même si c'est difficile

25f9c1066090c2cfc95ede1724322a54.jpg

Réflexions autour de discussions acharnées sur Facebook :


 

J'écoutais ce matin la catéchèse du pape au sujet de la messe, et j'étais frappé de la justesse avec laquelle il exprime en langage populaire (imagé, détendu) le mystère infini de l'eucharistie qui est le drame du Salut de tous. Et je réalisais, une fois de plus, combien ce pape est la réponse de l'Esprit Saint aux attentes de l'époque.

D'autant que depuis trois jours, sur plusieurs fils de commentaires Facebook,  je discute pied à pied avec des "cathos inquiets de ce pape". Ce qui me préoccupe (après avoir entendu le pape François), c'est de constater qu'aucun de ces "cathos inquiets" ne semble écouter ses catéchèses. Ni lire ses textes de fond. Aucun n'a lu Laudato Si'. Ni Evangelii gaudium. Ils ne cherchent pas à cacher cette ignorance... Autrement dit : ils ne savent pas ce qu'enseigne ce pape, contre lequel ils croient devoir exprimer des inquiétudes.

Pourquoi croient-ils devoir s'inquiéter ? D'abord parce que tout les inquiète. Et plus précisément, à cause de ce qu'ils entendent dire du pape par les grands médias commerciaux.

C'est là qu'est le problème. Des catholiques qui ne liraient ni n'écouteraient l'enseignement du pape, mais qui s'en remettraient aux rumeurs pour se gonfler d'énervements (et les dégorger ensuite sur Twitter et Facebook), se comporteraient de façon très fautive. Et pour tout dire, quasi-sectaire... D'où le titre de mon livre : Cathos, ne devenons pas une secte.

Ne "devenons" pas : car le pire n'est pas atteint. C'est ce que dit la première ligne de mon livre : "Les catholiques en France ne sont pas une secte, ils sont une minorité". Plus nous sommes minoritaires, plus nous devrions être missionnaires, c'est ce que veut l'Esprit Saint ! Evitons ce péché contre l'Esprit que serait le repli sur soi, la soustraction d'obédience envers l'Eglise réelle, c'est-à-dire la dérobade... sectaire. Il ne faut pas devenir une secte.

Plus les "inquiets" s'enferment dans leur "inquiétude" et plus ils laissent voir leur méconnaissance de la foi : chose anormale de la part de croyants proclamés, et chose qui pourrait, là aussi, tourner à la dérive sectaire... Je parle de tout cela dans mon livre.



  

 

3650118671_12.png

  

Commentaires

> Ferraillant avec vos lecteurs de Facebook, vous dites vous-même, Patrice, qu’aucun des « cathos inquiets » qui s’y manifestent ne semble écouter les catéchèses du pape.
Précisément… Il se trouve qu’en ce mois de février, la liturgie de la Parole est un appel à la conversion dont le maître-mot nous vient du Père éternel, « Ecoutez-le ! » (Mc 9,2-10, évangile du 25/02).
D’abord se taire et écouter Jésus-Christ… et avec lui son Vicaire, le pape François.
En vérité, existe-t-il une attitude plus opposée au projet de Facebook que celle-ci – se taire et écouter ? Et, pour le coup, est-il possible d’évangéliser cette « secte » narcissique, prompte à exalter les egos et à désigner des boucs émissaires (comme disent ses détracteurs… « fesse-bouc » ?), secte dont le projet n’est évidemment pas d’inviter ses adeptes et pensionnaires au silence et à la contemplation, mais de saturer leurs cervelles des bruits du monde et de la voix de son « prince » ?… (bref, pour réfléchir et contempler en votre compagnie, cher PP, vous l'aurez compris, je préfère le mode de communication « décroissant » qu'offre votre blog).
______

Écrit par : Denis / | 11/02/2018

FACEBOOK...

> Ce qui m'inquiète et m'attriste c'est que ce genre de discussion puisse se tenir sur "Facebook".
Vous savez? C'est cette entreprise qui déchire le tissu social ! Et ce n'est pas moi qui le dit !!!
https://www.forbes.fr/technologie/facebook-dechire-le-tissu-social-selon-son-ancien-vice-president/

Pierre


[ PP à Pierre - Je suis conscient du problème et de l'élément de contradiction qu'il recèle. Mais il faut parler aux gens là où ils sont. On ne peut pas laisser le terrain aux agents de désinformation... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre O. / | 11/02/2018

LE PAPE ET MACRON

> A propos de « disputatio », je voyais la lecture de votre ouvrage par Isabelle de Gaulmyn, dans « La Croix », où elle se montre préoccupée de savoir qui détient le pouvoir sur « les bancs de l’église », et manifeste son émotion devant « l’hostilité irrationnelle » qu’une partie des catholiques témoignerait à Emmanuel Macron.
Au moins m’a-t-elle convaincu d’une urgence, lorsqu’elle fait référence au fameux « Tout est lié » de François (dans « Laudato Si’ ») dont elle fait une « phrase clé du pontificat » ; il est vital, en effet, que ceux qui réfléchissent sur le monde comme il va, à commencer par « La Croix », aient l’honnêteté et le courage de se colleter sérieusement, non seulement à la pensée du serviteur des serviteurs de Dieu – François –, mais aussi à celle de l’homme qui se fait dieu, le président jupitérien, l’Emmanuel élyséen. Et ainsi de confronter, notamment, le « Tout est lié » du pape au « En même temps » du président de la République (lequel vous dirait sans doute qu’« en même temps… tout est lié »). Histoire que nous sachions – si tant est que nous l’ignorions – qui mérite notre confiance dans la mise en œuvre de ce qui doit être « lié et délié » pour le bien commun des hommes et des sociétés.
______

Écrit par : Denis / | 12/02/2018

DÉJÀ

> Ne pas lire/écouter le pape mais cueillir ce qui vient des médias commerciaux, rien de neuf en fait: j'ai pu observer le même comportement pour les 3 prédécesseurs du pape actuel.

Olivier


[ PP à Olivier - Exact en partie ! Je fais la comparaison dans mon livre entre les points communs et les différences récentes, dues à l'apparition des réseaux "sociaux". ]

réponse au commentaire

Écrit par : olivier / | 12/02/2018

DES COMMENTAIRES

> Le fil de commentaires, sous la note de Mme de Gaulmyn, illustre bien la mauvaise foi de nombre de fidèles qui attribuent au Saint-Père tout ce qui à leurs yeux ne fonctionne pas dans l'Église. Ces gens, inquiets et agressifs, sont en réalité fort peu catholiques. Merci, Patrice, de votre intervention pour rééquilibrer les choses !

PV


[ PP à PV - Oui, j'ai vu ces commentaires. 'La Croix' a bien de la tolérance ! Vu le ton de certains, je les aurais mis à la poubelle. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/02/2018

DISTINGUER

> En écho à votre invitation à la disputatio, la distinction que je faisais entre ennemi et adversaire dans l'article sur l'identité:
https://unpontlance.wixsite.com/cathos-ecolos/identite-quand-tu-nous-tiens
______

Écrit par : Anne Josnin / | 13/02/2018

CONFÉRENCE À ROME

> Annonce : Une conférence intitulée "Conversion écologique radicale après Laudato Si’. Découvrir la valeur intrinsèque de toutes les créatures, humaines et non-humaines" aura lieu à l’Université pontificale grégorienne à Rome, les 7 et 8 mars 2018, annonce un communiqué de l’Université ce mardi 13 février. Elle est organisée par les ambassades de Géorgie, d’Allemagne et des Pays-Bas auprès du Saint-Siège, en collaboration avec l’Université pontificale grégorienne et le Groupe du diplôme conjoint en écologie intégrale des Universités pontificales.

https://fr.zenit.org/articles/universite-gregorienne-pour-une-conversion-ecologique-radicale-apres-laudato-si/
______

Écrit par : isabelle / | 13/02/2018

DE LA CONFUSION

> Ces commentaires sont terribles, en effet. On a l'impression d'être coincé, y compris chez les catholiques (car dans la société, c'est le cas depuis un moment) entre des gens ouvertement pro-Trump (reprochant au pape d'avoir mis en garde Trump), que la perspective d'un schisme fait saliver d'avance (enfin, un schisme virtuel...) ; et une personne qui semble avoir compris que l'attitude "sectaire" que vous reprochez à certains catholiques, vous la reprochiez à l'épiscopat, et non sur les questions d'immigration ou de finance, mais sur les questions de moeurs !... Le clergé français aurait une position "sectaire" sur les lois bio-pathétiques votées d'avance (excusez ce jeu de mots). On se demande où on est...
D'un côté comme de l'autre, je pense comme vous que les ravages d'un libéralisme mal compris sont la cause de cela (on pourrait même dire : d'une conception de la liberté devenue folle, qu'elle soit affranchissement du discours papal pour un catholique ou de l'épiscopat, car l’Église, hélas, n'est pas pour la liberté intégrale, qu'il s'agisse des moeurs ou de l'argent). Je dis tout de même "mal compris", car le libéralisme originel (celui du XVIIIème siècle), y compris chez ceux qu'on appelle "penseurs des Lumières" bien improprement, est en gros une morale aux fondations religieuses, chrétiennes, qui conçoit l'homme libre créé par Dieu, libre avant toute société, tel qu'il est décrit dans la Bible, et non l'homme rendu totalement libre par la technique fantasmé aujourd'hui.
Julien Green écrivait à la fin de sa vie que le Traité qu'il faudrait écrire pour aujourd'hui devrait s'intituler "De la confusion" ; je crois que nous sommes en plein dedans.

Maxime D.


[ PP à Maxime D. - Merci de votre message. Je ne suis en désaccord que sur un point (mais il est important) : le libéralisme originel n'est pas chrétien. Témoin la célèbre formule de Mandeville (XVIIIe siècle) que Hayek (gourou du néolibéralisme au XXe) honorait comme père fondateur de l'idéologie libérale : "Les vices privés font la prospérité publique". C'est en effet l'ADN du libéralisme (confirmé par le terrible poème de Voltaire, "Oh le bon temps que ce siècle de fer") : faire progressivement commerce de tout, y compris le pire... Ce à quoi on arrive aujourd'hui, stade suprême du libéralisme.
Essayer de poser des limites à cet engrenage est impossible si l'on veut rester libéral.

ps - Que des penseurs anglo-écossais du libéralisme se soient crus chrétiens ne prouve rien : d'une part, le calvinisme écossais avait un rapport à l'argent tout autre que celui des catholiques. D'autre part, en France, Descartes aussi se croyait chrétien - alors que sous ce rapport aussi sa vision du monde était très discutable... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maxime D. / | 16/02/2018

PROPHÈTES

> Jérémie 5 Ils ont des yeux et ils ne voient point
Ils ont des oreilles et ils n'entendent point
et nous retrouvons cela dans l'Evangile
les prophètes n'ont pas été écoutés, ils ont été persécutés, martyrisés.
Il en est de même pour notre pape François et le message du Seigneur qu'il nous transmet.
C'est à nous qu'il revient d'être ses relais.
______

Écrit par : Claude Delaunay / | 16/02/2018

DISCUSSION

> Le libéralisme originel n'est pas chrétien: VRAI.
Mais son instrument le plus puissant, le bulldozer qui lui ouvre la voie et qui s'appelle mondialisation (ou globalisation, c'est kif-kif) est massivement soutenu dans l'Eglise occidentale.
Comprenne qui pourra.

PH


[ PP à PH
"Massivement soutenue dans l'Eglise occidentale", la globalisation libérale ?
Ce n'est pas ce que disent 'Laudato Si', "Evangelii gaudium" ou le discours de Santa-Cruz...
L'Eglise conteste le système économique moteur de la globalisation. Elle le conteste au nom de chaque peuple (discours de Santa-Cruz) dans le cadre de l'universel (Compendium de la DSE).
L'universel n'est pas le "mondialisme" économique.
L'universel est la dimension éponyme du catholicisme. ]
______

Écrit par : Pierre Huet / | 16/02/2018

CONSTATER

> Débat de la semaine sur Radio Notre Dame, votre petit différend avec Victor Loupan.
Vous lui répondez en précisant la tâche du bureau des constatations médicales : simplement constater une guérison inexplicable. Cela me fait penser à la réponse toute simple de l'aveugle né aux pharisiens moqueurs et incrédules :"Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien. Mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et à présent je vois. » Jean 9,25. Cette confrontation serait intéressante à analyser dans son ensemble d'ailleurs : Rien de nouveau sous le soleil !

Isabelle


[ PP à Isabelle :
Merci de nous avoir écoutés.
La confrontation d'hier matin traduisait d'une certaine façon le décalage entre la théologie catholique (le spirituel au travers du charnel) et un certain courant de l'orthodoxie (le spirituel sans le charnel, voire contre lui... - ou même : à sa place).
Si le spirituel n'a pas besoin du charnel - voire s'y substitue -, alors, en effet, aucun besoin de prouver la matérialité d'un fait avant d'y voir un signe du Ciel...
Mais la théologie de l'Incarnation pense différemment.
Il est vrai que pour certains orthodoxes radicaux, "toute théologie est de l'orgueil"...
Si ces problèmes de fond n'existaient pas, le rapprochement des Eglises serait plus facile ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : isabelle / | 17/02/2018

@ PP

> De fait, je n'aurais pas du dire "occidentale", je pensais à l'Europe de l'Ouest.
Dans les milieux chrétiens de France et d'Europe occidentale, même si on critique (pas assez) la globalisation, on ne touche pas aux institutions qui font avancer celle-ci.
Exemple concret: on se lamente de la déforestation causée par les plantations de palmier à huile. On lance des pétitions, c'est bien gentil mais qui proteste contre la libre circulation des marchandises ? qui demande le démantèlement de l'OMC ?

PH


( PP à PH - Parmi les partis présents au Parlement : seuls le PCF et la France insoumise... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 17/02/2018

@ PP

"seuls le PCF et la France insoumise..." ça ne doit pas faire des foules de catholiques. Ce qui montre l'incohérence qu'il y a chez nous.

PH


[ PP à PH - Exactement ce que je voulais dire. C'est un vice mental :
- rester sourds et muets sur les positions de l'Eglise réelle sur ce type de sujets,
- laisser ces sujets à des formations politiques qui n'aiment guère l'Eglise,
- et conclure : "ce ne sont pas des sujets catholiques puisque ce sont ces formations qui en parlent !"
Caricaturale sournoiserie bourgeoise. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 17/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.