Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2017

Qui veut imposer le Père Noël dans une église ?

OT9-p3-global-trotteur2-593x270.jpg

Soirée de chants de Noël dans une église de Picardie : le curé exclut, à juste titre, trois chants dont le risible Petit Papa Noël de Tino Rossi (1946). Le Courrier picard en parle. Le public s'hystérise. On accuse absurdement l'Eglise de "brader les traditions" et de "céder aux musulmans" (qui n'y sont pour rien). Rétablir le sens christique de Noël expose-t-il désormais à un lynchage par la Droite Patrimoniale ? Dossier de l'affaire :  


 

Le Courrier picard, 13/12  

La chanson Petit Papa Noël  interdite à l’église de Boves

Petit Papa Noël, chant laïc, ne clôturera pas le traditionnel concert de Noël à l’église. La paroisse l’a rayé du programme, avec deux autres chansons.

<< Cette année, les chorales Bove’etmifasol et Voix de Noye, ainsi que l’Harmonie Boves Ailly-sur-Noye, qui proposent un concert de Noël gratuit le 15 décembre au sein de l’église de Boves, près d’Amiens, ne pourront pas clôturer leur représentation comme ils le font depuis trois ans. Trois chansons ont été retoquées de leur programme : Ameno (d’Era), 1492 Conquest of paradise (de Vangelis), et le bouquet final, la chanson Petit Papa Noël… Elle aussi rayée du programme. Dans un courrier du curé modérateur de la paroisse, adressé à Didier Cuvellier, président de l’Harmonie de Boves, il est mentionné que «  leur interprétation est jugée inadaptée dans une église.  »

Le président de l’Harmonie, n’en revient pas : «  Je ne comprends pas. Pour eux ce ne sont pas des chants religieux, pourtant la chanson Mon beau sapin n’a pas posé de problème. Pourquoi dans certaines églises de France, en hommage à Johnny, on peut jouer du rock et dans d’autres églises, Petit papa Noël pose problème ?  »

Pour la paroisse Saint-Domice, qui regroupe les églises de Blangy-Tronville, Boves, Cagny, Fouencamps, Glisy et Longueau, Petit Papa Noël n’a pas sa place dans un lieu d’expression de la foi chrétienne. «  Noël, c’est la célébration de la naissance de Jésus. L’idée du Père Noël qui descend du ciel avec des cadeaux a pu être jugée inadaptée. À deux semaines de la célébration, si vous faites le parallèle dans une église entre cette chanson et la naissance de Jésus, il peut être difficile ensuite d’expliquer aux enfants ce que Noël représente  », explique un paroissien qui souhaite rester anonyme. Et de poursuivre : «  Ils peuvent jouer Petit Papa Noël sur le parvis de l’église, il y a toujours des solutions. Je ne comprends pas qu’on en fasse toute une histoire.  »

Pour l’évêché d’Amiens, il doit y avoir une corrélation entre les chants proposés et le symbole chrétien de Noël : «  Il y a beaucoup de demandes de concert dans les églises affectées au culte catholique et nous accueillons chaque demande avec bienveillance lorsqu’elle respecte la destination du lieu. La procédure est la suivante : nous recevons un formulaire de demande qui présente en détail les œuvres proposées. Le curé et le vicaire épiscopal du lieu étudient la demande pour accord. Ils peuvent éventuellement émettre des réserves sur l’adéquation entre la demande et le respect du lieu. Pour nous chrétiens, Noël est une fête majeure, fête de la naissance de Jésus, fils de Dieu, qui ne peut prêter à confusion.  »

Les chanteurs et musiciens avaient déjà dû s’abstenir de jouer ce chant lors du concert d’Ailly-sur-Noye, le 8 décembre.

Daniel Parisot, maire de Boves ne souhaite pas s’étendre sur le sujet. «  Au nom de la laïcité, je ne peux pas intervenir. Je ne souhaite pas donner mon avis. Il appartient au prêtre de fixer les conditions dans lesquelles la manifestation va se faire, je n’y peux rien, c’est comme cela  », explique l’élu. Et de poursuivre : «  Je peux regretter un petit manque de tolérance de la part des membres ecclésiastiques mais c’est un avis personnel. »  >>

[ Fin de la reproduction de l'article du Courrier picard ]

 
Aussitôt cet article paru,  fureurs sur Twitter et Facebook au nom de la défense des "traditions" ! Une foule d'internautes s'indignent et se lancent dans des interprétations absurdes. Echantillon prélevé sur Facebook (textuel, mais je remplace les patronymes par des initiales) :

 

<<  Monique M. -  le fameux Papa Noël, que l'on sabote aujourd'hui, fait partie du folklore de NOEL depuis très longtemps... et là, d'un coup il devient gênant... curieux non .???........

Yvette F. -  C'est honteux ! et notre culture et nos traditions, qu'en faisons nous ? 

Michelle B. – Une honte, nous ne sommes plus chez nous

Andrée A. – Honteux ne vous rendez pas au concert boycottez

Roland D.. - Je le répète pour la énième fois, l'Eglise dans son ensemble se soumet à l'islam

Aline S. -  Nous sommes plus en France, ras le bol de toutes les interdictions pour certains et pour les autres tous est permis !!!!!!!!!!!   Un monde de fou fou fou !!!!!!!!!!!!

Dominique D.A. C'est quand même terrible d'avoir peur des étrangers, surtout ne pas les froisser !!!

Christian B. - Alors les cathos, on essaie d'être aussi cons que les barbus ? difficile mais je vois que vous essayez  >>

etc, etc.

 

À aucun moment le moindre "étranger" ni le moindre "musulman" ne sont intervenus dans la décision du curé, ni dans le lancement du flux de commentaires.  Seuls des souchiens - dirait Alain Finkielkraut -  ont fait monter l'hystérie dont l'échantillon ci-dessus donne le ton : théorie du complot ("curieux, non ?"), France-aux-Français ("nous ne sommes plus chez  nous"),  mise en cause de "l'Eglise qui se soumet à l'islam" (slogan répandu chez les athées de droite)...  Ce n'est que tardivement qu'on verra un commentaire musulman dire à son tour qu'il ne comprend pas la décision du curé de Boves, en ces termes :

<<  Malika B. -  Pkoi ?? C est pourtant 1 chanson religieuse ?? >>

Mme B., musulmane, prend donc le sujet de la chanson (le père Noël) pour un élément de la religion chrétienne. Mais cette confusion - regrettablement fréquente dans le monde islamique -  est commise aussi par les commentateurs comme Roland D. ou Yvette F., qui :  1. croient "défendre" les traditions de Noël en "défendant" la chanson grotesque de Tino Rossi ; 2. exigent qu'une paroisse catholique célèbre le Père Noël comme le font les centres commerciaux ; 3. et ouvrent le feu à tout hasard contre les musulmans, supposés avoir fait pression sur le curé pour obtenir le retrait d'une chanson célébrant cette divinité "occidentale et chrétienne" (???) qu'est le gros bonhomme en rouge. Donc Malika B. est parfaitement excusable de faire à son tour l'amalgame. Cette musulmane se trompe, mais elle est poussée à le faire par nos Défenseurs des Traditions.

 Cependant quelques voix chrétiennes s'élèvent pour remettre les idées en place : 

<<  Ariinui M. - Le Père Noël n'a pas sa place dans une église, c'est tout. Si on est catho et pratiquant on a pas de mal à saisir la nuance

Annie F. - Le Père Noël est une invention marketing, et n'a rien à voir avec l'histoire de la naissance de Jésus... et dans un concert dans une église, je trouve normal que soient privilégiés des chants de Noël plutôt que le folklore qui tourne autour de Noël. De nos jours, la connaissance de ce qui est dans la Bible est quasi inexistante, et qu'enfin une église se propose de revenir aux fondamentaux, est un acte salvateur pour préserver notre foi et ne pas la vendre aux marchands du Temple (pour ceux qui comprennent encore à quoi je fais référence !!!)

Marie-France Q. - On ne chante pas Petit Papa Noêl dans une église le jour de Noël : et alors ? Ce n'est pas l'anniversaire du Père Noël que je sache ! Vous expulsez l'Enfant Jésus et ses parents de la Crèche aussi ? Vous trouvez ça normal, eh bien non. L'Eglise catholique a de très beaux chants religieux pour l'occasion, à nous faire connaître, on ne va pas à l'église entendre des chansons de films ! Redescendez sur terre !  >>

 

Mais l'élan populiste ne retombe pas. Les accusateurs du curé, soi-disant "défenseurs de la chrétienté", ne se laissent pas arrêter par les mises au point... chrétiennes. Un identitaire sous pseudonyme codé ("Dimi de Delphes", ça en dit long) s'insurge contre la réponse chrétienne de Mme Q. et contre tout rappel à la foi catholique :

<< Dimi De Delphes - Ça aussi c'est une forme d'extrémisme !!!! >>

Réponse de Mme Q. : 

<< Marie-France Q. - Non, RESPECT de LA NATIVITÉ DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ! >>

Riposte de l'identitaire, changeant de registre : 

<<  Dimi De Delphes - Arrrêtez !!!!!!!!!!  Qui êtes vous pour juger ???? >>

Ce "qui êtes-vous pour juger", et l'accusation d' "extrémisme" portée contre les catholiques voulant rester chrétiens,  font partie de l'arsenal du terrorisme moral actuel ; ça revient à dire que : 1. désormais le "folklore de Noël" (chants, crèches, églises etc) est annexé au patrimoine de "notre magnifique civilisation occidentale" - comme dit Gibbons dans Le Lotus bleu ; 2. que le clergé n'a plus voix au chapitre, même dans les églises, et que d'ailleurs il pactise avec l'ennemi du jour... (vieille accusation de l'extrême droite française : j'en cite un exemple 1900 gratiné dans le livre que je publie le 25 janvier). Et si les chrétiens s'avisent de répondre à ces prétentions, on leur enjoint de se taire : "Qui êtes-vous pour juger", leur lancent des gens qui, pour leur part, n'ouvrent la bouche que pour insulter et condamner...

noël

Mais des catholiques ne se laissent pas intimider et continuent à intervenir dans le fil de commentaires de Facebook :

<< Christophe LC -  Les médias, les pubs nous emmerdent à longueur de journée avec le "papa Noël" de Cocacola... (renseignez-vous!). Tout çà pour remplacer toute référence au véritable Noël chrétien...  Alors très franchement, le Noël consumériste, on en a notre dose !

Pierre-Emmanuel G. à Dimi De Delphes - Relisez-vous, je pense que c'est plutôt vous qui êtes dans le jugement. Vous sous-entendez que ces prêtres sont extrémistes et vous faites taire une personne qui demande du respect... en lui demandant d'arrêter de juger ! ? >>

etc.

 

Morale de cette histoire :  les catholiques n'ont rien à faire dans l'identitarisme, cette caverne des quarante valeurs où domine le mimétisme étouffant et où l'on est sommé de soutenir tout ce que les "gauchistes" et les "muz" sont censés combattre. Merci au curé de Boves d'avoir remis les pendules à l'heure. Merci à tout le clergé catholique, qui agit avec constance pour affirmer l'Evangile toujours plus clairement. Merci aux internautes réellement catholiques, qui interviennent jour après jour sur Twitter et Facebook pour faire connaître la foi chrétienne !  Jean 16, 33 : "Prenez courage, dit le Christ, j'ai vaincu le monde".

 

 

 

depositphotos_86145398-stock-photo-advent-wreath-with-3-burning.jpg

 

 

Commentaires

INJONCTIONS

> Comme vous le rappelez, cher PP : « Prenez courage, dit le Christ, j'ai vaincu le monde » (Jean 16, 33)… Merci de cette mise au point, indispensable en ce temps d’apocalypse consumériste qui précède Noël.
Car en effet, nous nous passerions bien, en ce temps de l’Avent, de ce type d’injonctions bavardes et repues, alors même que nous devons déjà nous cogner la diplomatie fondamentaliste (Jérusalem) d’un Donald Trump et d’un Benyamin Netanyahou, et donc le Noël « spécial richou dispensé de l’ISF » du gouvernement Macron, lequel s’emploie dans le même temps à faire disparaître les sans-abri qui traînent ici et là, « même devant les grands magasins ! comment voulez-vous que le moral des Français se redresse, mon bon Môssieur, avec tous ces clodos dans nos rues… ». Bref, ça n’est sans doute que le début des temps difficiles pour les minorités chrétiennes en butte à notre « magnifique civilisation occidentale ».
Rien de tel que la lecture de l’Apocalypse pour nous rappeler que nous serons jusqu’à la fin des temps en butte au « monde ». Lequel serait, au final, si l’on en croit certaines interprétations, le produit des efforts conjugués de la « Bête de la mer » (la puissance atlantique, Etats-Unis + Europe), la « Bête de la terre » (la Russie) et le « Dragon » chinois…
Difficile d’imaginer qu’avec de tels parrainages, les fidèles chrétiens puissent attendre le retour du Christ en se la coulant douce !
______

Écrit par : Denis / | 17/12/2017

OUI

> Oui, merci à ceux (clercs ou laïcs) qui ont encore le courage et la patience de rappeler la vérité, contre une confusion qui paraît certains jours épuisante...
______

Écrit par : Sven Laval / | 17/12/2017

BOUC ÉMISSAIRE ?

> Au moment du changement de traduction d'une phrase du Notre-Père, pour certains c'était déjà de la faute des musulmans, "pour leur faire plaisir", tout aussi hors sujet. Pourtant ça paraît simple: qu'est-ce que les musulmans, en tant qu'ils adhèrent à l'islam et non au christianisme, ont affaire des prières et des chants entendus dans une église ?

AM


[ PP à AM - Ne pas être dupe des islamistes est une chose (nécessaire), mais autre chose serait de prendre tout musulman comme bouc émissaire (cf René Girard) contre lequel faire l'unité de notre tribu... Or c'est ce que font les pseudo-identitaires, dont un certain nombre de catholiques pris d'un vertige qui peut faire tomber très bas. Je parle de ça aussi dans le livre que je publie le 25 janvier. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 17/12/2017

CHANGER LE NOM

> Le Père Noël est en réalité la déformation laïque de saint Nicolas de Myre, patron de la Lorraine, de la Russie et très vénéré dans le nord de la France, en Belgique et en Allemagne. Ces contrées continuent de le fêter le 6 décembre même si le père Noël l'a largement supplanté, télévision et école publique obligent ; certaines familles lorraines continuent cependant de distribuer les cadeaux le soir du 6 décembre et non le 24.
Plus généralement, il me semble que la proposition récente d'un prêtre irlandais est la bonne dans cette affaire. Il considère que "Noël" fait aujourd'hui référence à une fête laïque qui a perdu son sens sacré ; son nom devrait donc être remplacé par celui de "Nativité" lorsque la fête désigne non la venue du père Noël en traîneau, mais bien l'Incarnation de Notre-Seigneur.

PV


[ PP à PV :
- C'est en effet une bonne suggestion. Il faudrait aussi trouver un autre nom au mariage-sacrement, pour lui rendre sa spécificité et remettre en lumière sa signification...
- Quant au Père Noël : plus qu'une déformation du Sint Niklaas (="Santa" !] hollandais, le personnage créé par le marketing CocaCola en 1925 est la réinvention d'une entité païenne néolithique genre "Bonhomme Hiver" avec promesse de fécondité (d'où les cadeaux). On est là en présence d'une sortie hors du christianisme. C'est d'ailleurs la direction prise par l'idéologie identitaire actuelle, et ceux des catholiques qui s'y laissent prendre ne voient pas où on les emmène... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 18/12/2017

CODE

> En quoi "Dimi de Delphes" est-il codé ?

Dr E.

[ PP à Dr E. :
Selon toute vraisemblance,
- "Dimi" = "dhimmi", le statut inférieur imposé aux chrétiens dans les sociétés appliquant la charia ;
- "Delphes" = le haut-lieu du premier paganisme hellénique.
Associer ainsi :
- la peur de devenir "dhimmi" (idée fixe des cathos d'extrême droite)
- et le mythe d'une "Ur-Europa" (Europe pure primordiale : fantasme d'une autre extrême droite), c'est caractéristique de l'amalgame "identitariste" qui se répand en France depuis cinq ans. Erwan Le Morhedec en donnait des exemples dans son livre sur ce problème spécifique (Cerf).
J'en donnerai d'autres exemples récents dans un passage de mon livre de janvier (Salvator), où ce sujet est mentionné mais dans le cadre d'une autre problématique. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Dr Eisenbart / | 18/12/2017

TERRIFIANT

> Dans une époque où le rap et les tags sont considérés officiellement comme la plus haute expression de la culture contemporaine, il est peut-être normal que "Petit papa Noël" soit pris pour un vieux chant religieux de notre tradition. Terrifiant !
Il faut dire aussi qu'on trouve les choses les plus absurdes sur internet. Je pense qu'il n'en faut retenir que la manifestation d'une souffrance qui ne sait pas comment s'exprimer et qui se trouve ailleurs que dans les mots qui sont écrits.
Alors que Macron, soutenu par les médias et toute la ploutocratie, fait triompher définitivement la mondialisation néolibérale anglo-saxonne, j'avoue que je distingue mal le danger identitaire.

Guadet


[ PP à Guadet - Vous n'êtes pas le seul, cher ami, à avoir "du mal" à le distinguer. C'est humain : on a plus de mal à distinguer ce qui est de notre ressort qu'à s'insurger contre des problèmes généraux ! Or le vertige identitaire est de notre ressort, c'est une forme aiguë des nouvelles tentations du catholique dans un monde inédit. Et ce qui est en jeu est tout simplement... la foi chrétienne, menacée dans son essence christique par l'enlisement dans les "valeurs" du sang et du sol. Cf les précisions que je donne ici à Dr E. et AM.
Rendez-nous cette justice : nous cognons assez sur M. Macron pour pouvoir, par ailleurs et "en même temps", signaler cet autre problème : l'enlisement de catholiques dans l'identitarisme... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 18/12/2017

@ PP

> Des catholiques qui considèrent "Petit papa Noël" comme un trésor de leur tradition et qui mettent tout sur le dos des musulmans, j'avoue que je n'en connais pas. Et je vous demande de bien vouloir croire que je n'en fais pas partie. Je suis tout à fait certain que vous, vous en connaissez, et que vous avez raison de les dénoncer. je veux seulement dire qu'il y a des problèmes plus urgents et qui représentent plus distinctement un danger.
La mission chrétienne a souffert de la vision trop universaliste de certains clercs qui, au nom de l'évangélisation, ont voulu détruire des cultures intéressantes. La religion chrétienne est une religion incarnée, et on ne peut s'incarner que dans un certain sang et sur un certain sol. Depuis les jésuites du XVIIe siècle, l'Église sait qu'on doit respecter les valeurs particulières de chaque culture. Et elle l'enseigne. Tomber dans le spiritualisme universaliste n'est pas chrétien.

Guadet


( PP à Guadet :
- Pensez-vous réellement que ce blog "tombe dans le spiritualisme universaliste" : a) en général ; b) et en particulier parce qu'il traite la chanson de Tino Rossi pour ce qu'elle est : une nullité musicale de 1946, sans aucun rapport avec les traditions de la Nativité ? Pardon de vous répondre par une mise en garde, mais il faut faire attention à ne pas projeter sur un sujet un tout autre sujet !
- Ceux qui prennent feu et flamme pour 'Petit Papa Noël' comme si c'était 'Les anges dans nos campagnes' parlent de "traditions de Noël", mais ne raisonnent pas en chrétiens. Ils font visiblement partie de ce que Todd appelle les "catholiques zombies" : Français d'aujourd'hui qui se disent catholiques pour dire qu'ils ne sont pas musulmans, mais qui n'ont aucune idée de la foi chrétienne et qui confondent catholicisme et conservatoire des coutumes. Je ne leur en voudrait pas s'ils étaient moins haineux : leurs accusations contre l'Eglise sont pénibles, gratuites, et montrent bien ce qu'ils ont en tête... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 18/12/2017

à PP et Guadet :

> La confusion relevée par ce billet et l'identitarisme peuvent en effet être considérées comme des expressions d'une souffrance réelle devant un monde de plus en plus incompréhensible au premier abord.
Il n'en demeure pas moins que les souffrances ne sont pas toujours exprimées de manière adéquate et qu'elles exposent à des tentations d'y répondre un peu n'importe comment.
______

Écrit par : Sven Laval / | 18/12/2017

LA CONFUSION

> Pour mieux comprendre la confusion que vous dénoncez dans votre article, reconnaissons que la grosse presse y met du sien, tel le site du "Point" ressortant aujourd'hui un marronnier (ou faut-il dire un sapin ?) vieux de trois ans mélangeant allègrement tout à propos de Noël ; à ce point, ce n'est plus de l'analphabétisme mais du philistinisme :
http://www.lepoint.fr/societe/joyeuses-fetes-dans-30-ans-un-noel-cauchemardesque-24-12-2014-1892187_23.php#xtmc=noel-dans-trente-ans&xtnp=1&xtcr=1
______

Écrit par : Sven Laval / | 18/12/2017

LOIN DE L'ORGIE

> Noël, c’est l’histoire vraie d’une famille insignifiante qui n’est pas accueillie du tout dans un village, où la femme doit accoucher dans une grotte servant d’étable faute de mieux. Quiconque a dormi dehors une fois dans le froid à demi abrité peut mieux appréhender cet accouchement peu confortable.
Noel, c’’est l’histoire d’un enfant qui se dit Dieu, faisant éclater peu à peu la figure d’un dieu monolithique imperator.
Noël, c’’est l’histoire d’un gars qui affirme que Dieu ne s’ennuie pas car il est trine. C’est l’histoire de Dieu qui montre sa vulnérabilité propre, sa pauvreté intrinsèque et par cela fait imploser tout système hiérarchisé sociétal, en montrant qu’au fond il n’y a ni maître ni Esclave sous les apparences.
Noël, c’est l’histoire d’un enfant qu’on veut massacrer à cause de cela, provoquant l’expulsion de cette famille quasi Manu militari hors de la région voire de l’Empire de Rome.
Noël, c’est l’histoire d’un bébé qui recevra des cadeaux pour survivre (l’or), se faire enterrer avec décence (la myrre) ou prier (l’encens).
Il y a des gens qui veillent la nuit de Noël pour offrir soupe et chaleur sur des ponts “au suicide”, d’autres qui servent des sans-abris, des quidams. On est loin de l’orgie pérnoélesque.
______

Écrit par : Théophile / | 18/12/2017

LÉVI-STRAUSS

> On pourrait se référer également à un extraordinaire petit essai de Lévi-Strauss, "Le Père Noël supplicié", qui explique bien les ressorts de ce nouveau mythe marchant, venu d'Outre-Atlantique. Lévi-Strauss "ou le regard singulier du célèbre anthropologue sur un rituel récent en Occident dont l'ampleur n'a cessé de croître, tandis qu'Halloween aussi évoqué ici a traversé l'Atlantique à son tour" (Maurice Olender dans son avant-propos à une réédition de ce texte au Seuil en 2016).
______

Écrit par : Bégand / | 18/12/2017

ROUGE ET VERT

> Tout récemment, un ami me disait croire que le rouge et le vert étaient les couleurs traditionnelles de Noël : nombre de publicités, décorations de boutiques, uniformes de vendeurs, etc., font en effet usage de ces deux couleurs durant l'Avent. Après réflexion, il me semble que ces deux couleurs, qui sont également celles de Coca Cola, ont été imposées par la marque américaine avec le gros bonhomme à barbe. Cette association n'a évidemment rien de chrétien : la couleur liturgique de la Nativité est le blanc.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/12/2017

CHAPEAU

> Coup de chapeau au curé de la paroisse Saint-Domice pour avoir rappelé, avec un certain courage, l'évidence : une église n'est pas une salle polyvalente.
Hélas, les concerts profanes ne sont généralement que peu retoqués par le clergé. Le curé de Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine, hélas récemment décédé, s'était ainsi opposé durant de nombreuses années à la tenue dans sa basilique de programmes musicaux d'été sans lien aucun avec la foi : je garde le souvenir d'un "Indiana Jones" tonitruant, avec trompettes, particulièrement inadapté. Pendant plus de vingt ans, le père Jacquot a engagé un bras de fer avec la mairie, propriétaire de l'édifice, qui lui rappelait qu'il n'en était que l'affectataire.
Tous les maires ne sont pas (loin de là !) comme celui de Boves : un laïciste pur et dur à la Mélenchon n'aurait sans doute pas toléré le retoquage de "Petit Papa Noël"... Ce fut le cas chaque été à Saint-Nicolas.

PV


[ PP à PV - Pas sûr pour Mélenchon, si on lui avait fait valoir l'argument de la stricte séparation religieux/séculier au nom de la loi de 1905... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe de Visieux / | 19/12/2017

SECTAIRES

> Dans ma commune, c'est l'inverse : la chorale scolaire et le conservatoire municipal ont programmés et travaillés des chants pour faire une représentation durant les "fêtes de Noël". Une représentation sur la place du village et une autre dans l'église du village. Il y avait au répertoire des chants religieux (même en latin) et des chants profanes (Petit papa Noël, Mon beau sapin, ...).
Une semaine avant la représentation, l'ordre est tombé de l'académie (Education nationale) de retirer TOUS LES CHAMPS RELIGIEUX chrétiens du répertoire pour cause de "laïcité" (l'école laïque de la République ne pouvant pas enseigner des chants religieux à ces enfants). Scandale et désolation dans les équipes de musique qui ne voyaient pas comment expliquer cela aux enfants, et refaire 3 mois de formations à 1 semaine de la représentation. Scandale aussi auprès de mamans (non chrétiennes) qui aiment bien ces chants religieux et "l’émotion qu'ils leurs apportent".
Cet ordre (venu des hauteurs de l'Académie semble-t-il), n'a pas fait l'objet de polémique, ni d'information dans la presse à ma connaissance.
Cdt,
______

Écrit par : Bergil / | 19/12/2017

RESPECT AUX CURÉS DE PAROISSE

> Que les identitaires ne fassent pas la différence entre le Noël chrétien et celui des centres commerciaux est plutôt pour me faire rire.
En revanche, ce qui est un triste constat dans cette histoire, ce n'est pas tant ce qui se passe sur les réseaux sociaux que dans les paroisses. Parce que nos paroisses sont des lieux de pouvoir où les curés ont (parfois) beaucoup moins de prise que l'on peut espérer. Et c'est pareil pour les diocèses, les universités catholiques, les communautés...
Quand un curé a envie de recentrer sa paroisse sur le Christ, il se heurte à une foule de justiciers qui se croient ou prétendent être (selon les cas) revêtus d'une mission de sauver la paroisse contre le curé. Et parfois ils n'hésitent pas à appeler au secours Rue89 ou Ouest France par exemple, qui d'un seul coup se soucient de la liturgie et du Magistère. Mais le plus souvent ils se contentent de faire de l'esclandre à l'échelle de leur clocher.
L'expérience montre que parfois, certaines personnes regrettent et vont même se confesser d'avoir mis des bâtons dans les roues du curé. Ils comprennent que le curé ne leur veut pas de mal mais que le Christ a un projet plus grand que le leur.
Je connais des prêtres qui ont lutté pendant de longues années à se faire traiter "d'intégristes" par exemple parce qu'ils voulaient mettre des chants chrétiens à la messe. Et souvent le combat paie. Après de longues années, la paroisse devient un lieu de service et de charité envers le prochain. Je sais à quelles paroisses je pense.
Mes prières et mon respect pour le curé de Boves.
______

Écrit par : Cyril B / | 19/12/2017

TUEUR

> "Le père Noël est un tueur". Un bel article d'Eric-Emmanuel Schmitt: http://www.seraphim-marc-elie.fr/article-4854562.html
______

Écrit par : Philippe / | 19/12/2017

BRIC-À-BRAC

> Tout ce bric-à-brac porte un nom qui relie tout: "la magie de Noël." Attention : les gens peuvent être remontés si on touche à cette atmosphère, en disant par exemple aux enfants que papi noël n'existe pas.
______

Écrit par : Théophile / | 19/12/2017

LES PROBLÈMES


Ceci met en relief plusieurs problèmes :

1/ la notion de "laïcité" vue à sens unique :
« Petit Papa » tant que vous voulez en dehors de l’église ; dans l’église= chants sacrés. La foi catholique est chez elle dans les églises.

2/ Dieu vu comme papy-gâteau :
Encore trop souvent on se borne à présenter Dieu comme un gentil grand-père toujours d'accord pourvu que ça fasse plaisir. D’accord avec nous. Donc c’est nous qui le guidons ; eh bien non c’est l’inverse !
Non c’est un père attentif qui nous aime (=qui veut notre bien) et veut nous voir devenir saint donc progresser ce que nous ne ferons pas si nous n’avons pour boussole que le fait de suivre nos désirs(=le bout de notre nez)
Cette vision gentillette est en réalité parfaitement orgueilleuse.
Tout cela explique à mon sens que des «catholiques » ne voient pas la différence entre croire en Dieu et croire au Père Noël…
Non : « moi je dis que tu es le Messie, le fils du Dieu vivant » vrai Dieu, vrai homme vivant parmi nous et pour nous sauver du Mal (et non des désagréments !).

3/ la foi vue comme un sentiment :
Non ! et le jour où l’on n’aime plus alors ? on aurait alors le droit de dire « je ne t’aime plus » au prochain ? Non, puisque l’amour du prochain est inconditionnel, donc ce ne peut être fondé sur du sentiment (j'aime/j'aime pas).
La foi peut être définie comme décider chaque instant de dire « oui » à l'amour de Dieu qui se révèle à travers Jésus, les Ecritures, la Tradition (avec un « t » majuscule, pas nos coutumes) et l’enseignement de l’Eglise = il faut donc connaître ces derniers, pour y adhérer et vouloir en vivre car après avoir pris connaissance de tout cela nous pensons que Jésus est LA solution, LE Sauveur.
«Vers qui irions-nous Seigneur ? toi seul as les paroles de le vie éternelle » dit Pierre à Jésus.

4/la vie chrétienne vue comme le fait d'être « convivial et spontané » :
« Convivial » : Non la vie chrétienne c'est chercher à être saint et mettre Dieu avant tout.
«spontané » : non c'est écouter l'Esprit Saint, pas ses pulsions.
C’est la paternité de Dieu sur l’humanité qui rend les humains frères et sœurs. Donc cherchons d’abord Dieu le Père et la fraternité des hommes suivra, sinon nous serons comme Marthe qui veut d’abord que Jésus soit reçu d’une manière « sympa » (et qu’on reconnaisse qu’elle est une bonne maîtresse de maison) au lieu d’aller au principal et de l’écouter d’abord.
Résultat elle finit par s’engueuler avec sa sœur devant tout le monde !
« sympa », en effet !
Donc dans les paroisses : d’abord Jésus, la prière, le recueillement ; la fraternité en découlera et sera surnaturelle car fondée dans l’amour de Dieu et non sur les sympathies (« j’aime/j’aime pas »)
Ça ne sert à RIEN d'aménager des rigoles, des canaux, de l'arrosage goutte-à-goutte si en amont on n'a pas de connexion avec une rivière.

5//la notion de sacré :
Si l’on n’entend à la messe que des choses profanes qu’on entend déjà dire en dehors, alors la messe n’apporte rien, cela n’a aucun intérêt.
Et donc elle se vide. Ce qui remplit une église c’est quand le sgens savent qu’ils vont y entendre parler de quelqu’un dont on n’entend parler bien peu ailleurs : Dieu. Là l’église sort de l’ordinaire et donc elle peut intéresser. Sinon elle se fond dans la masse.
C’est logique.
A propos de ce « papa Noël » plusieurs personnes disent "mais cela s'est déjà fait dans d'autres églises" : c'est tout à fait exact !
On voit Patti Smith faire un concert dans une cathédrale : inacceptable. De la part du clergé. L’inviter à déjeuner et parler de Dieu, oui. Le rôle de l’Eglise dans un festival rock c’est d’être là comme les prêtres au pélé des motards, ou ces prêtres américains aux alentours du festival porno de Las Vegas, ce prêtre aumônier du monde de la nuit à Toulon (en froc dans les boîtes : tout le monde vient lui parler)
Croyons-nous que «la chanson « pissing in the river »/ « Pisser dans la rivière » a vraiment sa place dans une église ?
Non, mais Patti Smith à déjeuner au presbytère avec conversation-caté pour adultes, 100 fois oui !
Concert = plein de répétitions donc la vie de prière est dérangée : non ! Dieu premier servi ! et donc le prochain.
Car si l’on croit que Dieu est Père, qu’il aime, pardonne et ouvre la vie éternelle alors on a à cœur de le proposer en premier.
Qui sont les incroyants ? des orphelins dont nous connaissons le papa, nous sommes donc criminels de ne pas leur annoncer en priorité au lieu de chercher à plaire.
Seulement voilà : est-ce que nous croyons en Dieu père qui aime ? est-ce que nous croyons que Jésus est LE sauveur ?
«Vers qui irions-nous Seigneur ? toi seul as les paroles de le vie éternelle » dit Pierre à Jésus. Il ne l’a pas dit à Patti Smith. (ni au Père Noël)

6/ rien à voir : priez pour ma femme et moi pour que se concrétise notre projet d’ouverture d’une maison d’accueil Laudato Si.
Et si ce n’est pas le projet de Dieu, que nous le sachions (depuis le temps, Il l’aurait déjà dit mais bon … ça peut être nous qui sommes sourds dingues).
Deux ans de prière, discernement, de boulot, de consultations, de formations, de retraites, de rendez-vous... et nous pensons avoir repéré LA maison.
Comme cette maison sera celle de tous, je vous mets dans le coup.

EL


[ PP à EL - Joyeux Noël à vous et à tous les vôtres ! Et bonne chance au projet ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : E Levavasseur / | 20/12/2017

NATIVITÉ

> En écho à certains commentaires ci-dessus,les orthodoxes n'appellent-ils pas "Couronnement" le sacrement du Mariage ?
Quant à la Nativité à la place de Noël, je propose de suivre le Docteur Martin ('The star of Bethléem that astonished the world') : la plus grande fête juive, celle des Tentes, pour la naissance de Jésus, le 11/9/-3, en se basant sur... l'Apocalypse en plus des Evangiles de l'Enfance de Mathieu et Luc.
______

Écrit par : Michel Santini / | 20/12/2017

NOËL

> Joyeux et Saint Noël à vous Patrice et à tous les lecteurs de ce blog.

Bernadette


[ PP à Bernadette - Joyeux Noël à vous et tous les vôtres ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Bernadette / | 21/12/2017

ROCK

> "Pourquoi dans certaines églises de France, en hommage à Johnny, on peut jouer du rock et dans d’autres églises, Petit papa Noël pose problème ?" : assez imparable comme argument, il faut bien l'admettre.

TM


[ PP à TM - Mais non, pas du tout imparable : Johnny était chrétien, voulait des obsèques religieuses, portait une croix, etc. Rien à voir avec la daube musicale de Tino, ni avec les slogans haineux de ses "défenseurs" (opposés en l'occurrence à un curé de paroisse et à sa communauté, soulignons-le).
Si les super-militants voulaient bien raisonner en chrétiens soucieux de la personne du prochain, comme Jésus le leur demande, ils ne passeraient pas leur temps à effacer les questions humaines derrière des généralités dialectiques... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Thomas Mousset / | 21/12/2017

LA SEULE

> Généralités dialectiques à la mords-moi-le-noeud, faut-il préciser. Pardon de la grossièreté mais c'est la seule formule qui convienne.
______

Écrit par : torrebenn / | 22/12/2017

CE QUE NOUS CÉLÉBRONS

> Partage bimillénaire du cœur des hommes entre 'sol invictus' et la Nativité de Jésus. L'idole solaire en avatar à barbe blanche et houppelande rouge a ébloui les hommes qui ne voient plus l'enfant Dieu né à Bethléem.
A se demander si les chrétiens d'occident n'ont pas erré, il y a une quinzaine de siècles, en choisissant d'inculturer des fêtes chrétiennes dans le calendrier païen de l'empire romain. Espérons que nos frères orientaux s'en sortiront mieux que nous.
Dans les années 60/70, nos parents nous demandaient déjà de distinguer la Nativité de la fête de Noël.
Donc à vous et aux lecteurs de ce blog, joyeux Noël et surtout très joyeuse célébration de la Nativité du Christ.

Pierrot


[ PP à Pierrot - merci, et joyeuse fête de la Nativité ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierrot / | 23/12/2017

VADE RETRO SANTANAS

> On ne leur a jamais dit à ces braves gens que Santa=Satan ? Au bûcher les lucifériens !
Plus sérieusement, prions pour eux, que le Prince de la Paix qui vient sans bruit dans le silence de la nuit éclaire leurs cœurs – et les nôtres par la même occasion.
Un très joyeux et bien chrétien Noël à vous et aux lecteurs de ce blog !

AC


[ PP à AC - Joyeux Noël à vous et à tous les vôtres ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Albert Christophe | 23/12/2017

AU FEU

> Affaire symptomatique du niveau d'inculture chrétienne des autoproclamés "défenseurs de la chrétienté", voilà le Père Noël érigé en dogme catholique et "Petit Papa Noël" au même rang que le chant grégorien? A quand une fête de saint Tino, docteur de l'Eglise ?!!
La religion (ou ce qui semble y être associé), n'est vue par ces gens que comme un moyen de se démarquer des musulmans. Des "cathos" qui n'ont pas mis les pieds à l'église depuis leur 1ère communion, et ne connaissent rien de la religion dont ils se veulent les hérauts, (les zéros, plutôt ! ) deviennent les plus ardents défenseurs des crèches dans les mairies et des croix sur les parkings, et font la leçon aux curés et aux évêques.
Le curé a bien fait d'interdire ce chant.
Rappelons qu'en 1951, alors que le Père Noël devenait plus populaire en France, il fut brûlé en effigie devant la cathédrale de Dijon.
http://www.lhistoire.fr/br%C3%BBl%C3%A9-le-p%C3%A8re-no%C3%ABl
Je remarque que par ailleurs les décorations de Noël sont installées de plus en plus tôt, dès le début novembre parfois, tandis qu'elle sont enlevées à peine Noël passé. Il semblerait plus logique d'attendre au moins le début de l'Avent, voire la veille de Noël, et de prolonger la fête au minimum jusque à l'Epiphanie, voire la fête de la Présentation.

Pr Tournesol


[ PP au Pr T. :
- Initiative de cet excellent provocateur qu'était le chanoine Kir, l'autodafé de Dijon avait surtout carbonisé les imbéciles (comme aurait dit Léon Bloy).
- Dans le métro du 10 novembre à cette semaine, d'immenses pubs annonçant : "Notre calendrier de l'Avent avec des bières dedans". ]

réponse au commentaire

Écrit par : professeur Tournesol / | 26/12/2017

PERLE

> Merci au Pr Tournesol d'avoir déniché cette perle dijonnaise que je me permets de partager sur Facebook !
______

Écrit par : Pierre Huet / | 28/12/2017

COMPUT

> Bonne mise au point !
Nota: il y a une erreur dans l'article cité par Pr Tournesol: la date de Noël ne fut pas fixée arbitrairement mais établie sur un comput du moine Denis le Petit la reliant à la conception de Jean le Baptiste elle-même repérée par rapport au service des prêtres du groupe d'Abias au Temple (cf St Luc). Le tableau de service ayant été perdu, il été facile aux esprits forts (y compris ecclésiastiques) d'ironiser sur cette date, mais à la fin des années 1990 des spécialistes israëliens ont confirmé le comput de Denis grâce aux différents rouleaux relatifs au Temple trouvés à Qumran.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 28/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.