Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2017

Réforme salubre de l'Académie pontificale pour la vie

Anne-Marie-Pelletier-laureate-Ratzinger-2014_0_728_485.jpg

Dans Le Monde, Anne-Marie Pelletier (photo) explique la réforme :


 

Anne-Marie Pelletier, professeur des universités, prix Ratzinger 2014, membre de l'institut Lustiger, spécialiste de l'herméneutique biblique, enseigne l'Écriture depuis 1993 au Studium de l'Ecole cathédrale. Elle est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages de référence, dont deux livres sur la place des femmes dans l'Église, et c'est elle qui a composé le texte des méditations du Chemin de croix pontifical au Colisée à Rome en avril 2017 : "J'ai voulu rejoindre et mettre en mots la prière de l'Eglise universelle", expliquait-elle alors à La Croix, "et cela supposait un travail d'écoute de tout ce qui vient du monde et de ses détresses".

En janvier 2017, Anne-Marie Pelletier a publié dans L'Osservatore romano un article défendant le document papal Amoris laetitia  (étrange époque où l'on doit défendre le successeur de saint Pierre contre la haine de catholiques !)... "Amoris laetitia, expliquait-elle, prête attention aux conditions concrètes de la vie conjugale et familiale" : c'est d'ailleurs cette attention concrète qui lui était reprochée dans les milieux ultra-conservateurs, qui vont de salons bourgeois à des milieux de Curie où l'on cherche querelle au pape sur le terrain théologico-ecclésiologique pour cacher les  raisons plus prosaïques de cette fronde. Raisons que je décris dans le livre qui paraîtra en janvier prochain...

En octobre dernier, la bibliste française a été nommée par François parmi les nouveaux membres de l'Académie pontificale pour la vie [*], dont la mission vient d'être  élargie par le Saint-Siège. La raison d'être de l'Académie étant de dialoguer avec tous  sur la base des fondamentaux de la condition humaine, elle interviendra non seulement sur la bioéthique, mais sur tous les problèmes anthropologiques posés par la société moderne et notamment par la technologie. Nouveau président de l'académie, Mgr Vicenzo Paglia voudrait "une sorte de conférence mondiale sur l'humain comme s'est tenue la conférence de Paris sur le climat".

Cécile Chambraud interviewe Anne-Marie Pelletier dans la page du Monde (Idées) du 2 décembre qu'elle consacre à cette réforme qui vise, souligne la journaliste, à doter le Vatican "d'un nouvel outil intellectuel pour intervenir dans les débats de société".  L'universitaire française répond avec une verdeur réjouissante. Extraits :  

<< Il est urgent que passe, dans la réflexion et le discours de l'Eglise, quelque chose de l'audace, de la liberté et de la générosité intellectuelle du pape François. De sa manière aussi d'inscrire les problèmes anthropologiques dans une problématique élargie d'écologie générale. Non pour brader la foi, comme prétendent ses contradicteurs, mais pour la rendre à sa vérité évangélique. Son attention à la vie concrètement vécue, dans la diversité des situations et des cultures [...], devrait être inspirante pour l'académie. 'Sortir', ce maître mot de François, devrait être une préoccupation structurante de son travail. Sortir de l'enclos de cercles repliés sur eux-mêmes, sortir d'un discours sourcilleux et méfiant qui récuse toute confrontation à l'autre, sortir pour nouer des échanges et des dialogues avec des interlocuteurs qui ne sont pas du sérail... >>

<< Dans des sociétés contemporaines fortement tentées par le repli sur soi, l'Eglise,  par une réflexion anthropologique précisément, pourrait avoir une mission déterminante. Et ô combien salubre, si l'on songe que des sociétés font aujourd'hui du rejet de l'autre le principe d'une sauvegarde de leur identité chrétienne. >>

Merci, Madame. Si  les médias catholiques français faisaient tous écho à vos propos, la situation serait en effet moins... insalubre.

  

 _______

[*]  Au nombre des nouveaux membres :, le prix Nobel de médecine 2012 Shinya Yamanaka (Tokyo), auteur de découvertes majeures sur les cellules-souche.

  

 

vatican_logo.jpg

 

Commentaires

PEINE

> Réforme salubre... je suis d'autant plus peiné de voir quelqu'un comme Jean-Marie Le Méné s'engager dans le projet schismatique évoqué il y a quelque temps sur le présent blog.
Heureusement que cela ne se sait pas au-delà d'un cercle relativement restreint... en se positionnant de la sorte, même à titre purement personnel, c'est la Fondation Jérôme Lejeune qu'il engage. Non ?

Feld


[ PP à Feld - La charité du pape est sans limite. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Feld / | 05/12/2017

"SORS DE LÀ"

> Ces murmures ennuyeux qui nous emmurent. Sors de là! Avance au large à la rencontre de ce monde qui ne se réduit pas à des règles et des postures apprises. Jette ton fric et tes statistiques. Entend le vrai chant d’un oiseau dans le frais matinal, pas le bruit du wiki dans ton salon moisi. Surtout dans ce mois cosmiquement commercial qui t’enferre dans un multivers publicitaire. (Voilà ce que m’inspire ce bel article qui me réjouit le cœur).
______

Écrit par : Théophile / | 05/12/2017

D'ORMESSON

> Vous écrivez avec raison "contre la haine de catholiques" et non "des catholiques". Les milieux bourgeois, volontiers ultra-conservateurs donc anti-bergogliens, recèlent parfois d'intéressants contre-exemples d'ouverture et d'anticonformisme. À l'heure où Jean d'Ormesson rejoint la maison du Père, peut-être est-il bon de lui adresser ce clin d’œil. De droite, il l'était sans doute, mais pas au point de jeter aux orties le devoir évangélique d'amour du prochain, quel qu'il soit et d'où qu'il vienne.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 06/12/2017

DU BOULOT

> L'Académie a un rude boulot devant elle !
De nos jours, c'est bien la nature humaine elle même qui est en péril du fait des rêves transhumanistes.
Ceci dit, votre titre laisse penser que l'Académie n'était pas salubre avant cette réforme.

PH


[ P à PH - En effet : une partie de ses membres (liés au cardinal Burke, ce qui est tout dire) la transformait en nid de frelons bergogliophobes, vrombissant contre toute ouverture aux problèmes d'aujourd'hui... et se prenant pour des inquisiteurs doctrinaux, chose contraire à la mission de cette académie depuis son origine. D'où la vigueur du discours du pape à l'installation de la nouvelle académie : "L'Eglise doit reprendre l'initiative en refusant toute concession à la nostalgie et aux plaintes"; etc. D'où aussi la teneur des propos de Mme Pelletier, qui est l'un des meilleurs esprits universitaires du catholicisme français.
Sur l'urgence d'assainir l'atmosphère dans l'opinion catholique française - et de démasquer les vrais mobiles des agitateurs -, cf le livre que je publie fin janvier. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 06/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.