Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

Deutschland über alles ?

csm_berlin_01_1300x550_9e3768e626.jpg

Malaise à droite de la droite française : comment réagir à l'entrée au Bundestag ('"pour la première fois depuis 1945") de 90 députés d'une extrême droite  peu francophile ?


L'AfD n'est ni le NSDAP ni même le NPD, et ses gains s'expliquent surtout par la stagnation économique d'une partie du pays. Mais la déréliction sociale dans l'ex-RDA n'explique pas qu'un leader de l'AfD récuse le mémorial berlinois de la Shoah, qualifié par lui de "monument de la honte imposé à la seule Allemagne"... (l'Allemagne seule a conçu et dirigé la Shoah, répondent les historiens). Un autre leader de l'AfD rend hommage, non à l'endurance des soldats mais aux "performances" de la Wehrmacht : emprunt à la terminologie 39-45... (lire à ce sujet les carnets de Victor Klemperer sur le vocabulaire de l'époque). Hier à la soirée électorale du parti, les militants  - dont beaucoup de jeunes trentenaires -  ont salué les résultats en clamant les deux couplets du Deutschland über alles que la RFA ne chante pas : "De la Meuse au Niémen..." Ça n'améliorera pas l'ambiance en Europe.

La sympathie envers les Français est donc rare à l'AfD. Mais ce parti "combat l'immigration et l'islam" : devant cela, la droite-de-droite française ne peut se défendre d'applaudir, fût-ce en privé, payant ainsi le prix du masochisme pour satisfaire une obsession. C'est à quoi l'on aboutit lorsqu'on ramène tous les débats de l'époque à un seul sujet... Si tout doit devenir lamento sur l'immigration et l'islam, s'il devient impossible d'examiner les divers aspects des questions (parce que tout doit se résumer à un seul), on esquivera ce qui gêne  - et on jugera normal qu'un parti allemand, sous prétexte des difficultés du présent, veuille dédouaner l'Allemagne de ses responsabilités passées  : celles d'actions dont l'onde de choc est loin d'avoir disparu. Certains diront que c'est du "gramscisme de droite". Si vous objectez que ce n'est pas un progrès pour l'intelligence, ils changeront de registre et répondront que l'heure n'est pas à l'intelligence mais aux instincts du Volk. Le Volk allemand n'aurait-il perdu que l'instinct de faire des enfants ?

 

 

bleib-ruhig-und-deutschland-über-alles.png

 

09:24 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : allemagne

Commentaires

ÉTAT D'ESPRIT

> http://www.la-croix.com/Monde/Europe/En-Allemagne-larmee-rattrapee-nostalgie-Wehrmacht-2017-05-08-1200845365
Ajoutons à votre article qu'il demeure au sein de l'armée allemande une certaine nostalgie de son passé hitlérien. Cette nostalgie est certes très minoritaire, mais elle n'est pas négligeable... et elle n'est pas cantonnée aux Länder de l'ancienne RDA.
Pour ce qui est de l'ex-Allemagne de l'Est, la repentance n'y a jamais été aussi poussée qu'à l'Ouest. Il y a quelques années, un de mes collègues de travail d'une trentaine d'années, originaire de Dresde, m'a ainsi asséné un plaidoyer en faveur d'Hitler "qui, au fond, n'était pas si mal et n'a pas fait que de mauvaises choses pour l'Allemagne, loin de là", reléguant les fours crématoires au rang de détail regrettable... Cet homme foncièrement europhobe estimait que l'Allemagne n'avait pas à rougir de son passé nazi : "nous Allemands devons cesser de courber l'échine", m'a-t-il dit. Les résultats des élections législatives outre-Rhin confirment que cet état d'esprit n'a pas été, à ce jour, totalement éradiqué.
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 25/09/2017

LE SUJET

> Certes il ne faut pas amener tous les débats de notre époque à l'islam mais il faut se poser la question de savoir pourquoi le sujet est omniprésent
C'est parce que la percée de l'islam est le marqueur de la déliquescence de nos société. L'islam ne se développe que sur un arbre malade. C'est un symptôme. Et face à celui-ci on a deux attitudes symétriques vaines : soit déclarer qu'il n'y a pas de maladie et que tout va bien se passer (les apôtres du vivre ensemble qui se satisfont de la société éclatée post chrétienne), soit rendre l'islam, voire les musulmans responsables de tous les maux, et donc les combattre (c'est l'approche bouc émissaire, elle ne résout rien, mais je ne dis pas là pour autant que l'islam ne pose pas de problème)
Paradoxalement l'AfD a compris cela en partie, en témoigne leur campagne contre l'immigration "nous ferons même nos enfants".
Mais bien sûr ils sont loin de capter l'enjeu métaphysique derrière tout cela si bien mis en évidence par R. Brague.

Ludovic


[ PP à Ludovic - Nous sommes donc d'accord : je n'ai pas dit que l'immigration n'était pas un problème, j'ai dit que tout réduire à ce problème, comme le font beaucoup de nos contemporains, est une impasse mentale. Mais une porte ouverte sur d'étranges complaisances... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 25/09/2017

LES FANTÔMES DE L'AfD

> D'autant que Hitler avait une admiration pour l'islam , et l'a traduite concrètement par l'alliance avec certaines forces musulmanes , en Bosnie et en "Palestine" (cf "l'excellent livre "Croissant fertile et croix gammée" ). Les radicaux de l'Afd sont donc en pliene incohérence. Tout comme nos petits nazillons hexagonaux. Mettre à part Frauke Petry qui a eu le courage de se démarquer des crypto-néonazis de l'AfD . On notera aussi au passage la stupidité de la Marine qui va tout de suite féliciter l'AfD. C'est comme avec l'élection de Trump , mais passons. Merci de ne pas me censurer , une fois de plus...

FG


[ PP à FG - Cette fois il n'y aurait eu aucune raison de le faire.
(Par ailleurs le mot "censure" n'est pas exact. Les commentaires des blogs sont filtrés pratiquement partout, selon les critères éditoriaux de chaque blog, et c'est légitime.) ]

réponse au commentaire

Écrit par : Gacôgne François / | 26/09/2017

ALSTOM SERA DÉPECÉ

> Toujours en relation avec notre puissant voisin, les titres du jour annoncent avec crainte (de ce côté-ci du Rhin) la « fusion entre égaux » (sic !) entre Siemens et Alstom, un des derniers fleurons industriels français.
Après le rachat éhonté des activités nucléaires d'Alstom par General Electric (après un matraquage publicitaire de plusieurs mois), c'est au tour du géant allemand de déchiqueter Alstom, dont il ne restera bientôt plus rien, l'essentiel du pouvoir décisionnel étant dorénavant aux mains des Allemands. Décision surprenante lorsqu'on sait qu'Alstom équipe la SNCF en TGV... qui sont eux-mêmes les premiers concurrents de l'ICE allemand.
Les salariés d'Alstom sont (fort légitimement) dubitatifs devant une telle union, Siemens étant plus performant qu'Alstom en matière d'équipements ferroviaires.
On peut donc logiquement parler de dépeçage : les nouveaux patrons allemands ne privilégieront pas l'outil industriel d'Alstom qui se réduira comme peau de chagrin au fil des ans. Triste logique que celle de la financiarisation de l'économie. Il y a vingt ans, Alstom était l'une des premières entreprises françaises ; il n'en restera bientôt quasiment plus rien.
Il paraît que notre président s'intéresse à l'économie... oui, mais surtout aux start-ups, à l'innovation technologique supposée créatrice d'emplois, aux patrons "cool" de la Silicon Valley. Peu de choses en faveur de l'économie réelle et du "redressement productif" comme on disait sous Fr. Hollande. Que l'on ne s'étonne pas, ensuite, si le monde entier associe l'Europe à Mme Merkel !
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 27/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.