Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

FR2 : Mgr Gobilliard (49 ans) explique le sens du célibat

catholiques

Interview du jeune évêque auxiliaire de Lyon (nommé en 2016) :

https://fr.news.yahoo.com/13h15-jeune-%C3%A9v%C3%AAque-france-compris-sens-c%C3%A9libat-152412780.html


-

Commentaires

TOUT

> En effet ! Merci à lui. Tout finit par arriver : même une découverte par la télé de ce qu'est réellement la foi catholique.
______

Écrit par : Tiphaine Masurel / | 09/09/2017

> Et puis, un évêque à moto, ça me plait ;-)
______

Écrit par : VF / | 09/09/2017

MARIO

> Il faudrait développer les paroles de Mario au père Emmanuel, en explorer l’élan induit, le non-dit : « Quand tu es là, je me repose dans ton cœur [qui est le Cœur de Jésus]. A cause de ton célibat, je sais que je suis aimé [inconditionnellement et chastement], qu’il n’y a rien de plus important pour toi que moi [je sais que toi qui es prêtre, tu as donné ta vie pour moi]. »
Le paradoxe, c’est que le prêtre qui visite l’homme souffrant, le malade du sida, voit aussi Jésus dans ce pauvre auquel il apporte un peu de réconfort et d’amitié !
Mais c’est bien ce que dit l’évangile de ce dimanche : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. »…
« Au milieu » de Mario, « au milieu » du P. Emmanuel !
______

Écrit par : Denis / | 10/09/2017

LETTRE PASTORALE

> http://www.cathedraledupuy.org/vie-de-la-cathedrale/actualites/le-celibat-est-un-dur-combat-c2019est-aussi-un-beau-combat
L'intégralité de la lettre pastorale de Mgr Gobilliard est accessible sur le site de la cathédrale du Puy. Un texte magnifique, à lire et à relire, qui pourrait être signé du pape François tant ses accents sont bergogliens :
"[l'] épouse [des prêtres], c’est l’Église, ce sont ces pauvres qui attendent Jésus sans le savoir, qui attendent d’être aimés par lui. Notre célibat, il est d’abord pour les pauvres, pour ceux qui ne sont pas aimés, qui sont rejetés, humiliés et donc qui sont tentés de se croire inutiles voire parasites de la société. Ils ont le droit d’être aimés. Ils ont le droit de savoir que Dieu les aime d’un amour personnel et unique, qu’ils ont toute leur place dans le cœur de Dieu. Lorsque nous nous éloignons de la pauvreté, que nous nous réfugions dans une vie confortable de célibataires nombrilistes, nous sommes adultères, infidèles à notre épouse, l’Église, qui nous attend dans l’intimité du confessionnal comme dans le sourire d’un enfant des rues ou le regard inquiet d’un adolescent perdu."
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 12/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.