Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2017

La France capitule sur les perturbateurs endocriniens

perturbateurs-endocriniens-lobbies.jpg

Le gouvernement passe aux actes.  En voilà un beau :


 

 

Première action gouvernementale : le vote par Nicolas Hulot du document de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens.

Dans leur lettre du 17 juin aux Etats de l'UE, les associations médicales d'endocrinologie mettaient en garde contre ce document :

il place la barre de la "démonstration scientifique de nocivité" tellement haut qu'elle permettra aux industriels de passer par-dessous ;

Écartant  (contrairement au principe de précaution sanitaire) les preuves collectées chez les animaux, la Commission exige que la nocivité soit prouvée chez les humains (ainsi traités en cobayes) : il faudra des gens gravement malades pour que Bruxelles et les Etats membres prennent des mesures contre des substances toxiques  - ce qui porterait atteinte, horresco referens, à des intérêts industriels.

On en revient ainsi au système de l'évaluation des risques. C'est une régression spectaculaire par rapport au règlement de 2009, selon lequel la seule caractéristique de dangerosité suffisait à faire évincer du marché les substances suspectes...  Selon l'OMS, il suffit en effet de savoir que les perturbateurs sont "une substance (ou un mélange) qui modifie la/les fonction(s) du système hormonal et qui a, en conséquence, des effets nocifs sur la santé, ou la descendance des individus, des populations ou de sous-groupes de population...  Cela suffit à définir le danger, et il n’est pas nécessaire, pour établir la définition, de faire au préalable des études d’impact. Ce serait mettre la charrue avant les bœufs."

Par ailleurs, le texte de la Commission indique que  les substances nocives ne seront pas interdites si l'exposition à celles-ci a été "négligeable". Cette clause aussi fait bondir les endocrinologues, la toxicité ne se résumant pas à la dose...

 

Depuis un an, la France résistait au texte de la Commission. Vint M. Macron, qui nomma à la "transition écologique" l'écolo médiatique Nicolas Hulot. Voilà aujourd'hui que M. Hulot vote le texte de Bruxelles : un texte que France Nature Environnement juge "pas à la hauteur du risque pour la santé des citoyens". Dans Libération ce matin, le ministre présente ce texte comme une "bataille gagnée" et une "avancée majeure"  - alors qu'il n'a pas obtenu gain de cause, par exemple, sur des perturbateurs endocriniens dont l'Allemagne exigeait l'autorisation ; mais rien de grave, assure-t-il : le gouvernement français prendra sur lui de les interdire dans l'Hexagone, etc. Tout cela donne une impression de Grenelle de l'environnement suivi de "ça commence à bien faire"...

 

 

 

6721152_web-perturbateurs-endocriniens-bis.jpg

 

Commentaires

HULOT ET BAYROU

> On pouvait penser que Nicolas Hulot serait le premier ministre à quitter le gouvernement rapidement (comme l'avait fait JJSS dans le premier gouvernement de la présidence de Giscard d'Estaing, à propos de la reprise des essais nucléaires) mais c'était compter sans la fatuité de Bayrou et ses petits arrangements pour faire payer certains membres de son parti par le Parlement européen. Nicolas Hulot est finalement beaucoup plus arrangeant et ne sera donc pas le JJSS de Macron.

BH


[ PP à BH - Hulot est plus businessman que Bayrou... ]

réponse au commentaire

Écrit par : B.H. / | 05/07/2017

TOUT VA BIEN

> Les lecteurs de la Décroissance ne seront pas surpris de cette compromission.
Notez par ailleurs que la presse nous a vendu, fin juin, un Nicolas Hulot "personnalité politique préférée des français". Tout va bien.
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 06/07/2017

LE VENT TOURNE

> Le vent tourne pour Nicolas Hulot. Serions-nous complotistes de supposer un lien de cause à effet ?
"Le Canard Enchaîné révèle ce mercredi que Nicolas Hulot a profité de larges rémunérations au sein de sa fondation et d’une entreprise." http://www.europe1.fr/politique/revelations-sur-des-profits-embarrassants-pour-le-ministre-nicolas-hulot-3380690
______

Écrit par : isabelle / | 06/07/2017

Isabelle,

> je pense que PP faisait allusion à ça en disant que Hulot était un businessman...Le mensuel 'la Décroissance' l'a démasqué voilà bien longtemps !
______

Écrit par : Thomas Mousset / | 07/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.