Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2017

"Le pays est à droite" : et la droite a voté Macron

LD2919.jpg

De Fillon à Macron, c'est la dynamique du bourgeois perpétuel :


 

 

L'abstentionnisme est majoritaire mais « le pays est à droite » (disent les politologues), et le raz-de-marée s'est produit. Il ébranle jusqu'à des bastions LR comme les Hauts-de-Seine, Paris-XVIe, Chantilly etc. Comme on l'avait dit après le second tour de la présidentielle, la jeune bourgeoisie de droite - bénie par la vieille - est passée en bloc au macronisme.

Le macronisme a phagocyté aussi d'autres milieux (ceux qui ne se sont pas abstenus par résignation). Mais rien d'étonnant à ce qu'il avale la bourgeoisie de droite : la politique économique et sociale annoncée par M. Macron sera, en moins balourd mais en plus radical, celle que prônait M. Fillon ; pour s'en rendre compte il n'y a qu'à voir l'embarras des candidats LR.

La droite survivante entrera dans un enfer : rester entre gens qui ne se supportent plus. Quoi de commun entre les amis de M. Solère, libéraux macrophiles, et ceux de M. Wauquiez, libéraux trumpisants ?  Mais LR est abandonné par des électeurs macronisés ; ses élus rescapés seront condamnés à cohabiter en groupe parlementaire. Du moins dans un premier temps... Ensuite on verra. Les LR macrophiles rêvent à un effritement de l'énorme majorité REM, qui leur permettrait de se proposer comme supplétifs à M. Macron. Les LR trumpisants rêvent de créer un Tea Party gaulois avec la moitié marionniste du FN.

A suivre !  Pour l'instant, on se permet de sourire devant les retournements de veste. Dans cette bourgeoisie de droite à sincérités successives, en janvier on nous disait de nous taire et de fléchir le genou devant M. Fillon, saint et martyr. En avril on nous annonçait que Mme Le Pen allait "faire encore plus de voix que prévu". En juin on nous déclare que le triomphe de M. Macron était écrit dans les étoiles. C'est la dynamique du bourgeois perpétuel  :  «On ne va jamais plus loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va, a dit un homme politique célèbre. »  (Henry Monnier, Grandeur et décadence de M. Joseph Prudhomme, 1852).

 

 

LD2667.jpg

 M. Prudhomme - « Mon fils, saluez ce monument, qui est plus qu'un monument puisque c'est un bazar qui est même plus qu'un bazar, puisque c'est le Palais de l'Industrie. »

 

 

Commentaires

VOTE OBLIGATOIRE ?

> Les Français qui n’ont pas voté dimanche ne s’excluent-ils pas, de façon implicite, de la communauté nationale ?
Le vote obligatoire aurait cette vertu de stimuler la fibre patriotique de nos concitoyens. De les inviter à ne pas baisser la tête devant les puissants, les riches.
Ce premier tour a un petit goût de suffrage censitaire qui nous ramène très loin en arrière.
D'ici à ce que l'on rétablisse les censeurs venus épauler les consuls romains en 443 (avant JC). Rappelons leurs missions :
1/ Recenser (classer les citoyens dans les centuries, classes et tribus).
2/ Recruter les sénateurs.
3/ Surveiller les mœurs privées et publiques (jusqu’au droit de noter d’infamie un citoyen).
4/ Attribuer des marchés (ferme des impôts, fournitures, travaux de construction et réparation, baux et contrats avec entrepreneurs et fermiers).
5/ Juger des contestations se rapportant à leurs attributions et s’élevant entre l’Etat et les fermiers, entre les fermiers et les particuliers.
6/ Accomplir la cérémonie expiatoire quinquennale qui clôture leur charge (le censeur-président offre un sacrifice, composé d'un porc, d'un mouton et d'un taureau sur le Champ-de-Mars).
Je ne sais pas pourquoi, mais il me semble que le consul-président Macron, à l’issue du premier tour, a non plus seulement le profil, mais désormais aussi les coudées franches, pour rétablir cette magistrature des censeurs.
______

Écrit par : Denis / | 12/06/2017

CHAPELLES

> Abstention et victoire de Macron sont aussi dues à l'incapacité de l'opposition antilibérale à la moindre union. Elle est divisée en une multitude de chapelles dirigées par des personnes qui chacune prétend détenir la vérité et la raison à l'exclusion des autres. Chacune passe plus de temps à critiquer les autres qu'à combattre les partis néolibéraux. Pour le public, elles semblent ainsi davantage copier le discours néolibéral que vraiment le remettre en question.
Mélenchon s'en prend surtout au FN, le FN surtout au libertarisme gauchiste, d'autres aux identitaires ou aux souverainistes. Le productivisme néolibéral n'a pas été tellement attaqué pendant les campagnes électorales, alors même que tout le monde peut le voir détruire l'humanité et la planète.
______

Écrit par : Guadet / | 12/06/2017

@ Denis

> Qui s'exclut de la communauté nationale ? Les citoyens abstentionnistes ou les journalistes et insiders capables de monter une officine pour les législatives, et ne proposant que des offres émanant du "cercle de la raison" ?
Dans ma circonscription de l'ouest, j'avais le choix entre LREM, un PS "majorité présidentielle" et une UDI "pour une cohabitation constructive". Les autres offres : pléthore de tout petits pseudo-partis avec des propositions loufoques, notamment les innombrables partis écologistes dont tous, dans ma circonscription, réclament le "droit à mourir dans la dignité".
Voter pour quoi ? Pour n'importe quel pignouf, dit ma grand-mère. Sauf que si le parti du pignouf réunit 1% des voix, il a du fric pour sa pignouferie, qui polluera à nouveau ma boîte aux lettres et la planète avec dans 5 ans.
Ravie de m'être abstenue et d'avoir montré mon dégoût, et aussi mon mépris, pour ceux qui ont voté pour l'obscénité faite homme.
______

Écrit par : Maud / | 12/06/2017

AUSSI LES CHRÉTIENS DE GAUCHE

> Pas que les bourgeois de droite visiblement :
https://chretiensdegauche.com/2017/05/05/resolument-macron/#more-2247
Intéressants vos liens en colonne gauche de votre blog !


TM


[ PP à TM - Ces "chrétiens de gauche"-là ont suivi le reste de "la gauche" dans sa descente au dessous de zéro : c'est-à-dire dans la réduction du label "de gauche" au folklore psychosexuel "sociétal". Domaine dans lequel M. Macron est inattaquable...
En revanche, ils ne voient aucune objection, sur le plan socio-économique (autrement plus grave), à voter pour des projets dignes de ceux du Medef.
Voilà où en est cette "gauche"-là. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Thomas Mousset / | 12/06/2017

HOLÀ

> Peut-on expliquer la vague Macron uniquement par les débats internes de la "droite catholique" ? Je ne le pense pas.

BH


[ PP à BH - M'avez-vous vraiment lu ? Je ne le pense pas. ]

réponse au commentaire

Écrit par : B.H. / | 12/06/2017

RETOUR AU POINT DE DÉPART

> Après un an et demi de comédies en tout genre, c'est une révolution, certes, mais au sens géométrique du terme : retour au point de départ. Macron en marche c'est Dupondt dans le désert.
Et cet adage qui me revient en mémoire, d'un bourgeois de droite (mais d'une autre trempe, et surtout d'une autre plume que ceux qui nous font vomir aujourd'hui) :
« Je ne crains pas le ‘suffrage universel’ : les gens voteront comme on leur dira. » [Tocqueville]
______

Écrit par : Benoît Girard / | 12/06/2017

@ Guadet

> Il y a du vrai dans le constat que vous faites de cette division. Il faut ajouter à cela que les plus grosses de ces "chapelles" ont surtout l'air de boutiques n'hésitant pas à avoir recours à des postures caricaturales, que ce soit dans la maison Mélenchon (à quand un grand "phi" de néon éclairant la nuit des indignés ?) ou dans la maison Le Pen (père et descendance) : de parfaits auxiliaires de ce que ces boutiques prétendent combattre.
______

Écrit par : Sven Laval / | 12/06/2017

@ Denis :

> Une autre solution que le vote obligatoire résiderait dans la prise en compte d'un quorum nécessaire à la validation d'un vote (comme dans n'importe quelle assemblée générale de copropriété). En cas de non-atteinte du quorum, le vote serait déclaré invalide et les électeurs priés de se prononcer à nouveau. Les candidats seraient de même obligés de se présenter à nouveau, avec la possibilité d'en ajouter d'autres. Le désagrément probablement provoqué aux premières occasions pourrait donner à réfléchir aux électeurs.
______

Écrit par : Sven Laval / | 12/06/2017

@ Maud

Ce que tu dis de ta circonscription est vraiment triste. Ici, nous avions un ami de la paroisse qui est issu de la 'primaire citoyenne' locale. Pas pignouf du tout, il a récolté 2,5 % environ. Mais c'est la candidate REM qui mène, et son prénom est Mélusine (je jure que c'est vrai).
"That's me in the corner..." (en marge !) "Oh no, I've said too much... I haven't said enough..." C'est déjà ce que chantait REM il y a longtemps :
https://www.youtube.com/watch?v=xwtdhWltSIg
______

Écrit par : Alex / | 12/06/2017

@ Maud

> Pour ma part, j'ai voté pour le candidat soutenu par un petit (et valeureux..je le dis sans ironie..ce n'est pas une "pignouferie" ) parti souverainiste. Le parti ne rentrera pas dans ses frais, mais le candidat pourrait décemment inviter ses électeurs à déjeuner...
______

Écrit par : Feld / | 12/06/2017

LIENS

> REM, ce sont des "Shiny happy people" :
https://www.youtube.com/watch?v=YYOKMUTTDdA

Mais ce n'est qu'une "Imitation of life" :
https://www.youtube.com/watch?v=0vqgdSsfqPs

Au bout du compte, "Everybody hurts"...
https://www.youtube.com/watch?v=5rOiW_xY-kc
(très beau clip, ce dernier)
______

Écrit par : Alex / | 12/06/2017

LE IIIe EMPIRE ?

> C'est fou, cette "success story" qui dépasse l'entendement. Il m'arrive de me demander si, plus qu'un nouveau quinquennat, ce n'est pas un nouveau régime qui est né. Ceux qui, il y a quelques mois, ont envoyé leur CV pour devenir "helpers" de M. Macron, qui devaient être laminés par les candidats plus expérimentés, et qui ont quand même été élus... peut-être sont-ils de futurs sénateurs à vie. Vu l'état de ce qui reste d'opposition, je le vois bien durer 20 ans, ce "Troisième Empire".
M. Macron est-il le Président (avec un grand "P"...comprenne qui pourra) ?
ps : je ne me suis toujours pas remis du quasi-ralliement de V. Loupan au nouveau chef de l'Etat ("(...) au point de séduire, s'il était possible, même les élus. "). Le pire c'est que, moi aussi je suis à la fois "troublé et séduit"...
______

Écrit par : Feld / | 12/06/2017

A TM et à PP, à propos des chrétiens de gauche

> Etant membre de ce collectif, je tiens à rappeler que les articles publiés n'engagent que leurs auteurs. Pour ma part, j'avais publié ceci au même moment : https://chretiensdegauche.com/2017/04/25/la-nuit-americaine-ou-le-piege-du-deuxieme-tour/#more-2197
J'expliquais pourquoi j'ai voté pour Mélenchon au 1er tour et pourquoi j'allais voter pour E. Macron au second tour.
Tout comme j'ai publié cet autre billet sur mon propre blog : http://patpik.blogspot.fr/2017/05/lavenir-de-lhumanite-est-entre-vos.html
Extrait : "Certes j'ai signé la charte des Insoumis parce que la plupart de mes idées se retrouvent dans leur programme, en particulier le partage du travail, la transition écologique avec la sortie du nucléaire, le maintien et le développement d'une agriculture paysanne...
Je suis avant tout écologiste.
Force est de constater que Jean-Luc Mélenchon fait peur. On le dit populiste. Son score à la présidentielle permet plutôt de le qualifier de populaire. Surtout les réactions qu'il suscite montrent à quel point le libéralisme a gagné la bataille des idées. Le dogme néolibéral "There is no alternative" qui date des années Reagan et Thatcher, a colonisé la quasi-totalité des écoles de pensée en France depuis 1983 avec le tournant de la rigueur. Et cela aussi bien à droite qu'à gauche, que chez certains écologistes. La recomposition dont il est question depuis l'élection présidentielle n'est qu'une ré-affirmation du dogme néolibéral."
______

Écrit par : Patrick Pique / | 12/06/2017

@ Sven Laval

> "Le désagrément probablement provoqué aux premières occasions pourrait donner à réfléchir aux électeurs."
... et aux candidats ?
______

Écrit par : PMalo / | 13/06/2017

LA BOURGEOISIE RÉUNIFIÉE

> Bonjour,
Je vis dans un quartier populaire dans lequel l'abstention a battu des records. (Je me suis moi-même abstenue.) Mes voisins et moi n'avons pas de hauts diplômes mais nous avons parfaitement compris que le choix démocratique portait sur la couleur de la sauce qui accompagne le plat. Et le plat, c'est nous ! (Casse de la sécu, du droit du travail...) Et ce depuis au moins 1960.
Je me permets de rappeler que le mouvement ouvrier révolutionnaire - travaillé longtemps par les idées libertaires (qui avaient autant de rapport avec Cohn Bendit que l'esprit de Trump avec celui des évangiles) - n'a jamais combattu pour le droit de vote mais pour la liberté.
Maintenant que toutes les idées politiques anciennes sont par terre, que l'alignement des planètes libérales (politique, économie, société) est parfait, M. Macron effectivement "et de droite et de gauche", et "écologiste" (avec M. Hulot), est logiquement soutenu par la bourgeoisie réunifiée et les "classes moyennes" collaborationnistes.
Et je ne vois pas ce que la religion vient faire dans cette histoire si ce n'est que la foi chrétienne aura été incapable de s'opposer à cette dynamique (comme l'annonçait, il y a 60 ans Bernanos). Il est vrai que l'évêque d'ici est au mieux avec les milieux d'affaire...
Salutations combatives,
Annick L.
______

Écrit par : Annick Lachosme / | 13/06/2017

POLITICIEN(NE)S

> On rit a posteriori en pensant au concert des imbéciles qui appelaient à voter Macron pour faire barrage, et mieux "choisir son adversaire demain". Il aurait fallu que Macron ne gagne qu'à 55 pour cent. C'est vrai que MLP a été tellement médiocre...
Au fond, vous avez raison Denis : je vais peut-être faire scission. Je ne vois plus ce que j'ai en commun avec la majorité des électeurs... Même Marion est séduit par Macron : la fin du monde est proche (ou peut-être tout simplement celle de Marion).

Maud


[ PP à Maud - Chacun peut constater que les politicien(ne)s FN sont tout simplement... des politicien(ne)s comme les autres. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Maud / | 13/06/2017

NO ALTERNATIVE

> There is no alternative. C'était le message de tous les médias qui ont diabolisé ou censuré les candidats jugés réellement non conformes. Radios et magazines cathos n'étant pas les derniers. Les chrétiens de gauche ont donc suivi la gauche dans sa descente, ceux de droite ont fait le chemin correspondant.
Alors, pourquoi se dèranger ?
______

Écrit par : Pierre Huet / | 13/06/2017

@ PMalo :

> Vous avez raison de mentionner les candidats aussi. C'était un oubli de ma part. Ils auront obligation de faire campagne dans la rue (sans faire de tapage et avec des arguments).
______

Écrit par : Sven Laval / | 13/06/2017

@ Feld

> Bonjour,
Je pense que cette "success story" (pour qui au juste ?) s'explique profondément par le laminage incroyable de la mémoire historique et de la culture générale chez la majorité de nos concitoyens, ce qui a donné un terrain favorable à la non-résistance mentale à toute forme de matraquage publicitaire.
"Nous" avons voté pour celui qui avait en main les meilleures techniques de manipulation de masse. Ne soyez pas étonné que ça fonctionne, c'est à la fois et paradoxalement très lourd et très sournois. Une fois une certaine masse critique atteinte (comme c'est le cas aujourd'hui), s'ensuit un effet d'entraînement et de sidération chez ceux qui avaient "tenu" jusque là. C'est le propre des phénomènes de masse (souvenez-vous de toutes les déclinaisons possibles des "vu à la télé" et autre "Des millions d'acheteurs ne peuvent pas se tromper" de la campagne)
Bonne soirée
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 13/06/2017

Chère Maud,

> Devons-nous lire « Marion est séduit », ou « Marion est séduite » (notez que PP estime que vous évoquiez Marion Maréchal Le Pen, ce qui n’est pas évident pour moi) ?
S’il s’agit bien de notre académicien préféré (mais, sur ce point, la philosophe distinguée que vous êtes a peut-être un autre point de vue), j’en étais resté à sa prise de position dans 'La Croix' du 2 mai dernier, où il renvoyait dos à dos les deux finalistes de la présidentielle et nous adressait ce message :
« (…) Et voici – c’est la bonne nouvelle : puisqu’il n’y a pas de place dans l’auberge ni dans la salle commune pour les catholiques, qu’on les laisse prendre leurs aises dans les collines et une grotte, loin de la comédie politico-médiatique, et s’occuper eux-mêmes d’eux-mêmes et des autres, sans attendre l’impossible – que les politiques s’en occupent à notre place. (…) »
Sauf erreur de ma part, JLM est sur la même longueur d’ondes que vous : « faire scission », mais en choisissant lui de rejoindre une grotte !
De là à ce nous vous retrouvions, lui et vous et moi, dans des grottes voisines, en bonne compagnie avec la très catholique Marion, petite-fille Le Pen, qui a annoncé son retrait de la vie politique, il n’y a qu’un pas !
______

Écrit par : Denis / | 14/06/2017

@ Fernand Naudin

> Ce que vous décrivez rappelle quelque peu "Rhinocéros" de Ionesco. Un peu de culture générale chez nos concitoyens eût pu leur y faire penser, en effet.
______

Écrit par : Sven Laval / | 14/06/2017

> JLM désigne bien Jean-Luc Marion !
______

Écrit par : Denis / | 14/06/2017

PRÉNOM

> Dans ma circonscription, la candidate REM, je l'ai dit, se prénomme "Mélusine"... Mélusine en marche ? Encore le productivisme industriel, hélas...
______

Écrit par : Alex / | 16/06/2017

@ Alex :

> Mélusine, ce n'est pas un nom de fée ? Magie du libéralisme...

SL


[ PP à Alex - Si, et de fée qui se transforme en "serpente volante". Vouvant, Mervent, les châteaux de Gilles de Rais... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 16/06/2017

@ Fernand Naudin

> Je vous cite : "Je pense que cette "success story" (pour qui au juste ?) s'explique profondément par le laminage incroyable de la mémoire historique et de la culture générale chez la majorité de nos concitoyens".
Laminage qui fait également que s'appeler Macron n'est plus aujourd'hui un handicap patronymique !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Naevius_Sutorius_Macro
______

Écrit par : Feld / | 19/06/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.