Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2017

Election, "grande illusion" ?

20121021183019-1d0cdba8.jpg

La Manif pour tous va multiplier les réunions publiques de "décryptage des résultats de la campagne". Titre : "Election, la grande illusion". Ils semblent déçus ? qu'imaginaient-ils donc ?  Décryptage de ce "décryptage" :


 

 

Mme de La Rochère et les siens repartent en campagne à partir de cette semaine : Angers, Rennes, Tours, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Montélimar, Annecy...

Cette série de réunions-débats porte un titre amer : "Election, la grande illusion".  Diagnostic exact. Mais un peu tardif... Nous sommes quelques-uns à avoir tenté d'expliquer depuis deux ans : 1. que l'aventure de Sens Commun ne menait nulle part ; 2. qu'interpeller les candidats sur les questions "sociétales" - comme le firent Mme de La Rochère et ses amis avant la présidentielle - ne menait nulle part non plus. Cela pour deux raisons différentes, selon que l'on considère Sens Commun ou la MPT...

Les leaders de SC se sont enlisés dans le politicien, avec une candeur pieuse et militaire qui les empêchait de voir ce qu'était un parti. Le parti a contaminé SC, qui dérapa vite de la noble théorie à la manoeuvre de couloirs ; manoeuvre qui fit un frustré (M. Poisson) et un agacé (M. Fillon) ; lequel ne promit rien à SC, mais en obtint l'hommage-lige sans contrepartie. On hésite à qualifier cet élan des candides vers un politicien... Mais on sait comment l'affaire a tourné : plombé dans l'opinion par son programme libéral extrémiste, piégé par des ténors de la droite (c'est d'eux qu'est venue l'affaire des "emplois fictifs"), coincé par les juges, M. Fillon en désarroi dut oublier son agacement pour accueillir l'élan - redoublé - de SC, qui lui organisa le Trocadéro. Puis ce fut le crash. On dit que les leaders de SC n'ont toujours pas compris qu'ils avaient perdu leur temps ; j'hésite à croire à une telle persistance dans la cécité.

La MPT n'était pas dans le même cas. Son "illusion", si illusion il y eut, fut de croire qu'on pouvait interpeller les candidats à la présidentielle sur les questions anthropologiques, sociologiques et bioéthiques... On ne le pouvait pas : la règle du jeu l'interdisait ! Les principaux candidats n'avaient pas la tête à un tel excursus. L'idée ne leur serait pas venue de mettre en question le système économique qui s'est emparé de tout, y compris de l'intime des vies privées (voire des consciences), et qui produit des "avancées sociétales" allant toutes dans le même sens : la dissolution hyper-individualiste... L'extrême droite jugeait ces questions sans intérêt. L'extrême gauche ne voulait pas voir que les nouvelles moeurs sont un produit du néocapitalisme libéral. Et ce dernier allait s'annexer plus que jamais la classe politique dominante, centre-droit + centre-gauche...

Deux ans d'illusions, politiciennes ou périphériques, se sont donc achevés par l'avortement que l'on sait. Un avortement fruit de l'aveuglement... Chérir les causes et déplorer les effets est un vice "libéral-conservateur" ; comme, à l'inverse, chérir les effets et déplorer les causes est un vice de la gauche bobo. Tant que ces "résistants" n'auront pas cessé, soit d'adorer le libéralisme (cause de ce qu'ils déplorent), soit d'adorer les effets sociétaux causés par le libéralisme qu'ils abhorrent, leur "résistance" sera du verbiage. Rien n'avancera tant qu'ils ne comprendront pas pourquoi la classe politique  - recomposée ou non -  a cessé d'être "politique", c'est-à-dire capable de débattre des fondements non-économiques de la société.

Les persévérants de la MPT devraient étudier la conférence d'ouverture du dernier colloque d'Ichtus (octobre 2016). Matthieu Detchessahar - professeur d'économie - y analyse le phénomène de "dissociété" qui corrode les fondamentaux de la condition humaine. Ce phénomène, souligne-t-il, est produit par "la société de marché, fausse conception récurrente depuis trois siècles et revenue au galop depuis une trentaine d'années".  Le monde humain est dévoré par l'expansion illimitée du marché dans tous les domaines : d'où la destruction des liens et des biens sociaux. D'où aussi, dit par exemple Detchessahar, "la promotion de comportements jadis répréhensibles" : effet direct de la pression économiciste ! Cette pression "recompose en profondeur les clivages politiques", explique-t-il (sept mois avant le succès de l'OPA Macron) : "elle mélange droite et gauche, libéralisme philosophico-moral et libéralisme économique, en un seul modèle indissociablement" ; sa logique est de "fonder le lien social sur les seuls liens économiques, au détriment de la conscience collective de la société", ce qui amène à "croire résoudre les problèmes en les diluant dans l'économique".

Rompre tendanciellement avec la société de marché est un préalable à toute action collective digne de ce nom. La droite catholique en est loin. Il ne suffit pas de dénoncer en théorie la "marchandisation" avec les dernières MPT : encore faut-il ne pas se ruer ensuite - de façon schizoïde - chez M. Fillon, dont le programme ("le meilleur", disait oncle Charles-Henry) impliquait, précisément, la marchandisation de choses aussi fragiles et précieuses que la couverture santé !  La semaine dernière sur Facebook, ces pieux messieurs avaient encore le réflexe d'invoquer Hayek ; savent-ils que pour Hayek la notion de "valeurs" était un frein nuisible aux "mécanismes d'ajustement spontanés du marché", et qu'il honorait - comme founding father - Mandeville avec son principe des "vices privés faisant le bien public" ? Ils ne veulent pas le savoir. La persévérance MPT aurait intérêt à rompre avec ces messieurs, si elle ne veut pas porter indéfiniment  le deuil bleu et rose d'une grande illusion.

 

images.jpg

 

Commentaires

DE DROITE ET DE GAUCHE

> En bref la droite (libérale) et la gauche (anticapitaliste) sont toutes deux hémiplégiques. Les cathos « de gauche » tout comme les cathos « de droite » sont des tièdes qui refusent d'assumer la plénitude de l'enseignement de l'Église.

Ghislain


[ PP à Ghislain - Oui, et de l'assumer en le concrétisant : puisque l'enseignement de l'Eglise n'indique que des objectifs généraux. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Ghislain / | 17/05/2017

LE POSSIBLE ET LE NÉCESSAIRE

> À quoi sert de vouloir ramener les gens à la raison ? Comme si la raison avait jamais eu la moindre importance dans le monde ! Depuis l'élection de Macron je déprime et je suis pris de doutes sur l'intérêt de sites antilibéraux que j'aime bien comme celui-ci. Est-ce que la seule réaction possible n'est pas celle de Julien Coupat (https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/250417/interview-de-julien-coupat-et-mathieu-burnel).
Où sont les Jérémie d'aujourd'hui ?

Guadet


[ PP à Guadet - "Pas besoin d'être Jérémie", comme chantait Brassens :
1. on commence par réfléchir sur les causes RÉELLES de la situation (qui résident dans la tyrannie économiciste du système néolibéral), en lisant par exemple - le crayon à la main - l'encyclique 'Laudato Si', les paragraphes 53 et suivants de l'exhortation apostolique 'Evangelii gaudium' et le discours de Santa-Cruz en 2015 ;
2. on élimine toutes les fausses pistes, impasses et arnaques pseudo-politiques pour naÎfs (je sais : pour ces derniers ce sera une grosse privation) ;
3. on se groupe par réseaux d'amitiés et d'intérêts communs pour lancer des carrefours de réflexion et même, pour les plus créatifs, des expériences concrètes (économie de proximité) ;
4. à partir du moment où ces carrefours et réseaux auront acquis en proliférant un véritable rayonnement social (et à partir de ce moment-là seulement), une action réellement politique deviendra envisageable. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guadet / | 17/05/2017

AUTOPSIE

> J'ignore ce que signifie le titre énigmatique de ces réunions, et donc ce qui s'y dit (que SC s'est fichu le doigt dans l'oeil? Que Macron a été "élu produit de l'année" comme le titre 'Causeur' ? qu'on y a cru puis que ce fut la désillusion?). Mais je pensais que la Manif n'avait pas pris position pour FF (contrairement à SC).
Par ailleurs, j'adhère globalement à vos propos sur SC et la Manif pour tous.
Cependant, ils ont des propositions intéressantes sur la politique de la famille (fiscale, allocs, etc.), sur le monde scolaire, (Vigigender, etc.).
Le problème est que, comme SC, ils sont devenus "par principe" inaudibles, et même si je suis entièrement d'accord avec vous sur SC depuis le début, il est déplaisant de voir SC diabolisé par principe parce qu'ils ont émis des objections au "droit au faire famille pour tous" (et pas du tout pour leur libéralisme économique atavique, qui est en réalité leur problème). La lecture de "La Croix" et des tribunes de mémé Soupa et mémé Pelletier avec leurs "tacles" à SC, furent un long chemin de croix intellectuel... Toujours à contretemps car toujours dans l'air du temps... Alors qu'il y a tant à dire sur le côté "bourgeois" et "libéral" de SC, qui est leur vrai problème (et non leur "extrémisme" moral, quel ridicule!).

Maud


[ PP à Maud - D'accord avec vous. SC a été attaqué pour ce qu'il avait de décent (et qui fut écarté avec dédain par LR), mais pas pour ce qu'il avait de pénible et dérisoire : son côté
"M. Le Trouhadec saisi par la débauche". ]

répondre au commentaire

Écrit par : Maud / | 17/05/2017

O.K. CORRAL

> "(c'est d'eux qu'est venue l'affaire des "emplois fictifs"):
Je l'ai toujours pensé . Auriez-vous donc des preuves de ces basses manoeuvres ?

Mariemcm


[ PP à M. :
Ce fut un règlement de comptes, au sommet de LR, pour une raison précise remontant à quelques années. Je n'en ai évidemment pas de "preuves" ("no tapes", comme on dit à Washington) : mais des sources crédibles (comme on dit au 'NYT') m'ont indiqué quelle notabilité LR - et par quel hasard - fut d'abord informée d'un problème à propos de l'emploi de Pénélope Fillon. On connaît la suite, envenimée par la maladresse de FF lui-même envers ses pairs après la primaire. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Mariemcm / | 17/05/2017

ET SI...

> Pour un peu plus de cohérence et pour éviter ce genre d'illusion puis de désillusion, les dirigeants de LMPT auraient dû se demander si leur mouvement aurait eu tant de succès si le "mariage pour tous" avait été une loi proposée par un gouvernement "de droite" (comme ce fut le cas au Royaume-Uni).
Et je ne parle pas de Sens Commun.
C'est dans le raisonnement que vous exposez en réponse à Guadet que se trouve la bonne démarche : poser les problèmes avant de se jeter sur quelque solution de rencontre ou de hasard, toute prête.
______

Écrit par : Sven Laval / | 17/05/2017

TROPISME

> SC et LMPT sont donc sur des positionnements stratégiques incohérents. Leurs cousins les poissons roses sont eux sortis des radars depuis la primaire de la BAP.
Bilan des courses, toute une frange de l'électorat catholique cédant aux sirènes du "renouveau" giscardien après avoir été apôtre de Fillon, et participant complaisamment à la quinzaine antifasciste (pour conjurer "le mauvais génie du christianisme"?) a remis un jeton dans la machinerie libérale-libertaire...
Il semble bien qu'à l'heure actuelle la ligne Buisson tienne toujours la corde pour agréger les analyses "populistes" (Guilluy/Michéa) à celles de la galaxie conservatrice. L'avenir d'une illusion ?

Philippe


[ PP à Philippe - La chkoumoune des Buisson, ce sont les Sarkozy. La droite bourgeoise est viscéralement libérale : y compris Mme Maréchal Le Pen, qui veut maintenant convoler en politique avec M. Wauquiez. Quand cette jeune dame nous dit aujourd'hui qu'elle se reconnaît dans la "droite Buisson" (radios et quotidiens), ça veut dire que la malédiction du tropisme libéral continue à plomber le buissonnisme ]

réponse au commentaire

Écrit par : Philippe / | 17/05/2017

MANOEUVRES

> François Fillon (...) piégé par des ténors de la droite (c'est d'eux qu'est venue l'affaire des "emplois fictifs"), écrivez-vous ?
Qui donc ?
Je pensais que le coup venait du hollandisme...

MG


[ PP à MG -Le tout-Paris politique sait "qui" : mais - pardonnez-moi cette prudence - je ne tiens pas à finir en correctionnelle ! Je ne donnerai donc pas le nom. Ce ne fut d'ailleurs que le point de départ ; l'amplification est venue de diverses autres manoeuvres au sommet de LR, soit par pure manipulation, soit pour se venger de l'attitude de FF au lendemain de la primaire. Quant au hollandisme, comment n'aurait-il pas sauté sur l'occasion ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 17/05/2017

BUISSON

> De quel Buisson parlez-vous ? Que sont la droite Buisson, le buissonnisme et ses médias ? J'ignore totalement ce sujet.

Alex


[ PP à Alex - Votre question est un chef d'oeuvre de second degré. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 17/05/2017

LE BAS ET LE HAUT

> Ils n'avaient pas compris que l'opposition droite / gauche était une pièce de théâtre devenue inutile et dont la macronie sort par le bas: l'individualisme économique. A nous d'oeuvrer à sortir par le haut: l'amour de nos patries, de nos prochains, de la Création et de Dieu par dessus tout cela.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 18/05/2017

@ PP :

> non, je suis sérieux... Est-ce ce 'Patrick Buisson' dont j'ai déjà entendu vaguement parler, mais dont je ne sais en fait rien ? Je ne suis le barnum politique que de très loin, et largement à travers vous, en fait...

Alex


[ PP à Alex - Buisson-sa-vie-son-oeuvre serait une trop longue histoire pour qu'elle soit racontée ici. Si vous avez cinq minutes, je vous suggère d'aller voir sur Wikipedia... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alex / | 18/05/2017

ON NE LÂCHE RIEN (ET MÊME : RIEN DU TOUT)

> Il y a quelques années, un blogueur chrétien écrivait "Chrétiens lâchez tout" à propos du mariage pour tous. Il affirmait que la posture "On ne lâche rien" n'était pas chrétienne car le christianisme est la religion du lâcher prise. Quelques jours après, Valls, alors Premier ministre renonçait à légaliser la GPA sous la pression de la Manif pour tous. Ledit blogueur se voyait alors reprocher de s'être trompé.
Mais s'était-il complètement trompé ?
Quel est le fruit de ce "On ne lâche rien" ?
Certes, la famille est un combat auquel il ne faut pas renoncer.
Cependant, il aurait mieux valu abandonner l'idée d'un retour en arrière immédiat, et essayer de reconstruire un système sur des bases meilleures que celles qui ont échoué; plutôt que de mettre à tout prix un pansement sur un ulcère.
De quoi a-t-on l'air à s'acharner sur des questions de mœurs qui ont quitté depuis longtemps l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale ?
On ne fait même plus attention à la Manif pour tous.
Nous sommes devenus les idiots utiles de Macron. Je vois autour de moi des cathos-manif-pour-tous se macroniser en douceur, en passant du tout au tout. Parce que bientôt le mariage pour tous ne sera plus un sujet.
Si on avait un tant soit peu lâché prise, comme le prônait ledit blogueur, on aurait sûrement réfléchi à un système un peu plus cohérent. Aux causes réelles du problème et à des solutions crédibles.
Au lieu de ça, on court après des députés et des ministres qui se fichent éperdument du tintouin qu'on peut faire, parce que nous cherchons à faire survivre un fantôme de passé sans concevoir l'avenir.
______

Écrit par : Cyril B / | 18/05/2017

DU PASSÉ

> Merci, j'ai wikipédié en diagonale... Je comprends maintenant votre remarque sur le second degré : tout cela est du passé mort et enterré. Et comme je n'ai pas de télévision, et qu'apparemment M. Buisson en est... j'ai largement ignoré son existence jusque là.
______

Écrit par : Alex / | 18/05/2017

Cher P.P.

> Je ne comprends rien à votre condamnation ex cathédra du marché et du libéralisme.Dans libéralisme il y a le mot liberté et comme la liberté il y a différentes façons de le mettre en oeuvre. Comment concevoir des échanges sans l'existence de marchés (à différencier du marché?).De l'économie politique on est passé à l'économie où tout est chosifié, les échanges entre personnes remplacés par des échanges de biens oubliant que tout choix économique est un choix moral (Marcel Clément)?.

Caillaud


[ PP à Caillaud :

Le libéralisme n'est pas la liberté d'entreprendre : c'est le profit installé à la place de tout, substitution qu'aucune société dans le monde n'a jamais vécue.
La société de marché, c'est le marché se substituant à la société, avec toutes les conséquences que l'on constate aujourd'hui.
Le marché ne peut ni ne doit se substituer à tout : lisez Jean-Paul II, Benoît XVI et François, leurs encycliques sociales vous l'expliquent chacune à sa manière.
Du reste vous vous en doutez, puisque vous le dites vous-même (en quelque sorte) à la fin de votre message. Alors où est le problème ? En fait nous sommes d'accord...
______

Écrit par : Caillaud / | 21/05/2017

QUESTIONS

> Analyse intéressante et pertinente, mais concrètement, qu'est-ce que signifie
"Rompre tendanciellement avec la société de marché est un préalable à toute action collective digne de ce nom" ?
Quelles actions concrètes doit-on faire pour enfin commencer à entrevoir une évolution favorable à notre conception de la vie et de la société... Où ? Comment ? Avec Qui ? Quand ?
Sinon, nous ne sommes pas sorti de l'auberge ...

Vincent B


[ PP à VB - Suggestion : lisez le discours du pape à Santa-Cruz (été 2015, site du Vatican, cliquer sur "Voyages"). C'est un diagnostic général avec application particulière à la situation sud-américaine. A nous de l'appliquer, 'mutatis mutandis', à la situation française et européenne... ]

réponse au commentaire

Écrit par : VincentB / | 21/05/2017

@ PP

> votre article a été repris par LP, j'imagine sans votre consentement. Ce blog nauséabond continue ses pratiques de voyou...
beurk...

T.


[ PP à T. - Vous me l'apprenez. Ils sont récidivistes. Je vais leur dire ma façon de penser. ]

[ 19:33 - J'envoie à LP la mise au point suivante :
"Messieurs,
C'est la seconde fois que votre site reproduit une de mes notes de blog :
a) sans m'en avoir demandé l'autorisation,
b) en la présentant (en page d'accueil) comme un article écrit par moi pour 'Liberté politique'.
La fois précédente, M. Billot de Lochner m'avait envoyé ses excuses en me certifiant que la chose ne se reproduirait pas. Elle vient néanmoins de se reproduire.
Ce procédé est une atteinte au droit de propriété intellectuelle ; d'autant que je ne partage pas l'orientation idéologique adoptée depuis quelques années par votre site.
Je vous prie de bien vouloir supprimer sans délai cette reproduction.
Merci d'avance
Patrice de Plunkett " ]

réponse au commentaire

Écrit par : Tangui / | 26/05/2017

COMMENT GAGNER CETTE GUERRE

> Les choses étant ce qu'elles sont, cette guerre ne peut être gagnée que si l'Eglise, qui reste la référence de tous, quoi qu'on en dise, se mobilise très franchement, de façon voyante, médiatique, pour dire non à la GPA, au tri sélectif des nouveaux humains, à la systématisation de l'avortement. (Ce n'est pas à moi à donner de leçons à quiconque, je m'efforce simplement de souligner une logique à mettre en oeuvre, les applications pratiques peuvent être très variées). Et l'Eglise doit entrer en dialogue avec les représentants des autres religions ainsi qu'avec la mouvance laÏque (brillamment représentée par Sykviane Agacinsky et José Bové, pour simplifier) opposée à la marchandisation générale, afin d'organiser des actions communes, où les évêques n'aient pas peur d'être en première ligne, visibles et charismatiques.
Il y a un mépris de classe et de race dans les pratiques de la MPT, mais cela peut être surmonté, parce que c'est de l'atavisme bourgeois, à l'opposé de la dynamique vitale de l'Eglise.
Ce sont les gens d'en bas qui sont véritablement indignés de l'abrogation de la maternité et de la paternité vers où nous mène le monothéisme du marché: le cardinal Sarah n'arrête pas de marteler que l'Afrique est le réservoir de spiritualité de l'humanité: il serait temps de donner de la voix aux Africains de toute couleur et de toute confession. Retrouver le nord, actuellement, c'est en général se tourner vers la sagesse du Sud, donner de la voix aux gens du sud, qui sont d'ailleurs, si souvent des orateurs et des prêcheurs infiniment inspirés, hommes (noirs) et femmes (arabes) d'une force de conviction inégalable. Farida Belghoul s'est distinguée dans ce domaine, combien d'autres attendent qu'on leur donne la parole, qu'on leur tende un micro, enfin?
Les oeillères LMPT pour tous les franchouillardisants, c'est tout ce que demandent les révolutionnaires islamistes : que la France finisse de se suicider par bêtise et par lâcheté, ils viendront faire le ménage et balayer les cadavres le moment venu.
______

Écrit par : maria poumier / | 26/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.