Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Coup de semonce de Bruxelles aux Français : le dogme du libre-échangisme n'est pas négociable

traité-libre-échange-Philippines-europe.jpg

Le projet Macron de Buy European Act est retoqué d'avance par la Commission. Mais était-il sincère ?  Éléments de réflexion : 


 

"UE" étant synonyme de "libre-échangisme", on a du mal à croire aux velléités europrotectionnistes de M. Macron : il a fait agiter trop de drapeaux bleus dans ses meetings pour que ces velléités soient plausibles. Néanmoins le programme du candidat Macron disait vouloir : 1. réserver les marchés publics européens aux entreprises localisant en Europe "au moins la moitié" de leur production ; 2. instaurer un mécanisme de contrôle des investissements étrangers dans l'UE pour préserver des secteurs stratégiques... Comment allait réagir Bruxelles ?

La réponse est venue hier : c'est une fin de non-recevoir. Dans son "document de réflexion" daté du 10/05, la Commission feint d'admettre que les "bénéfices de la globalisation" ne profitent pas à tout le monde (euphémisme) ; mais elle déclare que les critiques populaires envers le libre-échangisme global viennent d'une "mauvaise perception" - autant dire : de la sottise des gens. Elle désavoue sèchement M. Macron : son projet Buy European, dit-elle, "n'est pas en ligne avec les règles européennes". Et elle laisse entendre que la notion de "secteur stratégique" est économiquement une hérésie : en raison du privilège des marchés, il ne serait "pas simple" de mettre en oeuvre ce que M. Macron semble proposer.

Qui fixe donc ces "règles européennes" ? Depuis Maastricht et l'arnaque du référendum de 2005, la construction européenne est ouvertement au service du libre-échangisme. L'UE n'a plus d'autre définition. Le dogme ultralibéral est non-négociable. Il a plus d'autorité (beaucoup plus) que le suffrage universel... Une idée montante, à Bruxelles, veut d'ailleurs que l'on pose des limites à la démocratie pour l'empêcher de contredire la loi du marché. Cette limitation de la souveraineté populaire était pratiquée tacitement (cf. 2005) ; il est question désormais de l'officialiser.

Que va faire M. Macron ? C'est au pied du mur qu'on voit le maçon. S'il s'incline devant la Commission, tout sera clair. Nous en aurons peut-être un avant-goût dimanche en apprenant le nom du Premier ministre : selon M. Cazeneuve ce serait l'énarque eurofédéraliste Sylvie Goulard, ex-n°2 de Romano Prodi, ex-conceptrice du projet de constitution européenne pour VGE, chevalière de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne : une "européenne" tendance Mère Fouettard. En ce cas la farce serait jouée. Mais peut-être M. Cazeneuve parle-t-il sans savoir ?

 

 

 

populisme-v3.jpg

 

10:28 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (19)

Commentaires

JUNCKER PLASTRONNE

> J’ai particulièrement goûté le tacle officiel immédiat que nous a offert Jean-Claude Juncker, le 8 mai à Berlin, en réponse à l’élection d’Emmanuel Macron.
Le président de la Commission européenne, qui s’était retenu si difficilement pendant la présidentielle, plastronnait ainsi : « Les Français dépensent trop d'argent et ils dépensent au mauvais endroit. (…) Ils consacrent entre 53% et 57% de leur produit intérieur brut à leurs budgets publics. Compte tenu du niveau relativement élevé de la dette, cela ne peut pas fonctionner dans la durée. (…) Il appartient aux Français de faire un geste en direction des autres, en faisant les réformes nécessaires. »
M. Juncker : allié ou adversaire de M. Macron ?
Le moment de vérité approche, en effet.
Pour mémoire, voici ce qu’Emmanuel Macron déclarait le 2 mai dernier au micro de Jean-Jacques Bourdin (BFM-TV) – mais c’était une autre époque, celle de la dernière ligne droite de la présidentielle –, à propos des paradis fiscaux chers à M. Juncker :
« – On ne peut plus avoir un système où les accommodements, les arrangements avec la fiscalité ne sont pas les mêmes selon qu'on est petit ou grand… J'irai au bout du travail commencé sur le secret bancaire au sein de l'Union européenne. »
Et encore : « – Je veux qu'on revoie nos conventions fiscales avec les paradis fiscaux… La France en a encore quelques-uns qu'il faut revoir et mettre à plat, et surtout d'autres pays de l'Union européenne en ont encore. »
Et enfin, à propos d’une nécessaire augmentation massive des droits de douanes anti-dumping « face aux attaques extérieures », toujours du candidat Macron : « L'Europe ne doit pas être ouverte à tout vent quand d'autres pays décident de défendre leur industrie. »
Chiche, M. le(s) Président(s) !
______

Écrit par : Denis / | 11/05/2017

OUI OU NON

> C'était une mesure intéressante de Macron, à contre courant de son hyper-libéralisme.
Espérons qu'il tiendra.
Si oui, alors peut-être aurons nous d'autres bonnes surprises inattendues.
Si non, alors seront confirmées les craintes à son égard.
______

Écrit par : Ludovic / | 11/05/2017

JUNCKER CONTRE LA SOCIÉTÉ

> Oui, Denis, cette saillie de M. Juncker ne m'a pas échappé non plus. Le brave garçon chouine périodiquement que les cœurs des peuples européens s'éloignent de l'Union, mais il profite de toutes les occasions possibles pour injurier les Etats (latins surtout), de préférence dans les pays tiers, de préférence dans la nation du sympathique racialiste M. Schäuble.
En plus de ce manque total de dignité politique et de sens de la diplomatie, la stupidité de ces discours et leur impact très négatif sur la population ne sont visiblement pas mesurés par celui qui les tient.
Passons sur le fait que la France, Angleterre comprise, est désormais le seul pays d'Europe à avoir une dissuasion nucléaire totalement indépendante, et capable d'une seconde frappe.
Passons sur le fait qu'elle est la seule à avoir les capacités immédiates de projection sur double front que nous avons vues en République Centrafricaine et au Mali (je ne dis pas que ces aptitudes sont toujours intelligemment employées, mais elles existent : la médiocrité de notre personnel politique est un autre débat).
Passons donc sur le fait que l'Angleterre et la France seules sont des nations disposant de tous les attributs des puissances globales, quand l'Allemagne se contente d'être un gigantesque concessionnaire Volkswagen.
Passons. Il y a le social, aussi. Les statistiques d'Eurostat montrent que le taux de travailleurs pauvres de France est l'un des plus faibles du continent (l'Allemagne et l'Angleterre sont en bas du tableau). Les statistiques de l'OCDE montrent que nous avons un des taux les plus faibles de pauvreté (l'Allemagne est en dessous de la moyenne). L'étude de 2010 de l'OMS montre que le système de santé français est le meilleur du monde. Nous avons, et largement, le taux de fécondité le plus élevé d'Europe (ce qui réduit d'ailleurs toutes les autres considérations à rien, car sans enfant aucune donnée nationale n'a aucune importance).
Et que nous dit M. Juncker ? Que nous dépensons trop et mal. C'est mal de dépenser pour les personnes âgées, les chômeurs, les orphelins, les crèches, les travailleurs usés par l'amiante, les malades, les cancéreux, les retraités. C'est mal. L'argent doit s'écouler par tous les trous en direction des conseils d'administration, de la finance, des riches défiscalisés et des montages financiers de république bananière dans le pays natal de M. Juncker, mais dépenser un centime pour l'éducation des fratries sans famille, c'est mal.
Et il s'étonne de la montée, dans les populations, d'un mépris insondable pour sa chère Commission ? Une telle incapacité à additionner un et un laisse pantois...
______

Écrit par : Lucas / | 11/05/2017

> Le pôôôvre, il ne s'était pas renseigné sur les traités. Ah! s'il avait écouté les conférences de François Asselineau...
______

Écrit par : Pierre Huet / | 11/05/2017

PROMESSES

> P'être que M. Macron a compris, de son père spirituel, que maintenant on pouvait faire toutes les promesses qu'on veut, qu'on a aucune obligation de les tenir, qu'il ne faut surtout pas être complexé avec ça puisqu'au bout du compte elles ne servent qu'à collecter suffisamment de bulletins dans l'urne pour être Président.
______

Écrit par : Yvan / | 11/05/2017

TOUS LES VENTS

> Charles Sannat a raison : Tina est une (censuré).
Tina étant l'acronyme de There Is No Alternative (= il n'y a pas d'autre alternative).
Et quand Macron parle de "l'Europe qui ne doit pas être ouverte à tous les vents", veut-il dire qu'elle ne doit être ouverte que pour les produits des Etats-Unis et du Canada ? (TAFTA) ? Oh, et aussi de la Chine bien sûr, nous avons de grands intérêts avec la Chine. J'allais oublier la Chine. Et l'Inde, bien évidemment. Et le Qatar et l'Arabie Saoudite, bien sûr, cela tombe sous le sens.
Marrant* quand même, nous sommes en train de construire au niveau européen un système de type soviétique (mais la Russie est toujours l'ennemie). L'exemple de l'URSS ne nous a rien appris.

*oui, je m'efforce d'en rire, pour éviter d'en pleurer.
______

Écrit par : Bernadette / | 11/05/2017

LE PROGRAMME DE LA COMMISSION POUR LA FRANCE

> Indépendamment de ses discours (vides comme son regard), le programme de Macron est déjà établi, en détails, dans le "Programme rationnel de réforme de la France 2016" écrit par.... le gouvernement français ? Non, par la commission européenne.
https://www.upr.fr/actualite/sera-politique-economique-sociale-de-france-2017-francois-asselineau-nest-elu-president-de-republique-gope-grandes-orientation-de-politique-economique
Ce ne sont que des "recommandations", mais elles sont obligatoires (sinon la commission applique des amendes colossales).
Mais l'honneur est sauf :
Macron a le droit de tenir les discours qu'il veut (pourquoi pas à partir d'algorithmes sur ce que les Français ont envie d'entendre ?).
Et il a aussi le droit de faire semblant de négocier avec la Commission européenne.
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 11/05/2017

À VOIR

> Pour dire que les promesses de Macron, Sciences Po et ENA, européen convaincu, ancien ministre des finances, chouchou d'Angela, n'ont pu être qu'électoralistes; c'est pas possible autrement, ou alors c'est Lou Ravi, mais ravi, ravi, ravi au dernier degré.
Y'aura qu'à voir comment il se couchera (rétropédaler), et à quelle vitesse, pour savoir.
______

Écrit par : Yvan / | 11/05/2017

CRU VOIR

> Macron, maçon de France ou de l'UE ? Franc ou pas franc, ce Maç(r)on ? La France-Macronie sera-t-elle eurobêtasse ? D'aucuns ont cru voir je ne sais quel symbole maçonnico-pharaonique le 7 mai au soir...
______

Écrit par : Alex / | 11/05/2017

POTEMKINE

> Le programme de Macron est déjà établi en détails...
Ben oui, c'est pourquoi il disait qu'il ne fallait pas un programme mais un "chef charismatique". On crée un village Potemkine pour faire croire que rien n'a changé, mais le président n'est qu'une marionnette chargée d'appliquer le programme, on lui a suffisamment bourré le mou pour qu'il soit persuadé que le dit programme est le meilleur qui soit pour les Français. Pensez donc, il a été établi par les meilleurs spécialistes européens travaillant de concert.
Comment ? Vous n'êtes pas persuadés de la compétence de ces gens-là ? Mais vous voyez des complots partout ma parole ! Enfin, regardez seulement les salaires qu'ils touchent, c'est bien la preuve de leur valeur, non ? Remarquez, la valeur, ça va et ça vient : aujourd'hui vous gagnez 10 000 euros, vous êtes très compétent ; demain vous gagnez 0 centime, vous êtes une nullité crasse.
______

Écrit par : Bernadette / | 12/05/2017

ULTRALIBÉRAL

> Et pendant ce temps, sur RND, c'est l'ultralibéralisme le plus hystérique (avec un peu de langage 2.0 crétinissime pour achever de sombrer dans le ridicule) qui se déboutonne, sans débat et sans contradiction...
https://radionotredame.net/2017/politique/macron-un-espoir-au-centre-pour-refonder-la-vie-politique-francaise-104413/
Il faut feuilleter le site du think tank dont se réclame ce monsieur. Ils n'osent pas totalement réclamer le retour du travail des enfants, mais on sent que ça les chatouille. Pour réduire le chômage ? "Protéger l’entreprise qui recourt à des auto-entrepreneurs en empêchant toute requalification de la prestation de service en contrat de travail." Et rétablir la traite des nègres, aussi ?
______

Écrit par : Lucas / | 12/05/2017

@ Lucas,

> j'ai moi aussi écouté ce monsieur, dommage que RND leur donne un peu trop souvent une tribune sous couvert de pluralisme... Ou alors on aimerait de la part de Louis Daufresne un peu plus de mordant !

Tangui


[ PP à Tangui

- Mordant : on en a eu ce matin à propos de Fatima, quand LD a mentionné, parmi les objections à certains messages attribués à Marie, le fait : 1. qu'ils s'en prennent uniquement au communisme et pas au règne de l'argent ; 2. que leur présentation du Portugal comme dernier bastion de la foi sentait un peu fort le salazarisme.
- Ne négligeons pas la nécessité du pluralisme pour une radio, spécialement lorsqu'elle vit des dons du public. Celui-ci est plus impérieux qu'on ne croit, et dans des sens contradictoires. Entre ceux qui ont voté Fillon, ceux qui ont voté Le Pen... et ceux qui ont voté Macron (70% selon l'IFOP), rien n'est simple. Je le dis d'autant plus objectivement que je ne fais partie d'aucune de ces trois catégories d'électeurs, comme chacun sait ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Tangui / | 12/05/2017

ÉTONNANT

> Macron a dit une chose étonnante dans l'entre-deux tours, répondant en anglais à la BBC : "Je veux la construction européenne mais la moitié de la France n'en veut pas. Si l'UE ne se réforme pas, si elle ne protège pas, ce sera le Frexit". J'ai trouvé intéressant qu'il mentionne le Frexit comme conséquence possible de l'intransigeance bruxelloise...
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 12/05/2017

TECHNOCRATIE FINANCIÈRE

> Hauts fonctionnaires déjà en place et soutien des milieux financiers contre députés inexpérimentés: la technocratie financière a de beaux jours devant elle.
http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2017/05/12/en-marche-uvre-a-la-docilite-absolue-de-ses-candidats-pour-les-legislatives_5126873_3232.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com
______

Écrit par : Pierre Huet / | 12/05/2017

@ Lucas

> Est-ce une bonne querelle de reprocher à RND le pluralisme de ses "Grands Témoins" ?
Il n'est pas mauvais de bien connaître des pensées avec lesquelles on n'est pas d'accord. Les matinées de LD m'ont beaucoup appris et ont été à l'origine d'un de mes engagements.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 12/05/2017

LES POLÉMIQUES

> Que concluez vous du fait que certaines parties du message de Fatima soient douteuses ? Peut on faire le tri ? Comment ? Et pour quelle raison le message serait mal retranscrit ?

Ludovic


[ PP à L. - Comment croire que Marie ait pu intervenir pour saper la confiance dans l'Eglise
et discréditer prémonitoirement un concile et plusieurs papes ? J'ai pu constater naguère les ravages mentaux provoqués par des polémiques (autour du "secret de Fatima") entretenues par un certain micro-milieu de phobiques anti-Vatican II, voire anti-JP II... Instrumentalisation de Marie par un clan ! La même opération avait été tentée avec La Salette, et ce n'est pas ce qu'il y a de meilleur dans les textes de Bloy. Mais rien de comparable ne s'était produit à propos de Lourdes.]

réponse au commentaire

Écrit par : Ludovic / | 13/05/2017

BERLIN SE MÉFIERAIT DE MACRON

> Autre élément intéressant :
'Der Spiegel' titre aujourd'hui sur Macron "L'ami qui coûte cher".
En substance, le magazine soupçonne notre nouveau président de vouloir sauver l'Europe en faisant payer l'Allemagne.
Ce n'est peut-être pas faux.
Par exemple, si l'Allemagne veut conserver l'euro coûte que coûte, elle pourrait être contrainte d'accepter finalement ce qu'elle refuse pour le moment : une mutualisation des dettes, ce qui reviendrait à faire garantir (donc potentiellement payer) la montagne de dettes interdépendantes par l'Allemagne. Et on voit mal comment on pourrait avoir un budget fédéral européen (nécessaire si on veut garder l'euro) sans EuroBonds...
Autre exemple : si Macron veut imposer quelques aspects de protection dans le fonctionnement de l'UE (une "Europe qui protège", selon ses termes), cela ne va pas forcément servir les intérêts de l'Allemagne qui bénéficie davantage du libre-échange et du niveau auquel se situe l'euro (devenu en quelque sorte un EuroMark).
Macron essaiera-t-il de tordre le bras de l'Allemagne ? Ce n'est pas exclu, ni garanti. Attendons de voir et ne préjugeons peut-être pas trop vite.
Ce qui me semble certain, c'est que s'il y avait une forte volonté politique de faire plier Berlin, la France en est capable. La menace d'un Frexit aurait un autre poids que jadis celle d'un Grexit...

GP

[ PP à GP :
Attendons de voir à l'oeuvre la macronie, où l'on parle (c'est vrai) anglais et non allemand.
Même 'LIbération' s'en aperçoit !
Edito de Joffrin ce samedi matin :
« Dans le petit monde d'En marche, il n'y a pas un candidat et des militants, mais un 'boss' et des 'helpers'. On suit des 'process' dirigés 'bottom up' et surtout pas 'top down', on parle de 'conf call', d' 'insider' et d' 'outsider', de 'clusters' d'intelligence. On ne dit pas "nous avons de grandes ambitions", mais 'sky is the limit'...»
Cela dit, cet édito souligne l'ambiguité, voire l'ambivalence, du personnage Macron.
Accordons ça à Joffrin, parce que c'est exact.
Mais ça laisse intact le vrai problème : ce qui fut déterminant jusqu'ici, c'est l'infrastructure économique et financière ; ce ne sont pas les petits personnages du théâtre postpolitique. Peut-on croire qu'un Macron soit capable de s'en émanciper ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 13/05/2017

> Et une fois "la farce jouée" on fait quoi ? On applaudit ?

FN

[ PP àFN - Vous croyez que c'est notre genre ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Fernand Naudin / | 13/05/2017

@ Lucas

> ...qui se félicite de la natalité française : il faut en parler au passé, un quinquennat aura suffit à l'installer sur une nette pente déclinante, indice de fécondité :
2014 = 2 ; 2015 = 1,96 ; 2016 = 1,93
(certes nous étions descendu plus bas à fin du 2ème septennat Mitterrand, ... avant que Balladur n'aide à sa remontée, mais au vu de la définition de la famille de Macron, il ne faut pas compter sur des moeurs adéquates)
______

Écrit par : franz / | 14/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.