Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

La christophobie, de M. Homais à M. Onfray

 michel-onfray-reacs.jpg

Décadence  disséqué par des historiens (dans Codex n° 3) :


 1568393270.jpg

 

Réincarné en Onfray, l'imputrescible M. Homais tient boutique non plus de pharmacie mais de philosophie : ce mot est inscrit - lui aussi "en lettres d'or" - sur la devanture de son entreprise, transférée d'Yonville à Caen. M. Homais avait écrit un "fort fascicule" de 72 pages (sur la fabrication du cidre qu'il appelait pomologie). Plus impétueux, M. Onfray a écrit 45 livres. Comme M. Homais, M. Onfray tient à "l'aura un rien magique" que revêt le titre de -pharmacien  philosophe : il met son honneur à ériger des platitudes, même réfutées de longue date par les historiens. Le dernier de ses livres - qui s'intitule Décadence - prétend régler leur compte à deux mille ans d'histoire du christianisme. Aucun historien n'aurait cette prétention : le sujet est trop complexe pour être ainsi survolé. Et le propos de M. -Homais- Onfray est trop péremptoire pour être sérieux...C'est ce que suggèrent poliment - mais fermement - des historiens des origines chrétiennes dans le numéro 3 de  Codex, trimestriel d'histoire et de culture chrétienne.

 

Couv-Codex-03-233x300.jpg► M. Onfray écrit dans Décadence (p. 45) : "La civilisation judéo-chrétienne se construit sur une fiction : celle d'un Jésus n'ayant jamais eu d'existence autre qu'allégorique, métaphorique, symbolique, mythologique. Il n'existe de ce personnage aucune preuve tangible en son temps..."   ► Dans Codex, le Pr Bernard Pouderon [co-directeur de 'Premiers écrits chrétiens', Pléiade 2016] constate que, sur l'historicité de Jésus, Onfray esquive les données : les textes explicites (Flavius Josèphe, Tacite) ; le fait qu'aucun auteur antichrétien antique (Celse, Talmud) n'ait mis en doute l'existence de l'homme Jésus ; et le fait que personne sous l'Antiquité (spécialement chez les juifs) n'aurait pu avoir l'idée de diviniser un crucifié : "Il est impensable que des Juifs aient pu forger le mythe d'un Messie 'pendu' au bois de la croix, quand l'attente était celle d'un Messie royal ou sacerdotal". Cf aussi l'enquête récente et monumentale de John Paul Meier (4 gros volumes au Cerf) : Un certain Juif : Jésus - Les données de l'histoire, dont M. Onfray ignore visiblement l'existence.

► M. Onfray écrit (p. 65) : "Il fallut, pour cette transmutation du concept de Jésus en or religieux, l'action d'un homme qui eut un corps véritable, lui, mais un corps défaillant. J'ai nommé Paul de Tarse. Paul fit de Jésus le doux un Christ à l'épée. Et le tranchant de cette épée ruisselle de sang pendant plus de mille ans."  ► Dans Codex, le Pr Marie-Françoise Baslez  - que M. Onfray cite sans l'avoir lue - constate que Décadence ne comprend le contexte ni des culture antiques, ni des épîtres de Paul, ni des événements d'Alexandrie au Ve siècle (sans rapport - contrairement à ce que semble croire M. Onfray - avec ce qu'imaginait en 2009 le film Agora) ; et que les chapitres de ce livre constituent "un véritable fourre-tout, bourré d'anachronismes au hasard d'associations d'idées". L'ouvrage de M. Onfray est "une projection de fantasmes"...

► M. Onfray écrit (p. 252) : "L'Etat chrétien, totalitaire [...], est également terroriste."  ► Ludovic Viallet (auteur de Sorcières : la grande chasse) répond que M. Onfray a historiquement tort de tourner en dérision les intellectuels des XIIe-XIIIe siècles, "jalon majeur dans la longue chaîne de penseurs qui élaborèrent le rationalisme occidental".  Tort aussi de croire que toute la pastorale du Moyen Âge reposait sur la crainte... Tort également de dire que François d'Assise "n'aime pas l'Eglise". Et tort de ne pas connaître la part déterminante des pouvoirs laïcs dans les violences répressives... "Décadence est un mauvais livre et un livre malhonnête. Michel Onfray agrège ses obsessions et ses rancoeurs."

M. Onfray écrit (p. 470) : "Comme Mussolini, Hitler entend faire de l'Eglise catholique un partenaire pour ce projet antisémite. Elle ne dira pas non. Pie XII dira même plutôt oui..."  ► Spécialiste notamment de la Shoah, le Pr Edouard Husson répond en faisant lui aussi une liste de ce que cache ou ignore M. Onfray : que les chrétiens ont dénoncé le racialisme nazi bien avant la gauche ;  qu'ils ont été "décisifs dans la construction de réseaux de sauvetage des juifs sur tout le territoire national (voir les travaux de Limore Yagil)" ; que "des milliers de prêtres et des centaines de milliers de chrétiens européens ont été persécutés, déportés, exterminés" ;  que le national-socialisme était "viscéralement" antichrétien... Sans oublier l'action de Pie XII pour sauver des juifs, à laquelle les recherches récentes rendent justice ! Le Pr Husson signale en particulier l'absurdité surréaliste du passage où M. Onfray affirme la complicité du futur Pie XII (nazi comme chacun sait) dans un hypothétique assassinat de Pie XI.

►  M. Onfray écrit (pp. 513-514) : "Vatican II est un camouflet pour plus d'un millénaire d'Eglise catholique apostolique et romaine... Ce concile était une bombe."  ►  Le Pr Christian Sorrel (spécialiste de Vatican II) constate que M. Onfray n'a pas lu les textes dudit concile, notamment Lumen Gentium. Confondant Vatican II (1962-1965) et Mai 1968,  il attribue au concile ce qu'il présente comme une dégénérescence catholique, décrite en termes empruntés aux pamphlets intégristes : Paul VI "a sombré corps et âme dans l'abîme nihiliste"... Jean-Paul II "n'a pas vu venir la menace islamique contre l'Occident"... Benoît XVI a abdiqué pour François le subversif... Ayant lu cela on constate que M. Onfray s'est jumelé à M. Zemmour. Nous n'avons pas fini de voir des athées distribuer des leçons de catholicisme.

 

ps - Pourquoi l'extrême droite "identitaire" drague-t-elle M. Onfray ?  Parce qu'elle partage avec lui sa seule constante : la christophobie... Même le rayon "catho" du bazar identitaire se fait gloire de publier des théoriciens de l'antichristianisme actuel. Argument : " On est tous de droite, écartons ce qui nous divise."  Même si "ce qui nous divise" est Jésus-Christ ? 

ps2 - Il y a une autre raison à cette complaisance de cathos "tradis" envers M. Onfray : sa vision pamphlétaire de Vatican II est étrangement la même que celle des lefebvristes... M. Onfray trouve même le moyen d'encenser la messe en latin : douteux hommage, venant d'un christophobe aussi résolu.

 

 

Michel_Onfray_Le_Point.jpg

 

Commentaires

'CODEX'

> Oui, un dossier mérité sur Onfray. Lire aussi dans le même numéro le dossier sur ce que les historiens savent aujourd'hui de Jésus. Tous les parents devraient le lire ! Et si j'ose dire pas mal de curés aussi.
______

Écrit par : F.X. / | 29/03/2017

LE PAPE FRANÇOIS

> Je suis auteur d'un ouvrage édité la semaine dernière chez Salvator, appelé "La Révolution de l'Amour"et dont l'objectif est de montrer ce que le Saint Père porte de révolutionnaire pour l'Eglise et le monde. Je vous en ai fait adresser un exemplaire, certain que ce texte vous rejoindra.
Bien à vous.
François
______

Écrit par : François Rose / | 29/03/2017

FRAYER

> Note stimulante, cher PP. Permettez cependant que je m'interroge sur les manières de M. Onfray… 
Ici l’on fraye avec le christianisme… Mais l’on fraye, du verbe « frayer », « rendre praticable le chemin en écartant les obstacles »… à commencer par le premier d’entre eux, Jésus-Christ ?
Ou au sens de « frayer », « s’user, en parlant d’une pièce de monnaie »… en l’occurrence dévaluée et qui ne garantit plus des échanges honnêtes ?
En vérité, il est question dans ce livre des premiers chrétiens, qui se reconnaissaient au signe du « poisson » (ikhthús)… Le philosophe fraierait-t-il à la façon du poisson mâle arrosant de laitance les ovocytes de la femelle pour les féconder ? Le fait est, diront les mieux intentionnés, devant tant de semence dispersée, que le résultat fait (plutôt) con.
Mais je m’égare. Chacun conviendra qu’ici l’« on fraye » tel le cerf frottant ses bois pour les débarrasser de leur velours qui se desquame. Histoire de se faire beau, avant le rut.
Ce sera donc ma conclusion : l’auteur de “Décadence” a besoin de se ressourcer, de revenir aux fondamentaux pour retrouver la paix. Les indices concordent. “Booz endormi” du père Hugo ne peut lui faire que du bien. C’est moins risqué que les quatre évangiles ou les lettres de Paul. Et chez Victor Hugo, n’est-ce pas, tout sonne vrai (même « Jérimadeth » – j’ai rime à « dait »…).
« Ruth songeait et Booz dormait ; l'herbe était noire / Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement /
Une immense bonté tombait du firmament / C'était l'heure tranquille où les lions vont boire ».
______

Écrit par : Denis / | 29/03/2017

OUKASES

> Comment peut-on prendre ce gars au sérieux ? Ce n'est ni de l'histoire, ni de la philosophie, ce sont des oukases.
Que Michel Onfray soit un imposteur, je : dirais grand bien lui fasse !!! Mais qu'on relaie ses délires aussi largement et avec aussi peu d'esprit critique, c'est sidérant. Merci pour cette mise au point, mais il faut bien admettre que depuis longtemps maintenant, le coup est dans la seringue...
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 29/03/2017

BERNARDINS

> Il n'est pas trop tard ! Je vous conseille vivement de vous inscrire à l'excellent Mooc... Cours en ligne des Bernardins : Jésus, l'incomparable. Proposé par le père de Menthière, modulable selon vos disponibilités et votre niveau, il permettrait bien à Mr Hom-Fray de remettre ses pendules à l'heure mais il s'en gardera bien. La République n'a point besoin de savants et les Savants de ce monde n'ont point besoin de Religion."« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits."
https://www.sinod.fr/courses/course-v1:Theologie+03+2017_T1/about
______

Écrit par : isabelle / | 29/03/2017

LE IIIe REICH CONTRE LES CATHOLIQUES

> "Je ne sais rien mais je dirai tout" .... et je serai entendu!
Si "l'absence de preuves" sur la réalité historique de Jésus est un poncif récurrent sans fondement, l'absence d'argumentaire pour affirmer l’Église catholique comme partenaire de l'antisémitisme nazi trahit la méconnaissance du sujet.
Puis-je rappeler ce que, entre autre Goebbels écrit dans son Journal 1943-1945:
"Tous les membres du haut clergé qui ont agi en traître dans cette guerre, peuvent encore se vanter d'être intouchables pendant que nous sommes encore en guerre; après la guerre, nous n'aurons plus besoin de prendre des gants avec les églises et l'évêque comte Galen aura la peine qu'il mérite."
pp. 638-639, Paris, Tallandier, 2005.

Ou encore ce que relate John M. Oesterreicher, inspirateur de la déclaration 'Nostra Aetate' de Vatican II, né dans une famille juive de la Moldavie autrichienne de l’époque dans son ouvrage 'Racisme – Antisémitisme – Antichristianisme' NY, EMF, traduit de l’allemand, sans date mais préfacé par Jacques Maritain le 12 octobre 1942, rapportant le sermon de l’archevêque de Milwaukee prononcé à Chicago « après les atrocités de novembre », pp. 114-115 :
- «Je condamne la folie dont sont obsédés les nationaux-socialistes de l’Allemagne en ces jours de persécutions contre les Juifs innocents et sans défense, des Juifs dont le seul crime est d’appartenir à une race à laquelle a appartenu Jésus, fondateur de notre Eglise, sauveur du monde »
- « la populace en Allemagne est conduite et gouvernée par un dément, par Hitler … [qui]} veut se faire Dieu lui-même si grand et sa démence. J’accuse et je condamne le ministre de la Propagande national-socialiste Goebbels, à l’âme pervertie …. »
- « Longtemps après que Hitler sera mort …. Il y aura toujours des juifs en Allemagne …. Et que l’Eglise catholique vivra en Allemagne … D’où vient cette démence ? De quels abîmes ? Pendant ces derniers mois elle a redoublé d’intensité et a maintenant atteint un tel degré de sauvagerie que par sa tyrannie elle prive tout un peuple de son pays »

Doit-on aussi rappeler la circulaire émanant de la police d’Etat n° 740 et signée par … Heydrich … au moment où les évêques de Münster, Limburg, Spire, Eichstâdt et Rottenburg étaient reçus au Vatican? :
« Le cours de ces entrevues laisse à penser que les affaires d’Allemagne seront pour la politique vaticane … l’objet … [d’]une campagne de presse … contre l’Allemagne. Au sein du clergé des dispositions sont envisgées prévoyant … la mise en état de carence des églises. Les sanctuaires seront fermés, tout ministère ecclésiastique suspendu. Je vous requiers de suivre avec une attention spéciale les aspects des mouvements catholiques » ,
in 'Catholiques d’Allemagne', Robert d’Harcourt, Plon-Paris, 4è mille, 1938, p. 265

Faut-il en rajouter ? OUI !

Toujours sous la plume de R. d’Harcourt : « Nous avons le regret de vous apprendre que votre fils s’est suicidé » apprend un appel un téléphonique de la police au père d’un jeune homme qui, bien sûr réclame le corps. Harcourt poursuit :
« Nous connaissons déjà le cérémonial affreux des cendres gravement remises aux survivants de l’assassiné. Il a joué après le meurtre de Klausener, chef de l’Action catholique d’Allemagne, abattu le 30 juin 1934. Cette dérision sauvage a ses raisons ; elle se substitue commodément au cadavre percé de balles ou rendu immontrable, imprésentable à la suite de coups de fouet ou d’écrasements de talons de bottes. Les cendres ne parlent pas »
pp. 274-275.

Il n’est pire aveugle que celui ne veut pas voir …
______

Écrit par : Albert E. / | 29/03/2017

UN LIVRE EN PRÉPARATION

> Permettez-moi de signaler que je suis précisément en train d'écrire, à la demande des Editions Salvator, un livre qui répond point par point aux allégations (souvent stupéfiantes) de 'Décadence' sur Jésus, Paul, le prétendu "antisémitisme" des premiers chrétiens, les conciles et les Pères de l'Eglise, Origène, Constantin, Jean Chrysostome, Augustin... Juste un petit peu de patience !

Jean-Marie Salamito


[ PP à JMS - Bravo et merci ! ]

réponse au commentaire

Écrit par : Jean-Marie Salamito / | 30/03/2017

PAS DE RENOUVELLEMENT

> M. Onfray paraît faire du réchauffé - de lui-même - avec ses thèses sur Jésus, sur Constantin, qui a "imposé" la Trinité, sur Pie XII nazi... sont déjà celles de son "Traité d'athéologie" qui traîne dans des bibliothèques municipales voire universitaires.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 30/03/2017

CONTRADICTION D'ONFRAY

> Merci à vous, Patrice de Plunkett, pour ce billet et merci à vous, Jean-Marie Salamito : on se ruera sur votre livre, comme on avait apprécié la réponse à Prieur et Mordillat.
Comme je l'ai évoqué ici http://www.le-samaritain.fr/2017/03/30/parfois-onfray-mieux-de-se-taire/ Mgr Hippolyte Simon soulevait aussi une stupéfiante contradiction en quelques pages, Onfray dénonçant l'absence d'encyclique condamnant le nazisme (énorme en soi), avant de parler de 'Mit Brennender Sorge' "fustigeant les thèses nazies" vingt pages plus loin. Cela laisse perplexe sur l'état de sa mémoire, la cohérence de sa pensée... pour ne pas aller trop vite sur un autre terrain.
______

Écrit par : Koz / | 30/03/2017

PAS ISOLÉ

> Je ne pensais pas que l'anti-christianisme d'Onfray était aussi caricatural. Le problème est qu'il n'est pas isolé aujourd'hui. Dans 'Le Monde diplomatique', j'ai lu plusieurs articles de la même eau, dont l'un expliquait doctement que les chrétiens avaient inventé l'oppression, la violence et la guerre, qui n'existaient pas avant eux !
______

Écrit par : Guadet / | 30/03/2017

DU RÉCHAUFFÉ

> M. Onfray réchauffe ses plats et nous les repasse selon Aurélien Million. Je suis porté à le croire car les accusations qu'il formule me sont connues par d'autres sources. Leur réfutation est vraiment la bienvenue. Apparemment, ce livre est un pavé d'un savoir collecté hors de l'Eglise par un historien amateur citant d'autres historiens amateurs ayant la science infuse. La répétition de thèmes réfutés me rassure. Cette vision de l'histoire christophobe est fatiguée. Ce "savoir" a cessé de vivre.

DidierF


[ PP à DF - On trouve des historiens amateurs à la racine de toutes les idéologies totalitaires. ]

réponse au commentaire

Écrit par : DidierF / | 30/03/2017

SA MAUVAISE FOI

> L'absence de preuve ne fait pas la preuve de l'absence. Nous n'avons aucune preuve de l'existence de l'immense majorité des millions de gens qui vivaient au temps du Christ. Nul ne peut en conclure qu'ils n'ont pas existé. Voilà la preuve de l'immense mauvaise foi de Onfray. Seuls les gogos preconvaincus s'y laissent prendre.
______

Écrit par : Domnin / | 31/03/2017

BIG BANG

> Si j'osais...
J'ai l'impression que le problème de l'historicité du Christ est analogue à celle du Big-bang.
Pour les astrophysiciens, les indices de l'événement fondateur de notre univers sont constitué par le rayonnement fossile lequel date de 300 000 ans après l'explosion primordiale (si ma mémoire est bonne). Nous sommes aveugles sur les premières années de l'univers.
Pour les débuts du christianisme, j'ai l'impression que c'est un peu la même chose : les événements qui sont à la base de notre foi (à commencer par l'incarnation-crucifixion-resurrection) sont passés en-dessous des radars des historiens officiels. Il a fallu atteindre un seuil critique pour que le christianisme soit considéré comme fait historique.
Personnellement, ce flou sur les origines ne me gêne pas. Nous avons des signes, seulement des signes mais pas de preuve au sens moderne du terme. Nous avons les évangiles, le Nouveau Testament dont, pour une bonne part, la genèse est mal connue et le témoignage opiniâtre de ceux qui, sans perspective à vue humaine, nous ont transmis ce trésor.
Je n'ai pas lu le 'Traité d'athéologie' et n'ai aucune envie de le lire. Par contre, j'ai assez apprécié 'Cosmos' malgré les piques qu'il nous envoie ça et là. C'est assez bordélique mais il y a des choses fort intéressantes entre deux attaques aussi excessives qu'infondées sur le christianisme (quoique les attaques dans le chapitre sur la musique ne me paraissent pas totalement infondées). Dès la sortie de 'Décadence', je me suis dit que je ne me farcirais pas la trilogie. Le titre-même et les premières recensions que j'en ai lues ne m'ont pas donné envie. Instinctivement, il m'a semblé que cela allait trop à rebours de l'espérance chrétienne donc pas de temps à perdre.
On trouve souvent des billets d'humeur intéressant sur le site d'Onfray et, de temps en temps aussi, une grosse bouse sur un sujet religieux.
Allez savoir pourquoi, j'ai de l'affection pour ce type (!). Pendant la lecture de 'Cosmos', je me disais régulièrement qu'il devait pas mal souffrir, prisonnier qu'il est des expériences douloureuses de son enfance (faites une recherche sur Google images et comptez les photos où il sourit). Dommage que les médias soient en train d'en faire (avec sa complicité pour une part) un phénomène de foire. Dommage qu'ils mettent surtout en avant son athéisme, sûrement le point où sa "pensée" est la plus faible.
Merci à J-M Salamito pour son prochain ouvrage (et bonjour au passage). Sera-t-il sorti à temps pour la fête des pères ?
Amicalement
J-M Poublanc
______

Écrit par : J-M Poublanc / | 31/03/2017

@ poublanc

> L'inventeur du bigbang, l'abbé Georges Lemaitre, disait "Dieu et la science sont les deux voies qui me semblent mener à la vérité que je recherche".
______

Écrit par : Domnin / | 01/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.