Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2017

Trump : fuck the planet (and fuck the people)

arton975-fbbae.jpg

Bafoué (par son propre parti) sur l'ObamaCare, Donald Trump a en revanche les mains libres pour renier l'accord climatique de Paris et démanteler la protection de l'environnement aux Etats-Unis : 


 

Vous connaissez des "populistes" qui se disent anti-libéraux mais dont tous les réflexes (depuis Trump) sont devenus libéraux ? Moi aussi... Vous connaissez des "populistes" qui se disent écologistes mais dont tous les réflexes (depuis Trump) sont devenus anti-écologiques ? Moi aussi. C'est l'effet Trump. Ce personnage peu séduisant les séduit : au point que plus rien d'autre que lui n'a d'importance à leurs yeux, y compris les idées qu'ils professaient jusqu'en 2016. Hier inclassables, aujourd'hui les voilà alignés sur ce qu'il y a de plus conformiste et court-termiste : la croissance à tout prix par la dérégulation obtuse.

Car c'est cela qui se cache - le plus souvent - sous le masque du populisme. Elu par les humiliés et les offensés de l'Amérique de 2007-2008, M. Trump est l'agent des offenseurs et des humiliants, c'est-à-dire de Wall Street ; plus radicalement et encore plus directement que ne l'aurait été Mme Clinton. Cela sur le plan financier, fiscal etc.

Sur le plan environnemental la question est plus complexe, dans la mesure où l'opinion américaine de base est loin d'avoir compris - jusqu'à présent - la gravité du péril global. Il y a aux Etats-Unis de nombreux îlots de lucidité et de luttes (par exemple le front de résistance aux deux oléoducs géants) ; ils sont loin d'avoir prise sur les masses, encore prisonnières de l'idéologie du drill.

D'autre part, M. Trump, bafoué par son propre parti dans le domaine de la santé (voir ici notre note du 25/03),  a les mains libres dans le domaine de l'environnement. Il peut agir par décrets. Il vient même de commencer. Ce mardi, il se rend au siège de l'EPA (l'agence fédérale de l'environnement) pour y signer un texte anti-environnemental : le "décret sur l'indépendance énergétique" pour "favoriser la croissance économique et les créations d'emploi" ; autrement dit fuck the planet, puisqu'il s'agit de supprimer les quelques mini-mesures de sécurité dressées sous Obama face aux énergies fossiles. Ces mesures sont qualifiées par M. Trump  d' "obstacles inutiles" : expression empruntée aux très obscurantistes frères Koch, industriels hyper-pollueurs qui financent depuis trente ans la propagande écolophobe.  Rappelons que M. Trump a nommé à la tête de l'EPA le climatonégationniste Scott Pruitt, pour lequel le changement climatique : 1. "n'existe pas", 2. "n'a rien à voir avec le CO2" (qui lui-même n'a sans doute rien à voir avec l'industrie). Voilà l'agence US pour l'environnement aux mains d'un personnage qui considère l'accord de Paris, dit-il, comme un "bad deal".

M. Trump entreprend donc de démanteler le Clean Power Plan ("plan pour une énergie propre" d'Obama), pourtant bien timide et procrastinant, mais qui tentait d'appliquer une partie des engagements signés à Paris. Prétexte de M. Trump : "redonner du travail à de nombreux mineurs de charbon"... Mais ça, c'est du verbiage pour le populisme ! En réalité le déclin du charbon n'a rien à voir avec une "tyrannie verte d'Obama" : il vient de la hausse des coûts d'exploitation et de la concurrence du... gaz de schiste, énergie chérie du lobby pétrogazier américain - qui soutient (et que soutient) M. Trump.  Le démantèlement de l'EPA et des mesures Obama n'aura donc aucun effet économique favorable au charbon, les intérêts industriels eux-mêmes favorisant ce qui cause son déclin...

L'offensive contre l'accord de Paris - et contre les mesures Obama subséquentes - n'est pas faite pour le peuple américain mais pour la Chambre de commerce américaine : elle acclame l'attaque contre les mesures Obama, qualifiées de "mauvaises pour le business".  Le populisme de M. Trump est une imposture. Avis à ses admirateurs en France...

 

10:46 Publié dans Trump | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : trump

Commentaires

CATHOS TRUMPIENS

> Après d'intenses recherches, j'ai enfin trouvé la prière du Français catho trumpien, en ces temps d'élection :

"Je vous salue Donald, plein aux as,
Le Seigneur est derrière vous au Bureau ovale,
Vous êtes béni entre tous les entrepreneurs,
Et le Populisme, le fruit de votre haute pensée est béni,
Saint Donald, Sauveur de la Libre Entreprise de l'Amérique et de l'Occident,
Priez pour nous, pauvres victimes du Système socialiste, de la tyrannie verte et de la Pensée unique,
Maintenant, et à l'heure de nos élections présidentielles et législatives.
Ainsi soit-il".
______

Écrit par : Aurélien Million / | 28/03/2017

@ Aurélien Million :

> Le texte officiel dit
"Priez pour nous, pauvres victimes de la dictature socialiste, des Khmers verts et du Système."
______

Écrit par : Sven Laval / | 28/03/2017

L'EFFET TRUMP

> L'"effet Trump" est en effet une chose bien étrange, qui hystérise autant ses adversaires que ses admirateurs. Pourquoi en janvier voyait-on des opposants manifester ? Parce que c'était Trump. Et pourquoi certains l'applaudissent-ils bruyamment ? Parce que c'est Trump. A ce niveau de réflexion...
Chez nous, il importe donc de faire preuve d'esprit critique envers les promesses et les programmes de nos joyeux candidats. Et de ne pas chercher la version française de quelque modèle étranger (surtout dans le genre frelaté).
______

Écrit par : Sven Laval / | 28/03/2017

à Sven Laval et Aurélien Million

> "Système" est un concept caméléon.
Pour Dieudonné c'est "le sionisme".
Pour Fillon c'est "Hollande".
Pour Mélenchon c'est Macron.
Pour Macron c'est ce qui n'est pas Macron.
Pour Marine Le Pen c'est son père.
Pour son père c'est Philippot.
______

Écrit par : Leoluca / | 29/03/2017

@ Sven Laval

> La différence n'est qu'une question de critique textuelle sur les variantes des textes.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 29/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.