Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2017

Accueillir "tous ceux que nous pouvons intégrer"

Pape-Francois-encyclique.jpg

…explique le pape à un journal de rue milanais :


 

 

Radio Vatican

 

<< Les sans-abri, les migrants, sa prochaine visite à Milan : ce sont les principaux points abordés par le pape François dans l’interview qu’il a accordée ce mardi 28 février 2017 à Scarp de’tenis, un journal de rue italien fondé en 1994 et appartenant à la Caritas Ambrosiana (diocèse de Milan). Le pape est ainsi longuement revenu sur la manière dont nous nous comportons avec les gens de la rue. Il a souligné qu’il était difficile de se mettre dans les souliers des autres : à cause de l’égoïsme, notamment, car il faut « avoir une grande capacité de compréhension ». C’est dire la difficulté devant laquelle nous sommes lorsque nous nous trouvons face à un SDF : « on peut voir un sans-abri et le regarder comme une personne, ou comme s’il était un chien ; et eux, ils se rendent compte de ces différentes manières de regarder », explique le pape. Il faut donc, selon lui, « parler aux personnes avec une grande humanité, et non comme s’ils devaient nous rembourser une dette. Il ne faut pas les traiter comme de pauvres chiens ».

Il faut aussi aider ces personnes, car « une aide est toujours juste » affirme le pape. Mais, donner l’aumône, ce n’est pas « jeter l’argent et ne pas regarder dans les yeux » : cela, « ce n’est pas un geste chrétien ». Pour bien faire l’aumône, il faut apprendre à « toucher », à « regarder une misère que j’ai en mon sein et que le Seigneur comprend et sauve. Parce que nous tous, nous avons des misères en notre sein ».

Autres exclus dont parle le pape dans cet entretien : les migrants. François rappelle que l’on doit accueillir tous ceux que nous pouvons accueillir, c’est-à-dire que l’on « peut intégrer ». Par cela, le pape entend : donner un travail, un toit, enseigner la langue du pays d’accueil, et respecter ses lois et sa culture. C’est ce qui est le plus difficile, dit-il. >>

 

 

vatican_logo.jpg

 

 

Commentaires

OBSCURS

> Qui pourrait contredire cela sans contredire aussi l'Evangile ?
(mais chez les identitaires on n'aime pas beaucoup l'Evangile, ce machin écrit par "quatre Juifs obscurs" comme disait Charles Maurras dans un texte célèbre).
______

Écrit par : maksoud / | 02/03/2017

CE QUE FAIT LA CARITAS EN ESPAGNE

> Un ami prêtre me témoignait ainsi récemment comment en Espagne, la Caritas est intégrée dans le tissu paroissial. Ainsi, les paroissiens qui donnent à la Caritas connaissent ceux qui vont ensuite gérer cet argent pour venir en aide aux plus démunis.
Et à ces plus démunis, souvent migrants, qui font la manche, les bénévoles de la Caritas proposent un "contrat" : on les aide, mais ils s'engagent à apprendre l'espagnol, à suivre une formation... et quand le bénévole revient une ou deux semaines plus tard, il vérifie ses progrès dans la langue, etc.
Du coup, ces migrants que l'on aide ne sont plus des anonymes, et les paroissiens se sentent vraiment responsabilisés et concernés.
J'imagine bien sûr que tout n'est pas idéal, mais il y aurait des idées à prendre pour nos paroisses françaises...
______

Écrit par : Pema / | 08/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.