Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2016

Anti-libéralisme chez les catholiques français ?


-

11:16 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : libéralisme

Commentaires

MANQUE

> C'est bon mais le rôle de l'économique n'est presque pas montré (une seule allusion, au "consumérisme"). Esquive typiquement catho des beaux quartiers ! Ce manque laisse la porte ouverte aux contorsions genre Beigbeder, Millon, MMLP etc : "le libéralisme philosophique c'est pas bon, mais le libéralisme économique c'est bon." Alors que les deux sont recto-verso. "tout est lié" (pape François).
______

Écrit par : Erwan / | 05/04/2016

@ Erwan

> L'article parle de l'abandon du bien et par voie de conséquence du bien commun. Je ne sais de vous lire, plus exactement ce que pense l'auteur, mais comment faites-vous pour penser un "bien commun" dans le libéralisme? Selon la définition même du bien commun, c'est impossible. Cet article est donc pour moi bel et bien anti-libéral. Tout au plus, peut-être, l'auteur n'aura pas mesuré toutes les conséquences de ce qu'il a écrit. Mais ça, je ne le sais pas, car je ne le connais pas.
______

Écrit par : ND / | 05/04/2016

PLUTÔT BON

> Je trouve ce texte de Joël Hautebert sur le libéralisme plutôt bon. Même si, de fait, la vision de ce qui constitue pour nous la pierre d’achoppement – un Bien commun ou un objectif commun à toute la société qui ne doit pas être seulement politique, technique, moral et juridique mais aussi économique et social – peut y sembler incomplète.
Qui dit Bien commun, dit partage de ce Bien commun. Le Christ ne nous a pas enseigné autre chose. Il est d’ailleurs Lui-même le (Souverain) Bien commun à partager.
Le libéralisme atomise le fruit du travail de l’homme et en présente les miettes à la foire d’empoigne, le christianisme au contraire rassemble ce même fruit pour le partager fraternellement et en toute justice.
Plus nous avançons dans le diktat des pulsions et la post-humanité plus il paraît légitime d’opposer frontalement christianisme et libéralisme.
Au fond, nous devrions penser toute structure – familiale, entrepreneuriale, institutionnelle… – comme la Cène du Seigneur, un partage qui soutient et ennoblit la vie de tous ceux qui y sont conviés.
Le libéralisme ne cherche pas à ennoblir la vie de tous, mais à cantonner chacun dans son « intérêt propre », lequel est trop souvent malpropre, inapproprié à la manifestation et l’expression du Bien commun.
Or donc, la seule économie acceptable, pour un chrétien, serait donc celle dont les rouages seraient amour et vérité, justice et miséricorde ?
– Soyez raisonnable, vous dira tel ou tel cadre sup’ fréquentant la paroisse, une telle économie, un tel idéal ne sont pas de ce monde…
Cela ne doit pas nous empêcher de désirer ce Bien commun. Et de tout faire pour que son règne arrive !
______

Écrit par : Denis / | 05/04/2016

@ Denis

> "Au fond, nous devrions penser toute structure – familiale, entrepreneuriale, institutionnelle… – comme la Cène du Seigneur, un partage qui soutient et ennoblit la vie de tous ceux qui y sont conviés."
Exact. Même si le TPMG (Tout Pour Ma Gueule) est une tendance lourde de l'être humain depuis la Chute. En plus, ça risque de durer jusqu'à la Parousie !
Certains commentateurs trouvent que l'article de J. Hautebert élude le volet économique du libéralisme. Mais ne se situe-t-il pas à un niveau de la critique du dit libéralisme qui en englobe tous les aspects ? D'ailleurs, plutôt que de faillite du libéralisme, ne faudrait-il pas parler de faillite de la philosophie (je serais tenté de dire :de l'idéologie...) des Lumières ? Cette philosophie où l'Homme est vu comme une monade sortie du Néant...
______

Écrit par : Feld / | 05/04/2016

GRATUITÉ

> J'ai appris incidemment l'existence de cet "éco-camping participatif". La création d'un "îlot de gratuité", par des personnes qui, a priori, ne sont pas chrétiennes
http://www.labeaumeaucoeur.fr
Je voudrais leur envoyer un message de soutien. Que leur conseiller, pour éviter que ce beau projet soit un "feu de paille", qui ne dure que quelques mois ?
______

Écrit par : Feld / | 06/04/2016

à Feld

> Cher Monsieur, attention à l'issue de secours libérale que représente de tout expliquer par "la philosophie" ou "l'idéologie" ! Dans de nombreux cas elles sont la superstructure ou le produit des intérêts matériels. Le constater n'est pas du marxisme, juste du réalisme.
Bien sûr les infrastructures matérielles (économiques) sont lointainement issues du vouloir humain, donc mauvaises quand ce vouloir est pécheur. Mais au delà d'un certain poids les infrastructures économiques pèsent beaucoup plus lourd que les individus et les poussent au mal de façon irrésistible. Elles sont alors des "structures de péché" selon la théologie.
L'esquive des libéraux-catholiques est de mauvaise foi (aux deux sens du mot "foi"). C'est un mensonge que de dire que le libéralisme économique est sans lien avec le libéralisme philosophique et qu'on peut combattre le second en prônant le premier. Ce mensonge est celui d'un certain petit milieu "catholique" en France et aux Etats-Unis. Comme par hasard ce milieu est aussi celui qui rejette le pape François. Il cache ses intérêts matériels sous des arguments soi-disant religieux. Une religion se prétendant "pure" au service d'intérêts impurs. Et leur conception de la religion est hétérodoxe : spiritualisme bourgeois désincarné.
______

Écrit par : Erwan / | 06/04/2016

Feld,

> le projet que vous citez à La Beaume me semblerait à soutenir s'il ne prônait pas aussi le naturisme (même s'il est précisé qu'il n'est pas obligatoire), une idéologie, elle aussi. Nous ne vivons plus de chasse et de cueillette dans une jungle équatoriale. D'ailleurs nos prétendus naturistes, quand ils randonnent, ne marchent pas pieds nus, ils ne les enveloppent pas non plus d'une peau de lapin ou d'un linge quelconque tissé en fibres naturelles, ils utilisent de belles chaussures de randonnées produites par l'industrie "high tech" et leurs bâtons de randonnée sont en fibre de verre avec amortisseurs, ce ne sont pas des pousses de coudrier.
______

Écrit par : Bernadette / | 06/04/2016

@ Bernadette

> Sur le point de savoir si le naturisme est une idéologie, une pratique (comme on pratiquerait un sport...), ou un "art de vivre", on pourrait discuter longtemps, je crois...
J'ai trouvé ce projet intéressant, car il prend le contre-pied de ce que je crois être le côté consumériste d'une partie du naturisme actuel (les grands centres...). Et s'agissant de gens qui (a priori, mais il ne faut jurer de rien ! ) ne sont pas chrétiens, le fait qu'ils essaient de créer un "lieu de gratuité", comme l'appelle de ses voeux le pape François, mérite d'être salué.
______

Écrit par : Feld | 08/04/2016

@ Erwan

> 1. Cet article démonte la racine philosophique du libéralisme, et l'auteur précise bien que cela concerne "tous les domaines, de la religion à l’économie".
2. Je connais bien l'auteur qui n'habite "aucun beau quartier", ne correspond pas à l'idée que vous suggérez, et n'a pas de complaisance pour le libéralisme économique.
______

Écrit par : Guillaume de Prémare / | 08/04/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.