Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2019

M. Castaner doit-il démissionner ?

casta.png

C'est ce que demande l'opposition (au vu des faits)... Mais on ne peut isoler M. Castaner du reste de la Macronie, système pauvre en talents quoique riche en prétentions :


Doit-il démissionner ? Les faits sont établis. Ils sont accablants pour M. Castaner et ceux qui se sont trop pressés de parler comme lui hier soir : Mme Ruder, directrice administrative adjointe de La Pitié, et M. Hirsch, directeur général de l'AP-HP.  L'un et l'autre se sont fourvoyés en affirmant (derrière le ministre) qu'il y avait eu "invasion et dégradation" de l'hôpital ;  la faute première en revient à M. Castaner qui a proprement inventé cette agression, déchaînant aussitôt l'indignation du parti de l'Ordre  – "républicains" et lepénistes inclus, pendant les deux premières heures... Le lendemain matin une partie des bonnes gens restaient sur cette impression fausse et tweetaient des fulminations péremptoires comme celle-ci : "On ne doit pas rentrer dans un hôpital, pour manifester, point barre. SCANDALEUX !".

Or personne n'était "rentré pour manifester" dans le bâtiment de La Pitié. Les vidéos et les témoignages du personnel soignant sont très claires. Peu avant 16h20, boulevard de l'Hôpital, la police coupe et gaze le cortège ordinaire du 1er mai : cet après-midi-là, même les chars et ballons de la CGT sont attaqués au canon à eau.  Choqués, des manifestants lambda  – étudiants, retraités – avisent une sorte de voie privée (anonyme) où une quarantaine d'entre eux vont chercher à se réfugier. Ils font tomber la chaîne de la grille et s'engouffrent. Beaucoup d'entre eux ignorent être là dans l'enceinte de La Pitié ; ils s'assoient pour reprendre leurs esprits : comme ailleurs des centaines d'autres, au même moment, le font en s'abritant dans des halls ou des cours d'immeubles... Mais à 16h35 les CRS font irruption à leur tour, à pied et à moto ! Paniqués, une trentaine de manifestants grimpent un escalier et tapent à la porte de ce qu'ils ignorent être le service de réanimation. "Ils ne savaient pas, ils cherchaient juste une issue possible", dira un soignant. Seuls deux d'entre eux essaient d'ouvrir la porte : un jeune au tout début, puis un retraité ; entendant les cris des soignants ("c'est la réanimation ici, il y a des patients, on n'entre pas !"), des manifestants tirent en arrière le retraité. Sur la vidéo on entend des soignants dire : "Ils ont juste peur... [les CRS] les ont pris en tenaille..."

Après quoi les CRS embarquent les trente ; il est question de poursuites judiciaires. Mais  l'insignifiance des faits les fera tous relâcher.

Moyennant quoi M. Castaner (sans directives ?) va tenter de gonfler cet incident en drame absolu, de faire confirmer cette mise en scène par l'AP-HP, et de déguiser une poignée de retraités et d'étudiants en nihilistes capables d' "attaquer un hôpital". On reconnaît-là le manque de sérieux qui caractérise ce personnage, devenu ministre de l'Intérieur parce que M. Macron n'a personne sous la main.

En la circonstance, le manque de sérieux confine-t-il à l'irresponsabilité ?  Les trente interpellés de La Pitié étaient des défileurs lambda, non les Attila annoncés depuis dix jours par M. Castaner : c'est parce que les Attila étaient quasi-absents (150 alors qu'on en annonçait 2000). Et que l'Intérieur avait donné consigne de s'en prendre à tout le monde, cortège syndical compris ! D'où le départ de FO et de la FSU, chassées par les lacrymogènes. Et la séquence absurde de la police voulant exfiltrer M. Martinez de son propre cortège cégétiste... C'est le droit de manifester lui-même qui est latéralement mis en cause désormais, quitte à rendre furieux les manifestants pacifiques. Ainsi les trente de La Pitié, présentés par M. Castaner – au prix d'une affabulation grossière – comme des ennemis du genre humain... Ce dernier exploit du cacou ne rétablira pas la confiance des citoyens dans les gouvernants.

 

 

 

818782-macron.jpg

 

12:37 Publié dans Macron | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : castaner

Commentaires

MANIFS

> La perspective de faire face à cette Macronie cynique et castagneuse en battant très pacifiquement le pavé d’ici septembre avec « La Manif pour tous » (Ludovine de la Rochère) et/ou « L’Avenir pour tous » (Virginie Tellenne) – contre la loi « PMA pour toutes » en préparation – me remplit déjà de joie.
Je sais, Patrice, quel jugement est le vôtre sur ces deux mouvements « habités », surtout le premier, par des identitaires obtus… mais je partage avec eux quelques bons sentiments et, quant à ce qui nous sépare, ils méritent certes d’être évangélisés eux aussi !
Je manifesterai, donc, comme Français et comme catholique contre la marchandisation de l’enfant (PMA, GPA "éthique") et toute la logorrhée gouvernementale indécente qui va avec… à commencer par ce fameux « désir d’enfant » des LGBT, censé justifier toutes les facéties transhumanistes… et qui leur vaudra dans vingt ans, si nous laissons faire, un sacré retour de bâton : au nom du « désir de parent » qu’ils ou elles auront gravement et durablement frustré chez leurs enfants.
______

Écrit par : Denis / | 03/05/2019

1871

> Vous aurez beau prouver la fausseté d'une calomnie, il en restera toujours quelque chose. Les gilets jaunes sont des nazis, des casseurs, qui ne respectent même pas les malades et les mourants dans les hôpitaux. Déjà qu'ils avaient détruit l'arc de triomphe ! Ça se retrouve toujours dans les discussions au café ou à la sortie de la messe (je l'ai entendu).

Guadet


[ PP à Guadet :

"Frémissez peuples d'Europe
D'Afrique et d'Asie aussi
Ce que je vais vous narrer ici
N'est pas un conte interlope :
C'est l'histoire des bandits
de la Commune de Paris

Plébéiens de bas étage
Avides de gouverner
Ils eurent tôt fait de tromper
Le peuple par leur chantage
Pour réussir ces Caïns
Prirent le nom de républicains

Ils arboraient le drapeau rouge
Ces buveurs de sang fameux
Ces pillards, ces partageux
La plupart sortis d'un bouge
Et ces tigres en fureur
Semaient partout la terreur..."'

(Complainte versaillaise, 1871)
______

Écrit par : Guadet / | 03/05/2019

DÉÇU

>Hirsch tu me déçois beaucoup ! C'est peut-etre la fonction et le souci de ne pas perdre son poste qui veut ça... ?

Cassetoiner...
______

Écrit par : Roque / | 03/05/2019

ÉQUIPE

> Macron (et son équipe de bras cassés ou de casseurs de bras, c'est selon) a réussi à descendre aussi bas qu'Hollande dans la médiocrité. Le président des médias (son ascension politico-médiatique a été promue par le "story-telling" de son immorale histoire d'amour, via Paris Match et consorts.. la société du Spectacle à son paroxysme).
LREM: des menteurs (Castaner), des barbouzes (Benalla), des idiots (Schiappa,...) ; ne manque plus qu'une belle affaire de corruption ou de lien avec le crime organisé...
Et dire que des gens honorables comme J-C Guillebaud voyaient en ce jeune premier la Figure du Président (les majuscules c'est fait exprès) restaurée...
______

Écrit par : Raphaël R. / | 03/05/2019

CE QUI VIENT

> La parole politique se perd et se décrédibilise depuis des décennies. La méfiance des citoyens grandit et la révolte gronde. On ne peut pas tout le temps se faire élire en arguant: contre un tel, contre les extrêmes, contres les gens fermés, contre....
Je crains que cela prépare à la venue de mouvements bien plus dramatiques encore (je ne parle pas des extrêmes) mais d'un pouvoir économico-financier qui va résoudre les problèmes comme avec une baguette magique.
Il y a mon humble avis, des conditions peut-être réunies pour préparer la venue d'un type d'Anté-Christ (cf: Soloviev). Les temps futurs vont être très mouvementés et l'Eglise secouée avec force (à l'intérieur comme à l'extérieur). Soyons-prêts !
______

Écrit par : elgringos777 / | 04/05/2019

> En contrepoint cette vidéo :
https://twitter.com/i/status/1124021830703026178
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 04/05/2019

MORRIS

> Je sais qu'on ne doit pas juger les gens sur les apparences, mais vraiment votre illustration me fait penser aux meilleurs personnages de Morris, du genre de ceux que Lucky Luke doit ramener sous l'oeil vigilant de Ran Tan Plan...
M'enfin !
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 04/05/2019

DÉMENTI

> Le récit d'un médecin de La Pitié-Salpêtrière :
https://twitter.com/BFMTV/status/1123868435635634176

MG


[ PP à MG – Ce médecin est sévèrement mis en cause par des témoins oculaires, membres du personnel soignant du service de réanimation. Selon eux il n'était pas sur les lieux et il tente d'amalgamer à l'incident de la passerelle (extérieur au bâtiment) quelques dégradations commises à l'intérieur, "mais à un autre étage, à une autre heure, par un SDF ivre". Espérons que l'enquête vérifiera tout ça. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 04/05/2019

Castaner=Averell ?

> Et puis mon cher Fernand, "m'enfin" est l'apanage de mon héros fétiche: Gaston. rien à voir avec Morris et Lucky Luke.
______

Écrit par : VF / | 04/05/2019

LA CALOMNIE

> Pour en avoir été victime, je puis témoigner que la violence générée par une dénonciation calomnieuse relève du « meurtre symbolique » : elle laisse une profonde déstabilisation de la personne accusée à tort, voire un traumatisme. Comme le note Guadet, il en reste toujours quelque chose, d’où l’injustice et l’immoralité de ce procédé : toutes les décisions de justice du monde ne suffiront pas à réparer la souillure portée à la réputation ou à l’honneur d’une personne dont les opinions ou la vie privée ont été exposées sur la place publique sans son consentement ou de manière volontairement faussée. Le pape François en sait quelque chose : il vit cela quotidiennement.
Avec internet, la diffamation a trouvé une monstrueuse caisse de résonance, décuplant les dommages causés à la personne ainsi accusée : Pompidou aurait-il pu être élu en 1969 si l’affaire Markovic avait été exposée des mois durant sur les réseaux sociaux ?
La difficulté, en tant que chrétien, est d’aborder de telles souffrances psychiques en ne pouvant répondre à la haine que par l’amour. Un ami qui vit une telle persécution depuis plus de deux ans a ainsi vu sa vie spirituelle renforcée dans cette épreuve : ayant éconduit une jeune femme n’ayant pas supporté qu’il en préfère une autre, il fait l’objet d’incessantes manoeuvres calomnieuses via les réseaux sociaux, au point qu’il en a perdu emploi et santé. Sa foi, elle, est intacte car, devant chaque attaque diffamatoire, il me dit lire et relire le psaume 23, « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi : Ton bâton me guide et me rassure. »
______

Écrit par : Philippe de Visieux / | 06/05/2019

@ VF

> Je le savais :-)
______

Écrit par : Fernand Naudin / | 07/05/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.