Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2018

Mouvements féministes en lutte contre la GPA

gpa

L'opposition à l'artificialisation commerciale du vivant n'est pas le monopole des "réacs". Ces derniers tardent même à saisir les origines économiques de la menace !  Ci-dessous, l'appel d'organisations féministes aux Etats membres de l'ONU... Le reproduire ne signifie pas adhérer à tous ses points ni aux thèses des signataires ; mais c'est l'heure de comprendre que la résistance aux effets du néolibéralisme est très diverse  :


 

 

<<  Les organisations de la société civile, des droits humains et des droits des femmes, signataires de ce communiqué, entendent dénoncer que :

  1. La maternité de substitution (aussi appelée « gestation pour autrui » ou « GPA ») est une grave violation des droits et de la dignité des femmes et des enfants. C’est une forme d’exploitation reproductive des femmes et elle fait des nouveau-nés des objets de transactions contractuelles et commerciales.
  2. La maternité de substitution met en danger l’intégrité physique et psychologique des femmes et annule leurs droits fondamentaux, dont le droit à la filiation. Dans le même temps, elle porte atteinte au droit des enfants à connaître leurs origines. De fait, la pratique de la location de ventres est la manifestation la plus caractéristique du trafic d’enfants et de la traite de femmes à des fins d’exploitation reproductive, rapportant des millions de bénéfices aux agences intermédiaires et aux cliniques.
  3. La maternité de substitution contrevient aux droits humains fondamentaux des femmes et des enfants contenus dans nombre de conventions et de traités internationaux tels que la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF, art. 3 et 6), la Convention relative à l’esclavage (art. 1), la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE, art. 7, 9 et 35), le Protocole facultatif à la Convention relative aux Droits de l’Enfant (art. 2a et 3) et le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (art. 3a).
  4. Le désir d’être père ou d’être mère d’enfants portant son propre matériel génétique n’est pas un droit ni un droit humain. Les désirs ne deviennent pas automatiquement des droits.
  5. La GPA « altruiste » n’existe pas. On ne peut pas nommer « altruiste » une pratique qui exige un contrat préalablement signé et le renoncement à ses droits fondamentaux en échange de « compensations financières ». Il s’agit au contraire d’une pratique « mesquine et égoïste » qui vise à établir un système de « domestiques reproductives » et transforme les enfants en objets de commerce à la carte.
  6. L’industrie de location de ventres opère dans des pays en voie de développement en utilisant les mêmes stratégies criminelles que les réseaux de traite d’êtres humains, parmi lesquelles le repérage et le recrutement de femmes en situation de vulnérabilité sociale afin de tirer profit de leur capacité reproductive.
  7. Dans le monde, beaucoup de pays ont un État de droit très faible et la légalisation de quelque forme de gestation pour autrui que ce soit (comme celle indûment appelée « altruiste ») entraîne de facto la légalisation complète de cette pratique et la légitimation de l’exploitation reproductive des femmes. Cette légalisation favorise l’exploitation reproductive des femmes par les élites de ces pays et ouvre aussi la porte aux mafias internationales du trafic d’organes et de l’exploitation d’enfants.
  8. L’industrie de location de ventres fait pression sur les représentants des gouvernements du monde entier et des Nations Unies pour que cette pratique soit légalisée. Ces pressions n’ont d’autre motivation que des intérêts purement économiques et commerciaux et présentent la GPA comme une simple « technique de procréation médicalement assistée », relevant du « libre choix » des femmes, tout en taisant les risques de la pratique ainsi que la situation de pauvreté et de vulnérabilité des femmes porteuses.
  9. L’ONU et deux de ses agences essayent d’influencer des gouvernements du monde entier pour que la GPA (celle indûment dénommée « altruiste ») soit légalisée. Ces deux agences de l’ONU sont le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (OHCHR).
  10. Nous rappelons aux États que, selon leurs propres codes civil et pénal et conformément aux traités internationaux signés, ils ne peuvent et ne doivent pas procéder à l’enregistrement ou à l’inscription des enfants nés par GPA, car cela encourage une fraude à la loi et entérine une pratique qui viole les droits humains des mineurs et des femmes.

En raison de tout cela :

  1. Nous attendons de tous et toutes les chefs d’États et de gouvernements participant à la 73e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies qu’ils se prononcent publiquement lors de cette Assemblée de l’ONU en faveur des droits des femmes et des enfants et pour l’interdiction mondiale de la maternité de substitution.
  2. Nous demandons à tous les gouvernements de prendre toutes les mesures nécessaires juridiques et autres, pour empêcher la maternité de substitution au niveau national et international en étroite collaboration avec les gouvernements et le rôle actif des ambassades, consulats et systèmes policiers et judiciaires.
  3. Nous exigeons des poursuites pénales et la fermeture des agences, cliniques et toutes les entreprises de l’industrie de location de ventres dans tous les pays du monde, ainsi que l’interdiction des publicités pour cette industrie.
  4. Nous exhortons les gouvernements donateurs des Nations Unies à reconsidérer leurs apports financiers aux agences de l’ONU qui soutiennent la légalisation de la maternité de substitution (y compris celle indûment dénommée gestation pour autrui « altruiste »), à savoir : le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (OHCHR)
  5. Nous appelons tous les gouvernements du monde à lutter prioritairement contre la pauvreté des femmes et les inégalités de genre, ainsi qu’à multiplier les efforts visant à la promotion et la protection des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels des femmes, y compris leurs droits sexuels et reproductifs.

La Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution, qui a été lancée samedi 22 septembre à Paris, signe cet appel.

Signataires français :

Assemblée des Femmes
Association Bagdam Espace lesbien, Toulouse.
CADAC Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception
CEL, Centre Evolutif Lilith, Lesbiennes Féministes de Marseille
CMPDF, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femme
Collectif « Tout.e.s contre les violences obstétricales et gynécologiques »
CoRP Collectif pour le Respect de la Personne.
CQFD Lesbiennes Féministes
Forum Femmes Méditerranée
Initiative  Féministe Euromed IFE-EFI
Les Chiennes de Garde
LIbres MarianneS
Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie- LFID
Maison des Femmes de Paris
MFPF 93 Mouvement Français pour le Planning Familial section seine saint denis – 93
REFH Réussir l’égalité Femmes-hommes
Regard de femmes
Réseau Féministe « Ruptures »
Zéromacho, réseau international d’hommes contre le système prostitueur
Collectif 13 Droits des femmes
Marche Mondiale des Femmes ( France)
ELCEM – Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée
Encore Féministes
Amicale du nid
Femmes Libres
CNN Conseil National des Femmes Françaises
Femmes et hommes d’avenir – Clermont Ferrand
V.iDeaux TELEDEBOUT
VI GILANTES
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
LDIF – Ligue du Droit International des Femmes
NCL – Nouvelle Collective lesbienne
CNDF Collectif National pour les Droits des Femmes
Fondation Scelles
Stoppt Leihmutterschaft
Arcilesbica  >>

 

Fin de la reproduction de l'appel.

 

 

 

gpa-300x211.jpg

 

Commentaires

NOBODY'S PERFECT

> Ce sont des féministes "radicales" et une partie de ces mouvements sont homo-féminins, donc favorable à la 'PMA pour toutes'. Cette logique-là mène, oui, à la dissolution de la filiation dans les préférences sexuelles.
Mais ces mouvements sont aussi anti-capitalistes et anti-libéraux ; cette autre logique mène à combattre l'engrenage libéral jusque dans certains de ses effets sociétaux : y compris la marchandisation des corps, quitte à combattre la GPA comme le font les catholiques que ces mouvements radicaux honnissent.
Il y a donc une certaine contradiction chez les mouvements radicaux.
Cette contradiction était déjà dans le marxisme : "émancipateur" par filiation libérale ("émanciper l'individu des fatalités biologiques et culturelles", comme dirait Macron qui n'est pas un marxiste) ; mais pouvant aussi s'engager dans des combats contre certaines conséquences du libéralisme... cf la campagne électorale du PCF en 1951 ("pour que la famille soit heureuse votez communiste", avec une grande photo papa-maman-enfant).
Plutôt que de nous draper dans une orthodoxie catho-de-droite ahurie de voir des "gauchistes" vitupérer la GPA, nous serions bien inspirés de constater que d'autres que la MPT s'engagent contre l'artificialisation du vivant.
Mais elles veulent la 'PMA pour toutes' ?
Nobody's perfect.
C'est bien le cas de le dire.
______

Écrit par : PP / | 29/09/2018

VRAI

> le vrai est vrai d'où qu'il vienne, et même s'il est accompagné de faux.
Le bon grain et l'ivraie seront démêlés au Dernier Jour.
______

Écrit par : Nour-Myriam / | 29/09/2018

LES VRAIES QUESTIONS

> Je ne comprends pas qu'on parle de désirs. A mon humble avis c'est un raccourci, pour être précis, ne faudrait-il pas parler de désirs inassouvis.
Cela permettrait de poser la question de façon presque automatique de pourquoi est-il inassouvis. Or dans les débats je constate que cette question n'est pour ainsi dire jamais soulevée.
Le problème n'est ainsi que survolé, et les différences de départ entre les différentes situations sont escamotée, gommées, par un grand coup brumisateurs qui permet de regrouper dans le "même" désir des situations très différentes et de sauter l'étape du pourquoi est-il inassouvi ?
Certains sont dus à une défaillance, d'autres le sont par essence : le fait de personne qui ne peuvent s'accoupler biologiquement parlant [homosexuels] ou qui ne le font pas [personnes seules]. L'enfant est-il un droit ? Pourquoi cette question a-t-elle disparue des radars ?)
Quand les vraies questions ne sont pas posées on ne peut avoir de réponses qui soient en vérité.

Franz


[ PP à Franz - A quoi on doit ajouter d'autres questions...
– D'où vient que les vraies questions sont escamotées ? Réponse : du fait que tous les "désirs" (= "pulsions" en langage psy-pub) sont aujourd'hui sacrés.
– Qu'est-ce qui a sacralisé les pulsions ? Le système économique et commercial, devenu l'unique puissance dans notre société. ]

réponse au commentaire

Écrit par : franz / | 30/09/2018

LE C.C.N.E.

> Le CCNE est régulièrement renouvelé de façon pas très transparente. Hollande avait dit qu'il se fierait à au CCNE ... mais ce qu'il n'avait pas avoué c'est qu'il attendrait qu'il soit renouvelé !!!
(C'est quand beaucoup plus sûr de demander l'avis à ds gens choisis pour donner la réponse attendue !)
Il avait été ensuite dit qu'on attendrait le résultat d'une consultation populaire nationale, mais le résultat n'ayant pas été celui attendu , il a été décidé de s'asseoir dessus.
"63% des français favorable à la "PMA pour toutes" [femmes seules et paires lesbiennes].
Aurait-on la même réponse si on posait en question la conséquence " êtes-vous favorable à une loi privant de père des enfants ?"
______

Écrit par : franz / | 30/09/2018

P.M.A.

> Permettez-moi de revenir sur le débat auquel vous participiez vendredi dernier sur RCF. Je suis surprise de vous entendre distinguer (mais peut-être ai-je mal compris) la PMA "thérapeutique" qui ne poserait selon vous aucun problème et dont il n'y a pas lieu de débattre et la PMA élargie aux couples de femmes et aux célibataires que vous appelez "sociétale" .
Mais il me semble que l'Eglise catholique s'est toujours opposée à la PMA tout court et qu'à l'occasion de la naissance d'Amandine par exemple, Mgr Lustiger et d'autres avaient "condamné" cette pratique en arguant que la PMA n'avait rien de thérapeutique dans la mesure où elle ne guérissait pas la fertilité mais qu'elle se substituait à l'acte conjugal, spécifique des époux. Se posait aussi le problème des embryons surnuméraires, etc.
Un article de la Croix rappelle tout cela : https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/PMA-GPA-dit-lEglise-catholique-2017-06-25-1200857862
Qu'en pensez-vous ?

H.


[ PP à Hélène – Je ne peux que redire ce que j'ai déjà dit, et certains considèreront que ce n'est pas un argument : je connais des parents (hétérosexuels) et des enfants heureux qui sans la PMA n'auraient été parents ni enfants... J'ajoute que le Pr Lejeune lui-même, intransigeant contre l'IVG, était très mesuré envers les techniques qui aident la vie au lieu de la détruire. J'ai donc du mal à adopter une position théoricienne dans ce domaine. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Hélène / | 01/10/2018

QUESTIONS

> Une solution qui pose plus de questions de que réponses en est-elle une ?
Or la PMA pose plusieurs questions :
La plus connue est celle des embryons surnuméraires.
Une autre dont on ne parle jamais est celle des effets secondaires : il y a ceux connus lors du traitement, mais un tabou absolu : Pour avoir un taux correct de chances de succès on prélève plusieurs ovules, or le corps féminin n'en produit qu'un par cycle, on va donc lui lui asséner un matraquage d'hormones afin d'en avoir plusieurs ensembles à maturité, ensuite au corps de se remettre en état normal ... Oui mais voila il se trouve curieusement qu'il semblerait qu'on ait un taux de cancer plus élevé que la normale par la suite. (je tiens cette info d'une confidence d'un médecin faite à un collègue dont la soeur avait voulu assouvir son désir d'enfant seule sur le tard, non seulement elle priva celui-ci de père, mais 2 ans après elle laissait un orphelin !)
______

Écrit par : franz / | 02/10/2018

DÉBAT

> Mais dans leur récente déclaration, les évêques commencent par pointer les problèmes éthiques que soulèvent les pratiques actuelles de la PMA, non ? Pour le moment, je n'ai lu que la synthèse.

Hélène


[ PP à H. - Sans doute : mais comme je vous l'ai dit, c'est un débat théorique dans lequel je ne souhaite pas entrer – ne voulant pas blesser des amis. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Hélène / | 02/10/2018

LA MAISON D'ACCUEIL 'LAUDATO SI'

> Il y a encore d'autres problèmes médicaux, moraux, psychologiques :
-comme le "bourrage hormonal" de la femme qui cause des cancers hormono-dépendants : cancer du sein, cancer de l'ovaire.
=> https://www.marieclaire.fr/,et-si-les-fiv-provoquaient-des-cancers,817028.asp
-la masturbation pour avoir la semence masculine (pour les FIV) ; monsieur peut aller dans un petite pièce où il y a des revues pornos, "madame est autorisée à l'accompagner"; 5 min plus tard le couple/monsieur sort retrouver l'équipe médicale, tout le monde sait ce qui s'est passé. Tels sont les faits. il y a aussi par prélèvement ; dans tous les cas, ça se termine en éprouvette.
-le mépris dans lequel est tenu l'homme uniquement considéré comme "le reproducteur" ; beaucoup de témoignages
- pression sur l'homme et culpabilisation quand il refuse de se livrer à certains actes (là aussi, bcp de témoignages)
-la pression sur le couple qui mène à des séparations car beaucoup de médecins se comportent comme si l'échec du traitement leur était une offense personnelle : d'où un acharnement thérapeutique
- acharnement thérapeutique dans lequel le couple a aussi sa responsabilité.
j'ai reçu beaucoup de témoignages de couples qui avaient cessé d'être des couples : le désir d'être parents (notamment mère) l'emportant sur le fait d'être époux.
C'est l'occasion pour moi de dire qu'il faut insister sur la catéchèse du mariage (sur le long terme) et à court terme, sur la préparation au mariage : j'ai vu beaucoup trop de couples s'étant mariés par convenance sociale (et elle surtout pour être mère).
Alors qu'on se marie pour aimer (c'est la formule du mariage : "acceptez-vous ... POUR L'AIMER"). Aimer son conjoint d'abord, les enfants si Dieu en donne et le prochain dans tous les cas.
La famille étant "une église domestique", elle est par nature ouverte. On n'attend pas d'avoir des enfants pour accueillir.
Ensuite je peux témoigner personnellement de l'incompréhension générale et même de catholiques engagés quand ma femme et moi disons simplement à ceux qui nous le demandent (les gens sont assez indiscrets) que nous avons refusé FIV, PMA et acharnement thérapeutique :
-"mais puisque personne ne le saura" (morale bourgeoise)
-"je connais un guérisseur, il fera des passes magnétiques".
Et je passe sur "les-neuvaines-qui-marchent-à-tous-les-coups" et "le naturopathe catho" à qui on donne ses dates de naissance pour qu'il calcule la combinaison numérologique "selon les préconisations de Sainte Hildegarde" (à qui beaucoup font dire n'importe quoi)
-" vous ne voulez pas ? ah ben en fait vous n'avez pas vraiment envie d'être parents !"
- c'est votre faute : vous ne voulez pas de PMA ! Si vous n'en voulez pas, de quoi vous plaignez-vous ?" (mais QUI se plaint ?)
Il y a aussi ceux qui vous en veulent parce qu'ils voient un jugement dans votre refus. Ben non. Vous avez jugé tel ou tel acte immoral mais les personnes, non. On ne sait pas ce qu'elles vivent. Mais qu'on ne nous demande pas d'approuver. Même si ça les rassure.
Mais il faut arrêter de croire qu'il est impossible de rester fidèle à l'enseignement de l'Eglise. (1ère chose qui rend malheureux)
ça peut être difficile pour certains et/ou à certains moments mais impossible, non.
Ce qui aide c'est de voir les choses dans l’Éternité. Dire cela à un croyant, normalement, c'est possible. Et ça n'a rien de théorique.
C'est un constat, pas de jugement de ma part.
Désir d'enfant, oui ; exigence, non.
La fécondité, ce n'est pas seulement les enfants et le Bon Dieu n'envoie JAMAIS une épreuve qu'on ne puisse surmonter.(croire le contraire est la 2e chose qui rend malheureux)
Il faut bien s'entourer.
Tout le monde est capable de passer à autre chose.
Pour nous, c'est la maison d'accueil 'Laudato Si', née le 22 septembre 2018 à 10h50 (heure de notre signature chez le notaire).
Dans cette maison nous accueillerons notamment des couples infertiles ou plutôt en recherche d'une autre fertilité pour les aider à bâtir LEUR projet.
Ce n'est que notre histoire à nous.
______

Écrit par : E Levavasseur / | 03/10/2018

THÉRAPEUTIQUE

> Il faut être clair sur ce qu'on entend par "thérapeutique".
Une thérapie c'est ce qui aide la nature et pas ce qui s'y substitue ou crée une situation artificielle.
Entrent dans la thérapie :
-la connaissance de ses cycles par la femme qui partage en couple
-le prélèvement après relation, comme lors d'un frottis de dépistage de cancer du col de l'utérus, pour voir si le problème vient de là.
-Une stimulation hormonale raisonnable pour la femme ayant des problèmes de ce genre et tant en âge de procréer, la prise de viagra pour l'homme. Rien d'artificiel mais une aide médicale au retour à la normale.
- Opérations chirurgicales (kystes, phimosis...). Là aussi il s'agit d'une aide chirurgicale au retour à la normale.
Il peut aussi y avoir un travail avec un psychologue (des couples reconnaissent plus tard qu'ils n'ont pas eu d'enfant pendant une période où psychologiquement ils avaient des soucis ; la nature fait bien les choses)
Etc etc
Il s'agit là de choses destinées à faire fonctionner le corps normalement, pas à se substituer à lui ou encore a crée une situation non naturelle.
Il faut voir le traitement de problème de fertilité de la même manière que l'on considère la régulation des naissances.
Mais il s'agit là d'aide médicale à la procréation naturelle et non de PMA.
Par ailleurs, ne pas oublier que la PMA réussit à 20% en général.
Par conséquent, même en ayant recours à la PMA, la majorité des couples devront se faire un raison.
Donc il faut arrêter de faire comme si dire qu'il faut savoir passer à autre chose était un langage extra terrestre & le faire quelque chose d'exceptionnel.

ce que dit lejeune https://www.fondationlejeune.org/wp-content/uploads/2018/01/ManuelPMA2017.pdf
______

Écrit par : E Levavasseur / | 03/10/2018

@ E. Levavasseur

> Merci pour votre témoignage.
Merci aussi pour le lien vers le livret de la fondation Lejeune, et surtout son dernier paragraphe d'information sur la NaProTechnologie, alternative intéressante à la PMA.
Par ailleurs en cas d'infertilité, une démarche spirituelle peut-être de recevoir le sacrement des malades.
C'est un très beau sacrement pour demander une éventuelle guérison, et surtout les grâces nécessaire à vivre cette épreuve.
______

Écrit par : Isabelle Meyer / | 16/10/2018

à I. Meyer,

> la Napro ne fait pas tout.
et oui bien sûr : demander le sacrement des malades, merci d'en parler !
______

Écrit par : E. Levavasseur / | 16/10/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.