Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2018

1er mai : "L’humain au cœur du travail"

1er mai

Message de 1er mai de la Mission ouvrière de l’Église catholique :


 

<< Le chômage de masse atteint toutes les tranches d’âge, même s’il concerne particulièrement les jeunes, les seniors et les personnes en situation de handicap. La peur du licenciement et d’un salaire revu à la baisse explique qu’on accepte un emploi avec de mauvaises conditions. Les jeunes confrontés à la précarité n’ont plus la garantie d’une certaine stabilité, d’une rémunération décente et d’une protection sociale. La vie ouvrière a beaucoup évolué : peut-être moins de travaux pénibles mais plus de contraintes, de pression, d’horaires décousus… Nous percevons une souffrance au travail de plus en plus présente, sur fond de déshumanisation et de concurrence entre les travailleurs au sein des entreprises.

Dans de nombreux métiers de service à la personne, les moyens ne couvrent pas les besoins. Dans les entreprises privées, deux réalités s’opposent : d’un côté la finance qui se porte bien, de l’autre des salariés qui galèrent et sont les oubliés de la réussite. Les évolutions de l’entreprise sont source de difficultés pour les travailleurs. En relisant la vie, nous soulignons les manques, les revendications de dignité, les envies de changer les situations.

À quoi tout cela sert-il finalement, à part gagner son pain ? C’est important, mais ne plus avoir prise sur le contenu de ce qu’on fait, voire être en totale contradiction avec ses valeurs intimes, débouche sur de la souffrance.

Nous inscrivons les droits des salariés dans l’histoire des conquêtes de la classe ouvrière

Avoir un emploi, travailler, demeure une attente primordiale et une tradition vivante du monde ouvrier. Celui-ci vit à la fois une histoire d’exploitation et de conquêtes communes, gagnées et partagées par la classe ouvrière. Ces conquêtes de droits pour les travailleurs sont des repères pour d’autres dans le monde.

Nous sommes porteurs d’une vision où l’humain prime sur l’économie. Elle doit être à son service. Cette vision est initiée dans la parole de Cardijn : « Un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde car il a la dignité de fils ou fille de Dieu ». Nous voulons redonner un contenu et un sens à nos activités, plus conformes à ce que nous sommes. Nos mouvements permettent aux uns et aux autres de motiver leurs parcours professionnels et d’exprimer leur dignité par le travail.

Mettre en avant les solidarités, les parcours d’engagement au service du bien commun

Dans l’Évangile, nous constatons que Jésus a pris des travailleurs comme disciples. Travailleurs, croyants et militants, nous participons à l’œuvre de création à laquelle nous appelle le Christ. Dans notre travail, il y a une part qui n’est pas échue au salaire mais à un besoin de construire et de participer avec d’autres.

En faisant exprimer la dignité et le sens du travail, nous affirmons le droit au travail. C’est un droit de l’Homme. Ce qui nous fait souffrir, ce sont tous ceux qui sont privés de ce droit. C’est une perte pour eux, pour la société, pour notre humanité entière.

Les paroles du pape François nous inspirent : “L’avenir de l’humanité n’est pas uniquement entre les mains des grands dirigeants, des grandes puissances et des élites. Il est fondamentalement dans les mains des peuples, dans leur capacité à s’organiser et aussi dans vos mains qui arrosent avec humilité et conviction ce processus de changement. >>

 

1er mai

 

Commentaires

L'EGLANTINE ET LE MUGUET

> Danièle Sallenave, "bleue d'Anjou" apparemment soucieuse de rallumer la guerre contre le catholicisme, affirmait ce matin sur France Culture que l'églantine, emblème originel des luttes ouvrières du 1er mai (c'est vrai), fut remplacée sous Vichy par le muguet "symbole de la Vierge Marie" - ce qui est doublement faux.
- Faux d'abord parce que le muguet, porté à la boutonnière avec un ruban rouge, fit son apparition dans les cortèges du 1er mai et dès 1907.
- Faux également parce que le muguet n'a jamais été particulièrement catholique : plus ou moins en faveur sous Charles IX selon une légende tardive, il est républicanisé dans le calendrier de 1793, puis relancé en 1895 par le chansonnier Mayol, avant de rejoindre puis remplacer l'églantine des travailleurs le 1er mai. Pétainisé sous Vichy, il est re-républicanisé aussitôt après 1945 par le PCF qui en institutionnalise la vente dans les rues...
Mme Sallenave est loin du compte. Il lui faudra trouver autre chose pour rallumer la guerre anti-religieuse.
______

Écrit par : PP / | 30/04/2018

PÉTAIN ?

> Les affirmations de Mme Sallenave ne s'arrêtaient pas là : si mes oreilles ne m'ont pas trompé, il m'a semblé l'entendre dire dans la même émission que le maréchal Pétain avait "consacré la France à la Vierge Marie". La ficelle est un peu grosse, là...

SDL


[ PP à SL - Je n'ai pas entendu ça. Si elle l'a dit, c'est aberrant. Pétain ne croyait pas en Dieu. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval / | 30/04/2018

PAS UNE PREMIERE

> L'immortelle n'en est pas à sa première sornette, comme dans son discours sur les langues régionales :

« Notre vision des « langues » et des « cultures » régionales, aseptisée, baigne dans la niaise brume des bons sentiments écolo-folkloriques et se nourrit d’images d’un passé revisité… Ce ne peut être un objectif national. En proposant aux jeunes générations un retour à des langues qui n’ont survécu que dans les formes parlées, pour l’essentiel privées de l’indispensable passage à la maturité que donne la forme écrite, littéraire, philosophique, croit-on sérieusement leur offrir un avenir de travail, d’insertion sociale, de pensée? »

Alors, si une langue atteint sa maturité avec la "forme écrite", il faut croire qu'elle n'a jamais entendue parler des troubadours de langue d'oc. Elle semble ignorer aussi l'influence des langues régionales sur le vocabulaire de sa langue de Molière chérie (au XVIIe siècle, ses prédécesseurs Immortels ont cherché à purger la langue française des occitanismes, en partie en vain).
Quant à "l'indispensable passage à la maturité" d'une langue par la forme écrite, elle semble ignorer les cultures orales qui peuvent être élaborées, pas plus que la "forme écrite" n'est pas en soi une garantie d'intelligence. Des livre remplis d'imbécilités, il y en a des palanquées, Platon se défie de l'écrit et du risque qu'il fait prendre à la mémoire etc.

Sur le catholicisme, elle fait aussi quelques autres raccourcis ici https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwj_2rzZy-LaAhWELlAKHfVrCpQQFgguMAE&url=https%3A%2F%2Fwww.la-croix.com%2FCulture%2FLivres-et-idees%2FDaniele-Sallenave-Il-nous-faut-reinventer-Republique-egalitaire-juste-sociale-2018-03-22-1200923732&usg=AOvVaw3CVYXxclh791EbPUjpBvmx
Elle semble croire que l'épisode de la fille disant "mange ta banane la guenon" à Christiane Taubira est la preuve du retour du catholicisme combattant des évêques du XIXe siècle.

AM


[ PP à AM - Elle ne voit pas, ou ne veut pas voir, ce que manifeste en réalité le "mange ta banane" proféré par une petite Angevine de bonne famille sous l'oeil amusé de sa parenté.
Ce symptôme n'engageait aucunement l'Eglise (il avait soulevé l'indignation des curés d'Angers). Ce qu'il montrait, c'était l'imposture (inconsciente ?) d'un milieu s'affirmant super-catho tout en dérivant loin de ce que l'Eglise pense, dit, et fait. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Aurélien Million / | 30/04/2018

DE L'INSTITUT

> Sallenave, l'écrivain? Si c'est elle, je n'arrive pas à croire qu'elle puisse dire de telle énormités sans l'avoir voulu. Mais il est vrai que sa fiche wiki (et oui, j'ai craqué et j'ai été sur wiki...) laisse transparaître un côté jacobin bien marqué. Cela me fait toujours de la peine de voir des gens vraiment cultivés mentir par idéologie.
______

Écrit par : VF / | 30/04/2018

à PP :

> comme j'avais des doutes, je viens de réécouter "en diagonale" l'émission "la grande table" d'aujourd'hui. Et, à la 29ème minute de l'émission est venu ce que j'avais moi-même pris pour une hallucination sonore. Mme Sallenave date cette énormité de 1941. Comme vous me l'avez répondu, et pour les raisons que vous invoquez, cela paraît aberrant (d'autant que, qu'il crût en Dieu ou non, en quoi Pétain était-il autorisé à "consacrer la France à la Vierge Marie" ???).

SL


[ PP à Sven Laval - D'autant que la consécration de la France "à Dieu par Marie" était faite depuis... 1638 ! (voeu de Louis XIII)... Mme Sallenave n'est pas historienne et ça se voit. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Sven Laval | 30/04/2018

PROXIMITÉ

> Le message de la Mission ouvrière de l’Église catholique est d'une grande proximité avec celui de Philippe Louis, à la mi-avril, et l'on s'en réjouit pour ce dont le dernier "C" de l'acronyme CFTC est l'initiale:
https://www.cftc.fr/fr/actualites/social/mouvement-social-convergence

Aventin

[ PP à Aventin - D'une grande proximité aussi avec les propos de Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC, ce matin à l'émission de Louis Daufresne sur Radio Notre-Dame. La "fête à Macron", en quelque sorte. ]

réponse au commentazire

Écrit par : Aventin / | 01/05/2018

ELLE L'A DIT

> Mme Sallenave affirme bien que le maréchal Pétain a consacré la France à la Vierge Marie...On peut l'entendre à la minute 29.06 sur le "podcast" de la deuxième partie de La grande table, sur le site de France Culture.
Comme le dit Patrice de Plunkett,c'est aberrant !
Cependant, j'ai été agréablement surprise par son hommage au colonel Beltrame, loin de la perche "martyr chrétien versus héros républicain" que lui tendait la journaliste...
______

Écrit par : cristiana / | 01/05/2018

@ PP

> "Pétain ne croyait pas en Dieu". Exact. En plus, quelque part, il serait une assez belle icône postmoderne : "late bloomer" (c'est vrai, c'est quelqu'un qui est sorti de l'anonymat et a su "libérer ses énergies" à 60 ans ! ), adepte de l'amour libre et de la sexualité de groupe. Un précurseur de Mai 68 ? Bon, j'arrête là le délire....
______

Écrit par : Feld / | 01/05/2018

GIONO

> J'habite à 10 km de cette dame mais combien ce qu'elle décrit me semble loin...
Y'a t-il vraiment encore aujourd'hui des gens qui croient aveuglement aux vertus de la République ?
Y a-t-il vraiment encore des gens qui croient aveuglement qu'il est possible de restaurer une France chrétienne ?
De ma Vendée natale et de mon Anjou d'adoption, je me sens bien plus proche d'un Giono provencal, au lyrisme assumé, qui faisait dire à Clara la jeune aveugle du 'Chant du Monde' : "vraiment, tu ne vois rien"...
______

Écrit par : Rigalleau A. | 02/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.