Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2017

Moyen-Orient : Trump de plus en plus inepte

trump-war-640x400.jpg

Avec sa bourde sur Jérusalem, The Donald s'aliène le monde sunnite... dont il prétendait mobiliser une partie contre l'Iran :


 

Donald Trump avait promis de déclarer la vieille ville de Jérusalem "capitale d'Israël". Il va le faire ! Motif : la religious right US souhaite une conflagration au Moyen-Orient (elle croit que ça hâtera la fin des temps), et M. Trump a besoin des voix de la religious right. Par ailleurs M. Trump aime l'idée de conflagration, pour deux raisons : 1. il est belliciste, quoique s'étant fait réformer pour ne pas aller au Vietnam  [*] ; 2. il est populiste, et les régimes populistes poussent le peuple vers la guerre pour le détourner des questions sociales. Enfin la droite US populaire (même non-religieuse) est pro-Netanyahou en vertu du bon vieil adage : "communists hate Israel - America hate communists".

Mais la décision trumpienne sur Jérusalem pousse la débilité jusqu'au monumental, dans la mesure où elle f... par terre la propre politique de M. Trump au Moyen-Orient. 

Cette politique (d'ailleurs aberrante) consistait à provoquer un affrontement avec l'Iran chiite. Elle s'appuyait donc sur des régimes sunnites, Arabie saoudite en tête.

Or M. Trump, en déclarant Jérusalem capitale d'Israël, commet un sacrilège aux yeux de l'ensemble du monde musulman !  Résultat : les régimes sunnites se lancent dans un concours à qui lèvera le plus haut l'étendard de la résistance à M. Trump, et se trouvent forcés de mettre en veilleuse leur rhétorique anti-iranienne.

Président en exercice de l'Organisation de la coopération islamique, M. Erdogan convoque le 13 décembre à Istanbul une réunion d'urgence de 57 Etats musulmans, et téléphone à la fois aux dirigeants iraniens et aux dirigeants saoudiens ("Jérusalem est notre cause commune !") ; il téléphone aussi aux dirigeants malais, tunisiens, qatari, pakistanais, indonésiens...

Le roi de Jordanie, pilier de l'alliance occidentale, met en garde Washington contre "les conséquences graves et le risque d'escalade" de l'affaire de Jérusalem ; appuyé par le roi du Maroc (président du comité panarabe pour Jérusalem), il demande une réunion d'urgence des 22 ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe.  

Le roi d'Arabie saoudite, pétrifié par la bêtise de son allié américain, qualifie sa décision de "danger qui provoquera la colère des musulmans".

Quant à l'Iran, il saisit l'occasion de dissiper le climat de guerre virtuelle sunnites-chiites qu'avait fabriqué l'Arabe saoudite.  Le président Hassan Rohani déclare que Téhéran "ne tolérera pas une violation des lieux saints musulmans", et appelle les musulmans du monde à "être unis face à ce grand complot".

Si M. Trump persiste dans sa décision, il aura réussi l'exploit de rendre impossible sa propre stratégie anti-iranienne. Et de forcer le monde musulman à prendre -  alors qu'il était plus divisé que jamais -  la posture de l'union sacrée... On comprend pourquoi le secrétaire d'Etat Tillerson (qui attend son limogeage) finissait par qualifier son président de "crétin ne comprenant rien à rien".

Crétin peut-être, mais crétin populiste ! L'ultra-droite française ne changera pas de mentor.

  

________

[*]  Ce US hero, qui aime tirer de gros missiles, a évité le Vietnam en se faisant réformer (1968). D'où le sarcasme de John McCain en 2016 : "Les plus riches trouvent toujours un médecin pour ça..."

 

 

73908b20d8ed55e248747b0f148dd573.jpg

 

19:34 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : trump, jérusalem

Commentaires

HOWARD ET TÉTREAU

> Ce matin à France Culture, l'invité Dick Howard confirmait que Trump avait fait ça pour plaire à son électorat "droite religieuse protestante".
Pour Howard, l'affaire de Jérusalem est aussi une diversion de Trump pour faire oublier l'enquête du FBI sur ses connexions russes : "Trump est capable de déclencher une guerre pour se protéger et faire diversion".
L'autre invité, Edouard Tétreau, a rappelé que l'Eglise catholique (étrangère aux élucubrations des 'evangelicals') est fermement pour le statu quo à Jérusalem, cité internationale des trois religions. Mais il a souligné que Trump, effectivement capable de tout, peut très bien se faire réélire en organisant une diversion encore plus grave au dernier moment.
Auquel cas ce serait un criminel et non un imbécile.
______

Écrit par : churubusco / | 07/12/2017

'RELIGIOUS RIGHT'

> "Motif : la religious right US souhaite une conflagration au Moyen-Orient (elle croit que ça hâtera la fin des temps)"
Vous semblez être le seul à en parler, avez-vous des références à me conseiller à ce propos? J'entends régulièrement ce type de prophétie apocalyptique de la part d'extrémistes musulmans (Daech en particulier), mais c'est la première fois que je le vois associé à des extrémistes chrétiens.

Alexis


[ PP à Alexis - Je ne suis pas tout à fait le seul : un invité américain de France Culture en parlait ce matin, cf. commentaire ci-dessus. Mais j'ai fait une enquête sur les évangéliques, publiée en 2009 chez Perrin ('Les évangéliques à la conquête du monde'), où j'étudie le phénomène du fondamentalisme américain et les élucubrations auquel il a donné lieu sur le thème de la fin des temps. C'est le "millénarisme", qui consiste à lire la Bible comme dans un cauchemar et à sur-interpréter quelques versets symboliques (Apocalypse ou Daniel) pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas mais dont on aurait envie ; en l'espèce, une "bataille ultime" du Bien (Israël et l'Amérique) contre le Mal (les Arabes).
C'est de là qu'est né le mouvement des chrétiens ultra-sionistes américains, qui a donné lieu à de multiples manifestations d'hystérie belliciste (voir le terrible film 'Jesus Camp') et à un puissant courant politicien à la droite du parti républicain... Courant que Trump veut flatter avec sa décision sur Jérusalem, considérée par les millénaristes comme un prélude aux Derniers Temps. Inutile de préciser que Trump lui-même ne partage pas cette idéologie. Ni d'ailleurs aucune. ]

réponse au commentaire

Écrit par : Alexis / | 07/12/2017

à Alexis

> ils viennent d'en parler sur Arte dans le magasine 28 minutes.
______

Écrit par : VF / | 07/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.