Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2016

Nativité : le Créateur assume sa créature

 arton28.jpg

Le Père envoie le Fils "parce qu'Il nous aime, non pour nous juger" :


 

 

<<  Dieu lui-même, le Tout-Puissant, le créateur de toutes choses, a fait descendre du ciel sur la Terre la vérité, c'est à dire son Verbe saint au delà de toute compréhension. Il a voulu que le cœur de l'homme fût sa demeure. […] Celui qui est venu à nous est l'Auteur, le créateur du monde, par qui Dieu le Père a fait les cieux, a donné des limites à la mer. C'est à Lui qu'obéissent le soleil, dont il a tracé  dans les cieux la route qu'il doit suivre dans sa course journalière, et la lune brillant pendant la nuit, et les astres qui suivent son cours... C'est Lui qui a tout disposé avec ordre et tout circonscrit dans de justes limites ; Lui à qui tout est soumis, les cieux et tout ce qui est dans les cieux, la terre et tout ce qui est sur la terre, la mer et tout ce qui est au sein de la mer, le feu, l'air, les abîmes, les hauteurs du ciel, les profondeurs de la Terre, les régions placées entre la terre et les cieux ! Voilà Celui que Dieu nous a envoyé, non comme un conquérant chargé de semer la terreur et d'exercer partout un tyrannique empire, ainsi que quelques-uns pourraient le croire. Non, Il l'a envoyé comme un roi envoie son fils, lui donnant pour cortège la douceur et la clémence ; Il a envoyé ce Fils comme étant Dieu lui-même ; Il l'a envoyé comme convenait qu'il le fût pour les hommes : pour les sauver, par la persuasion, non par la violence, car il n'y a pas de violence en Dieu. Il l'a envoyé comme un ami qui appelle, non pour nous accuser ; Il l'a envoyé parce qu'Il nous aimait, non pour nous juger... >>

 

Discours apologétique À Diognète,  écrit vers l'an 200 (par un auteur non encore identifié) ; sans doute à Alexandrie et dédicacé au procurateur romain Claudios Diognetos.

 

 

 

Ce passage de l'un des plus anciens textes chrétiens connus, répond (avec 1800 ans d'avance) aux mirages de 2016. Jésus de Nazareth est infiniment plus et AUTRE que "l'un des prophètes" comme disent les musulmans, ou "l'un des grands spirituels" comme disent les commerciaux. Accepter Jésus comme Sauveur et Seigneur n'est pas abdiquer la raison : c'est une adhésion du libre arbitre [*]. Ce n'est pas sacraliser des opinions : c'est renoncer à nos opinions pour marcher en présence de Dieu.  "Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté !"

 

 

_____________

[*]   À Diognète appelle à employer "la raison" (ou la "sagacité") :   "tè phronèseï".

 

09:49 Publié dans Nouvelle évangélisation | Lien permanent | Tags : noël