Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2016

The Big Great Nationwide Trump Parade 2016-2017 !!! "and NOW : this is... our... DEEE-PLOOO-MACYYY !!!!!"

Exxon-2.jpg

À ce point-là même Bush n'avait pas osé ! Avec Mr Tillerson, la politique étrangère de Washington sera (en plus flagrant)... ce qu'elle n'a jamais cessé d'être :


EXXON1.jpg

 

 

Logo de l'alliance Qatar-Exxon

(http://www.valuewalk.com/2013/04/qatar-and-exxon-mobil-si... ) :

Qatar-Exxon-logo.jpg

 

 

► Les lecteurs de ce blog savent ce que nous pensons de Rex Tillerson, surnommé "T-Rex" (le tyrannosaure de Jurassic Park)... Le 30/05/2008, par exemple, à propos de l'assemblée générale d'Exxon où les actionnaires avaient protesté contre l'argent dépensé par M. Tillerson pour financer la désinformation climatosceptique, j'écrivais ceci :

<<   Le Monde, 30/05/2008 : «"Exxon Mobil se comporte maintenant comme un dinosaure... ExxonMobilosaurus Rex doit disparaître !" Le conflit entre le PDG d’ExxonMobil, Rex W. Tillerson, et une coalition d’actionnaires hostiles à sa politique du "tout-pétrole", a éclaté hier lors de l’assemblée générale du groupe pétrolier, mercredi 28 mai à Dallas, Texas ».  Parmi la politique de M. Tillerson, l'un des volets est la désinformation de l’opinion occidentale à coups de millions de dollars, selon le rapport du Sénat américain en 2007 : rapport établi par Barbara Boxer, présidente de la commission sénatoriale de l’environnement (cf. l’article retentissant de Sharon Begley dans Newsweek, 13 août 2007).  "Des ONG ont regretté qu’il [Tillerson] n’ait jamais dit combien le groupe – première capitalisation boursière mondiale – a dépensé dans son lobbying visant à nier la responsabilité des pétroliers dans le réchauffement climatique", conclut l’article du Monde. Les retombées de ce lobbying n’ont pas encore tout à fait disparu en France, où certains cercles érigent en dogme la négation de tout réchauffement et l’inconcevabilité de toute responsabilité industrielle. L'autorité qui a défini ce dogme est M. Tillerson (via les « scientifiques » émargeant à son budget), expliquait Newsweek...   >>

Le 27/02/2014, nous signalions - également d'après Le Monde - que M. Tillerson s'opposait à un forage de gaz de schiste situé près de son ranch de Bartonville au Texas, alors qu'il investissait plus de 31 milliards de dollars dans l'extraction de ce gaz par fracturation hydraulique partout ailleurs... Motif de cette opposition : la pollution de l'eau liée à la fracturation ("fracking"), ainsi que les processions de camions-citernes, dévalorisent les biens immobiliers voisins... "Ce scénario digne d'une série télé tombe assez mal, au moment où Exxon s'est lancé dans une campagne pour convaincre que l'extraction du gaz de schiste ne pouvait avoir que des retombées positives pour les communautés locales", constatait le quotidien. D'où ce photomontage américain proclamant T-Rex "Asshole of the day" :

3040121086.jpg

 

► Depuis 2015, le procureur de New York a ouvert une enquête pour déterminer si Exxon a dissimulé au public des informations sur les risques liés au changement climatique.

► Depuis septembre 2016, Exxon Mobil est sous le coup d'une enquête de la SEC (le "gendarme de la finance" américain). Il s'agit de déterminer, au vu de documents internes [*], comment le géant pétrolier évalue ses actifs par rapport au changement climatique : et, par suite, s'il cherche à biaiser l'impact de son business model sur l'environnement et le climat.  Selon le Wall Street Journal (20/09), l'enquête et ses conclusions pourraient obliger l'industrie pétrogazière à prendre au sérieux les efforts climatiques : ce qui aurait de vastes ("far-reaching") conséquences pour cette industrie, qui se porte mal par ailleurs...

► Trois mois plus tard, M. Trump forme un gouvernement de milliardaires qui nient jusqu'à l'existence du changement climatique ! Et il confie le poste de secrétaire d'Etat (ministre des Affaires étrangères) à M. Tillerson, avec cet argument massue : "Il fait du business partout dans le monde." Alors que c'est ce que le monde reproche à M. Tillerson... [ Mais le monde, Ubu Roi s'en fout ouvertement. C'est même ça qui excite l'admiration des "populistes" français, ces pervers - au sens freudien - qu'un sociologue propose de rebaptiser "boubours" ("bourgeois bourrins") : diagnostic exact sur lequel je reviendrai ].

Quelle politique étrangère mènera M. Tillerson ? celle qu'il a menée à Exxon, comme M. Trump a la franchise de nous le dire ? C'est l'axiome voulant que ce qui est bon pour Exxon soit forcément bon pour "l'Amérique"  -  sans préciser qui  en Amérique.

Et qu'est-ce qui serait "bon pour Exxon", dans la conjoncture actuelle ? Selon les analystes financiers, Exxon pourrait être en "déclin irréversible" (CNN Money, 26/10). Selon l'Institute for Energy Economics (groupe d'analyse pour investisseurs institutionnels financé par les Rockefeller qui viennent de liquider tous leurs investissements pétroliers), le titan Tillerson est "dans un grave marasme comme tout le Big Oil"  : voir le tableau ci-dessous, Exxon's debt mounts as profits plunge. D'après ces analystes, les prix bas ne faisaient qu'aggraver le déclin du secteur, et leur amorce de remontée ne suffira pas à le renflouer. Pris dans une spirale de mauvais résultats et d'incertitudes pour l'avenir, M.Tillerson redoute d'être mis sur la sellette par les plus puissants de ses actionnaires de référence, parmi lesquels les fonds de Vanguard, BLK et STT.

C'est avec ce stress qu'il devient le secrétaire d'Etat du système Trump. L'angoisse des pétroliers étant mauvaise conseillère au gouvernement, le résultat géopolitique pourrait ne pas ressembler à ce qu'espéraient les naïfs... On leur conseille de se mettre en prière pour aider "T-Rex" à résister au conflit d'intérêts.

Jamais le mélange du business privé et de la puissance publique, classique aux Etats-Unis, n'aura atteint des proportions aussi caricaturales. Les électeurs pauvres seront les dindons de la farce : voilà la réalité de la trumperie.

__________

[*]  documents d'Exxon et de son cabinet d'audit, PricewaterhouseCoopers... qui se trouve aussi être celui du scandale d'évasion fiscale au Luxembourg (LuxLeaks), dont le procès en appel se plaide cette semaine. Cet univers est tout petit.

 

 

PARMI LES LIENS POUR ALLER PLUS LOIN :

https://350.org/fr/exxon/

http://www.zmescience.com/ecology/climate-change-papers-exxon-mobil/

http://www.wsj.com/articles/sec-investigating-exxon-on-valuing-of-assets-accounting-practices-1474393593

https://350.org/the-exxonknew-case-just-went-federal/

http://act.climatehawksvote.com/prosecute_exxon

https://www.desmogblog.com/2016/04/26/there-no-doubt-exxon-knew-co2-pollution-was-global-threat-late-1970s

http://legalinsurrection.com/2016/04/exxon-attempts-to-deflect-legal-climate-change-strikes/>

http://www.nationofchange.org/2015/11/28/4-ways-exxon-fou...

http://www.lemonde.fr/cop21/article/2015/12/05/a-montreuil-le-petrolier-exxon-condamne-par-les-ecologistes_4825416_4527432.html

http://www.politico.com/story/2016/05/exxon-climate-campaign-222920

http://www.businessfinancenews.com/25455-exxon-mobil-corporation-xom-denies-allegations-related-to-climate-change/

http://money.cnn.com/2016/10/26/investing/exxonmobil-stock-oil-prices/

 

Wall Street pro-Exxon :

http://www.valuewalk.com/2013/04/qatar-and-exxon-mobil-sign-natural-gas-treaty/

 

 

 

 

Tillerson est d'autant plus dangereux que les affaires du Big Oil vont mal :

 160426145624-exxon-debt-profits-780x439.jpg

newsimage-1-exscre.jpg

 

Exxon contre l'environnement : coupable et éteignoir...

exxonlies.jpg

There is no doubt - Exxon Knew CO2 pollution.jpg

exxonsec-news1.jpg

LI-10-Exxon-Knew-620x423.png

Prosecute_Exxon_CHV.jpg

IMG_0206-1024x637.jpg

tweet_donald.png

 

 

 

Commentaires

DIRECTEMENT

> Certains "prétendaient" depuis longtemps que la finance mondiale contrôlait le politique. Et bien voila, nous en avons la démonstration époustouflante : la politique est menée DIRECTEMENT (et ouvertement) par des financiers et des multinationales. Même Hollywood habitué à faire des navets et des merdes (de plusieurs millions) n'aurait jamais osé faire un scénario comme celui-là.
Que vont faire les citoyens quand ils vont sortir de leur gueule de bois ? Compte tenu du nombre d'armes en circulation (et des mentalités) aux US, je crains qu'une guerre civile là-bas ne fasse passer Bachar El Assad (voir Daech) pour d'aimables amateurs...
Cela me refait penser à la République de Gêne au XVII°siècle qui contrôlait tout par l'argent, mais qui en réalité n'avait plus aucune force militaire, plus aucun pouvoir politique. Tout n'était que finance, guerres par des mercenaires, crédit, dette, et effondrement brutal ....
Rien de nouveau sous le soleil a dit l'Ecclésiaste ...
Cdt,
______

Écrit par : Bergil / | 14/12/2016

SA SEULE FAUTE

> Tout ce que nos journaux trouvent à redire sur Tillerson c'est qu'il serait "ami de Poutine".
Ça c'est impardonnable. Sa seule faute. Le reste on s'en fout. 'Libération' et 'Le Monde' font même semblant de croire que Tillerson n'est plus climato-sceptique sous prétexte qu'il a fait une déclaration prudente pour se protéger de l'offensive contre lui aux USA.
______

Écrit par : S. Reymondon / | 14/12/2016

INTELLIGENCE

> J'allais écrire un commentaire sur le seul défaut que la presse attribue à M. Tillerson, mais c'est déjà fait... Ajoutons-y cependant une observation sur les mauvaises affaires des pétroliers : ne pourraient-ils pas avoir l'intelligence d'y voir une bonne occasion de s'intéresser sérieusement(*) à d'autres sources d'énergies, plus viables, à condition que de telles sources existent vraiment ?

(*) Et pas seulement, comme cela est à soupçonner, en déposant sur de telles sources quantité de brevets dissuasifs pour qui voudrait s'y pencher sans se ruiner.
______

Écrit par : Sven Laval / | 14/12/2016

LA CONSOMMATION

> Quand je discute avec mes collègues de physique, ils me disent presque tous que les énergies dites renouvelables, ne pourront être que des appoints. il n'y a rien pour remplacer le pétrole ou le charbon au niveau où nous consommons l'énergie. Cela passe d'abord par une diminution drastique de la consommation d'énergie ce qui implique de repenser radicalement notre monde et éliminer tout ce qui est inutile dans les déplacements, la communication, la production etc.
______

Écrit par : VF / | 15/12/2016

à VF :

> votre commentaire est un incontestable corollaire à mon "à condition que de telles sources existent vraiment".
______

Écrit par : Sven Laval / | 15/12/2016

LE RÉALISME

> Tout à fait, Sven.
Mais on bourre le crâne des gens avec le mantra: "la science résoudra le problème" ! Dans les nouveaux programmes de géographie de collège, il y a des chapitres entiers sur le développement durable, les énergies renouvelables mais toujours sur le thème de demain, ça marchera... Jamais le réalisme n'est envisagé c'est-à-dire que 90% de notre consommation d'énergie repose sur les énergies fossiles et 2% sur le renouvelable et que ce renouvelable ne progresse pas vraiment. Sans parle de l'impact de la productions des équipements (éoliennes, panneaux solaires, batteries, hydroliennes, etc).
______

Écrit par : VF / | 15/12/2016

RENOUVELABLES

> Les énergies renouvelables sont loin de n'être que des appoints. La diminution drastique de leur coût, l’amélioration constante de leur rendement couplés à leur gestion intelligente, mettant fin au gaspillage constaté aujourd'hui, n'est pas un rêve mais une révolution qui a lieu sous nos yeux.
La trumperie dénoncée ici est aussi une erreur de diagnostic venue de gens très conservateurs.
______

Écrit par : Renaud / | 15/12/2016

@ VF

> "une diminution drastique de la consommation d'énergie ce qui implique de repenser radicalement notre monde et éliminer tout ce qui est inutile dans les déplacements, la communication, la production etc."
Première source de consommation d'énergie dans le monde : internet. Bien avant le transport aérien, auquel on pense spontanément.
Soyons honnêtes : la quasi-totalité des 'choix décroissants' dans nos vies (renoncer à ...) sont faits par nécessité. Cette "diminution drastique de la consommation d'énergie" ne pourra résulter que d'un effondrement de civilisation. D'une immense épreuve collective.
______

Écrit par : Feld / | 15/12/2016

à VF :

> "la science résoudra le problème" est en effet un mantra souvent entendu. Etant ingénieur moi-même, il me laisse sceptique. Il faut commencer en effet par faire preuve de mesure.
(Et, à propos d'ingénieurs et de scepticisme devant le mantra cité plus haut, la lecture de "L'Âge des low-tech" de P. Bihouix (encore un ingénieur), paru en 2014, est fort recommandable.)
______

Écrit par : Sven Laval / | 16/12/2016

à Sven:

> C'est un mantra mais je me doute que pour certains, il s'agit d'une façon de se dédouaner de leur irresponsabilité totale au profit de leur égoïsme le plus cynique. Il n'y a qu'à penser au nucléaire. Là, le mantra s'applique à fond. Cela fait des décennies que l'on entends dire que la science va bientôt résoudre le problème des déchets...
Feld, je ne sais pas si on peut parler d'effondrement de civilisation. il y aura un bouleversement profond, certes, mais la vision post-apocalyptique, je n'y crois plus guère.
______

Écrit par : VF / | 16/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.