Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2016

Gauche bidon (et droite béton)

4El8Hx4o_400x400.jpeg

A quoi rime le hoax de la "menace contre l'IVG" :


 

 

Dans son combat pour "rassembler" un PS qu'il a lui-même divisé, Manuel Valls utilisera une arme factice : l'IVG, prétendument menacée par "les réactionnaires".

Cette "menace" est bidon :

tout à l'heure à France Culture, la ministre Laurence Rossignol (famille-enfance-droits de l'homme) affirmait que les réactionnaires mettent désormais en danger la liberté d'avorter. En réalité, les sites qu'elle met en scène aujourd'hui existaient de longue date... Il n'y a donc pas de "danger inédit dû à la montée des droites" - lesquelles s'empresseront de ne toucher à rien quand elles seront au pouvoir. D'où la question : pourquoi (pour qui) Mme Rossignol a-t-elle lancé cette agitation ?

Quelques minutes plus tôt, un éditorialiste affirmait que "l'IVG revient au premier plan de l'actualité (?) avec François Fillon qui lui est hostile..." En réalité M. Fillon dit - et prouve - qu'il n'a rien fait ni ne fera rien contre l'IVG. Répétons donc la question : pour quoi (pour qui) l'entourage de M. Valls lance-t-il cette agitation qui ressemble à un prétexte ?

Il s'agit d'une opération politicienne.

La politique politicienne devenant un marketing des moeurs, l'IVG et le "mariage pour tous" sont devenus le seul lien d'une gauche en déliquescence.

Hormis le sacré des Nouvelles Moeurs (sacré qu'ils partagent avec les multinationales atlantiques !), quoi de commun entre Manuel Valls et, par exemple, Arnaud Montebourg ? Ils ne sont d'accord sur rien : ni sur le sens de l'activité économique, ni sur celui de la vie en société. Ni sur la construction européenne. Ni sur la mondialisation...

Or M. Montebourg sera dangereux pour M. Valls à la primaire de janvier. Pour "combattre ce problème" [*], comme il dit, M. Valls n'a qu'une issue : noyer la différence de M. Montebourg dans un consensus.

Donc "le tambour bat, le clairon sonne" (comme dans la chanson 1900 : "Qui reste en arrière ? personne..."), pour annoncer que la Réaction relève la tête. C'est afin de proclamer la Gauche En Danger sur le seul terrain où elle puisse feindre l'unité : son dernier sol sacré, celui des moeurs privées  - le politique ayant déserté celui de l'intérêt public.

Dans les deux mois qui viennent, de nouveau le tambour battra, le clairon sonnera, pour nous dire cette fois que "le mariage pour tous" est en danger (et l'on tirera Mme Taubira de la retraite où elle préparait son élection à l'Académie)...

Cette alarme-là sera aussi peu fondée que la précédente.

Mais si la politique est descendue à ce niveau, c'est qu'elle  s'est laissée éclipser depuis vingt-cinq ans par les questions de moeurs. Et si les questions de moeurs se sont substituées à la politique, ce n'est pas un hasard. L'opération "IVG en danger" n'est pas non plus un complot des Illuminati. Tout ça ne tombe pas de la lune : il s'agit de l'un des signes d'une panne de civilisation, économiquement et idéologiquement liée au "libéralisme totalitaire" (expression lancée naguère par le P. Schooyans). Panne souvent évoquée dans notre blog et analysée par de nombreux essais ; le dernier en date est le livre [**] que vient de publier Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre, et dont nous parlerons très bientôt.

 

__________

[*]  Lapsus freudien de sa part ? En bon français on ne "combat" pas un problème : on le "résout".

[**]  Construisons-nous une société humaine ou inhumaine ? (EditionsduMoulin.com, septembre 2016).

 

 

10:36 Publié dans Idées, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ivg, valls, fillon

Commentaires

> Oups. Merci.
______

Écrit par : à Hélène / | 07/12/2016

MANIPS

> Le même type de manipulation qui annonce que la Russie va attaquer l'Europe dans quelques instants... enfin, tout à l'heure, ou du moins avant ce soir.
Quant à Valls, il fera partie de ceux qui demanderont un recomptage des voix dés le soir du premier tour.
______

Écrit par : Yann / | 07/12/2016

GIRARD

> C'est l'illustration limpide de René Girard: la mise à mort de l'innocent rabiboche ses bourreaux.
______

Écrit par : RH / | 07/12/2016

LE VIDE

> L'opération tentée par Juppé et ses "conseillers" dès le lendemain du premier tour des primaires de la droite de monter un hoax sur cette question de l'avortement contre Fillon a fait long-feu, c'est le moins qu'on puisse dire... Mais cela n'empêche pas Valls et ses conseillers de tenter à nouveau l'opération ! C'est dire le vide dans lequel tous ils se trouvent.
______

Écrit par : B.H. / | 07/12/2016

AU SÉNAT

> Progrès sensible au Sénat, ce 7 décembre.
En effet, voici le texte des parlementaires socialistes emmenés par Bruno Le Roux, revu par la commission des affaires sociales, que voulait faire voter la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol :
« L’article L.2223-2 du code de la santé publique [cf. note ci-dessous*] est complété par un alinéa ainsi rédigé :
“– soit en exerçant, par tout moyen de communication au public, y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne, des allégations, indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse”. »
Et voici le texte voté par le Sénat, majoritairement à droite : exit la mention d’entrave numérique. Il n’y a pas de nouvel alinéa, mais la refonte du dernier alinéa actuellement en vigueur :
« Le dernier alinéa de l’article L.2223-2 du code de la santé publique est ainsi rédigé :
“– soit en exerçant, par tout moyen, des pressions morales et psychologiques, des menaces ou tout acte d’intimidation à l’encontre des personnes cherchant à s’informer sur une interruption volontaire de grossesse, des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans les établissements mentionnés au même article L.2212-2, des femmes venues y subir une interruption volontaire de grossesse ou de l’entourage de ces dernières.” »
Bien évidemment, les députés socialistes vont tuer dans l‘œuf, en 2e lecture, cette relative « rébellion » sénatoriale ! Car ainsi rédigé, il paraît plus difficile d'incriminer les sites d'information sur l'IVG dénoncés par le gouvernement et les députés socialistes. Le juge ne pourrait pas se contenter des « allégations » et « indications » si cruelles aux lobbyistes de l'avortement et il faudrait en effet prouver l'existence de « menace » et d'« intimidation » à l'encontre des personnes cherchant à s'informer…

* NB : L’article actuellement en vigueur est ainsi rédigé : « Est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher de pratiquer ou de s'informer sur une interruption de grossesse ou les actes préalables prévus par les articles L.2212-3 à L.2212-8 :
- soit en perturbant de quelque manière que ce soit l'accès aux établissements mentionnés à l'article L.2212-2, la libre circulation des personnes à l'intérieur de ces établissements ou les conditions de travail des personnels médicaux et non médicaux ;
- soit en exerçant des pressions morales et psychologiques, des menaces ou tout acte d'intimidation à l'encontre des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans ces établissements, des femmes venues y subir ou s'informer sur une interruption volontaire de grossesse ou de l'entourage de ces dernières. »
______

Écrit par : Denis / | 07/12/2016

LOIN

> Le storytelling sur l'IVG qu'on nous impose est très loin des préoccupations des Français, et montre encore un peu plus le décalage entre les politiques et les médias d'un côté, et le peuple de l'autre. Sa priorité actuelle, c'est plus le droit au logement que le droit à l'avortement.
______

Écrit par : Anne Josnin / | 07/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.