Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2017

Emmanuel Macron, "un futur président déjà haï"

Francois-Ruffin-realisateur-Merci-patron-aussi-initiateurs-mouvement-Nuit-debout_0_730_485.jpg

Lettre ouverte de François Ruffin dans Le Monde (extraits) :


<<  Lundi 1er mai, au matin, j’étais à la braderie du quartier Saint-Maurice, à Amiens, l’après-midi à celle de Longueau, distribuant mon tract de candidat, j’ai discuté avec des centaines de personnes, et ça se respire dans l’air : vous êtes haï. Ça m’a frappé, vraiment, impressionné, stupéfait : vous êtes haï. C’était pareil la veille au circuit moto-cross de Flixecourt, à l’intuition, comme ça, dans les discussions : vous êtes haï. Ça confirme mon sentiment, lors de mes échanges quotidiens chez les Whirlpool : vous êtes haï. Vous êtes haï par « les sans-droits, les oubliés, les sans-grade » [...] Vous êtes haï, tant ils ressentent en vous, et à raison, l’élite arrogante...  >>

<<  Votre économiste parlait, le 30 avril, comme un missionnaire du FMI : « Réduire la dépense publique », « les coupes d’abord dans le social », « sur l’assurance-maladie », « la tarification à l’acte », « l’assurance-chômage », « les collectivités locales ». Tout y passait.  Et d’insister sur le traitement de choc : « C’est très important, le calendrier, il faut aller très vite. Il faut miser sur le capital politique de l’élection pour démarrer les grandes réformes dès le début, dès le début. [...]  Mais de quel « capital politique » parlez-vous ? [...] Des millions de Français ne se déplaceront pas, qui ne veulent pas choisir entre « la peste et le choléra », qui vous sont d’ores et déjà hostiles. C’est sur cette base rikiki, sur cette légitimité fragile que vous comptez mener vos régressions à marche forcée ? Que ça passe ou ça casse ? Vous êtes haï, monsieur Macron, et je suis inquiet pour mon pays, moins pour ce dimanche soir que pour plus tard, pour dans cinq ans ou avant : que ça bascule vraiment, que la « fracture sociale » ne tourne au déchirement. Vous portez en vous la guerre sociale comme la nuée porte l’orage. A bon entendeur.  >>

 

Commentaires

EN 5 ÉTAPES

> La violence de François Ruffin est réaliste et méritée.
En effet, l"élection probable de Macron est une démonstration de l'emprise de la sphère financière, qui a fabriqué cette opération en cinq étapes :
- escamotage du bilan du quinquennat (qui fut pourtant une longue capitulation de la "gauche de gouvernement" entre les mains de la finance);
- blocage de Mélenchon par Hamon (sans lequel Mélenchon serait arrivé en 1ère position au premier tour, refoulant Macron en 2ème position, Le Pen en 3ème et Fillon en 4ème ;
- victoire à l'arraché de Macron au 1er tour ;
- pseudo face-à-face au second tour entre Macron (fourberie maquillée en compétence) et la peu crédible (donc inquiétante) Marine Le Pen ;
- victoire probable de Macron au second tour.
Après quoi nous assisterons à la dissolution finale du politique dans la technocratie financière - et au naufrage de la France des abandonnés, perspective dont la bourgeoisie n'a évidemment rien à f...
Félicitons encore la Conférence épiscopale de ne pas être tombée dans le piège.
______

Écrit par : PP / | 04/05/2017

Très juste

> Oui heureusement que Mgr Pontier a tenu bon et n'a pas cédé à la pression médiatique sur "l'antifascisme" qui justifierait le vote Macron. Comme le dit E Bastié, le Pen n'est pas fasciste, elle est nulle et démagogue.
______

Écrit par : Ludovic / | 04/05/2017

ÉLECTION VOLÉE

> Il est clair que c'est une élection volée au peuple. La démocratie est morte et l'oligarchie à pris le pouvoir. Mais qu'est-ce qu'elle est minable, cette oligarchie du XXIe s. Au moins celles de Rome, de Venise, de la Hanse ou de Florence avaient su créer du beau. Là, on a The Voice ou Koons...
______

Écrit par : VF / | 04/05/2017

à Ludovic

> Oui sauf que E. Bastié dit sa préférence pour l'autre Le Pen, Marion, économiquement libérale. Cela met d'ailleurs un gros point d'interrogation sur la revue 'Limite' dont elle est rédactrice en chef. Libéralisme-écologie, bel oxymore. De qui se moque-t-on ?
______

Écrit par : marie-dominique / | 04/05/2017

REVUE LIMITES

@ Marie-Dominique. Je ne crois pas que les autres membres de 'Limites' aient une quelconque préférence pour Marion M. Le Pen : ni Gaultier Bès, ni Paul Picarretta, ni Fabrice Hadjadj, et sa rubrique des "dernières nouvelles de l'homme", lequel s'est appliqué à mettre en relation le taylorisme avec les abattoirs de masse de Chicago de la fin du XIXème siècle, avec citation à l'appui de Taylor qui indique qu'il s'est inspiré de ces "chaînes de démontage" [des animaux] pour concevoir sa rationalisation extrême des chaînes de montages des usines; lequel va même débusquer la folie technocratique jusque dans la thèse de l'"Intelligent Dessein", où il voit une projection de la figure de l'ingénieur sur Dieu.
Enfin, pour en citer un dernier, je ne crois pas non plus qu'on puisse soupçonner Paul Colrat, ce Lyonnais cofondateur des "Alternatives catholiques" (le lepénisme, même sous forme "marionniste" n'est pas du goût de cette association), auteurs de quelques articles dans la revue 'Limites' et proche des fondateurs.
______

Écrit par : Aurélien Million / | 04/05/2017

POUR SE PASSER DU "SYSTÈME"

> Bon, je reviens râler un coup. C'est bien sympa de dire que Macron est haï, que l'on vote pour lui par défaut, qu'il n'a pas de capital politique etc. mais que se passera-t-il lundi? Rien. les syndicats sont moribonds ou corrompus et ne bougeront pas, du moins de manière efficace. Ils feront un peu de bruit histoire de...mais c'est tout. Les associations? Elles sont tenues par les subventions. Bref, il va avoir le pouvoir et en fera ce qu'il veut. Et en face, il n'y aura rien, comme d'habitude depuis 40 ans.
Tous ceux qui se disent alternatifs, comme Ruffin, devraient plutôt penser à organiser une vraie désobéissance civile, concrète et praticable au lieu de vouloir entrer dans la machine. Arriver à fédérer les laissés pour compte, les exclus, les mécontents, et créer quelque chose qui, culturellement et économiquement serait viable : voilà le défi pour se passer du "système". J'ai bien peur que l'on ait encore une nuit debout bis, du bla-bla et des postures qui ne changeront rien.
______

Écrit par : VF / | 04/05/2017

FILLON

> Dans le scénario en 5 étapes, vous oubliez l'assassinat de Fillon me semble t il
Par ailleurs j'ai deux questions sur Hamon:
-il n'a pas été choisi par quelques personnes, mais a gagné la primaire
-Melenchon n'était pas aussi haut en janvier dans les sondages.

Ludovic


[ PP à Ludovic - Fillon ne se serait pas laissé "assassiner" s'il n'avait pas manoeuvré de façon aussi aberrante. D'autre part "l'assassinat" (la révélation de diverses affaires) n'a été qu'exploité par le gouvernement. Le coup initial est venu de l'intérieur de LR... ]

réponse

Écrit par : Ludovic / | 05/05/2017

@ marie-dominique

> Ce qui est important pour restreindre le libéralisme, actuellement, ce n'est pas d'ajouter des règles sur le dos des activités de notre pays, c'est de freiner les mouvements de marchandises et de capitaux entre pays. Le reste est littérature.
Il vaut mieux s'afficher libéral mais vouloir des restrictions douanières et le contrôle des changes, que la posture inverse qui est soit inconscience soit hypocrisie.

PH


[ PP à PH - Vouloir des restrictions douanières (et le contrôle des changes !) est prohibé par le libéralisme en vigueur. Pourquoi coller l'étiquette "libérale" sur une politique qui ne le serait pas ? ]

réponse au commentaire

Écrit par : Pierre Huet / | 05/05/2017

@ PP

> Si Hamon s’était rallié à ou désisté en faveur de Mélenchon, ce dernier aurait été qualifié pour le 2e tour mais c'est Le Pen qu'il aurait probablement affrontée. Car une grande part des votes de gauche pour Macron (40 % environ) fut composée de votes "utiles" eux-mêmes motivés par les sondages (qui ont de fait de nos jours un rôle important qui fausse en partie la démocratie) et ils visaient à qualifier un candidat vaguement de gauche pouvant éliminer Le Pen au 2d tour. Une partie de ces électeurs de gauche aurait donc choisi par conviction de voter Mélenchon ou bien Hamon si ce dernier avait maintenu sa candidature, éliminant de fait Macron du 2d tour, si les sondages ne les avaient pas influencés. Les électeurs de Le Pen ont pour la plupart voté pour elle par conviction et non par défaut. Elle aurait donc été qualifiée pour le 2d tour dans tous les cas de figure.
______

Écrit par : Benoit Marie / | 05/05/2017

"SANS LES AFFAIRES" ?

> Je ne vous suis pas totalement sur votre raisonnement: qu'aurait fait le camp Macron si Fillon n'avait pas eu ses affaires ? Avec Hamon, il n'avait aucune chance contre Fillon ?

Ludovic


[ PP à Ludovic :

- Je ne crois pas avoir laissé entendre que Macron n'aurait eu "aucune chance contre Fillon". Au contraire : Fillon et ses affaires cadraient parfaitement avec l'opération Macron.
- Quant à Fillon "sans ses affaires"... L'hypothèse ne se présentait pas : ces affaires étaient connues de longue date à l'Elysée, depuis les fuites venues - par vendetta - de leaders
de LR.
- Les fillonnistes pieux n'avaient aucune idée de tout ça, quand ils se sont embarqués dans ce bateau "cum hymnis et canticis".
______

Écrit par : Ludovic / | 05/05/2017

HAINE

> Un discours de haine ne peut être une attitude politique responsable.

MG


[ PP à MG - Je ne suis pas certain que Ruffin tienne lui-même "un discours de haine" :
il constate l'existence d'une haine, sociale, et qui vient du désespoir. Vous le savez bien :
cette sorte de haine ne se soigne pas avec des condamnations, surtout quand elles viennent de nos milieux dits favorisés... ]

réponse au commentaire

Écrit par : Michel de Guibert / | 06/05/2017

@ PP

> Mon propos visait tous les discours de haine, pas seulement le propos de Ruffin, et nous en avons entendu d'autres, la haine est toujours hideuse.
Je ne suis pas certain que Ruffin ne fasse pas parler les gens à sa place, figure de style, ou qu'il ne souffle pas sur le feu plutôt que d'être artisan de paix.
Mais vous avez complètement raison de rappeler que cette sorte de haine ne se soigne pas par des condamnations.
Simplement, je suis inquiet de ce climat de guerre civile qui se développe.
______

Écrit par : Michel de Guibert / | 06/05/2017

ET ENSUITE

> Battre Le Pen, et ensuite ?
https://youtu.be/MeOq-gUG_BA
C'est l'émission produite par Mediapart, qui donne l'occasion d'un vrai débat et échange d'idées avec Macron...
Je trouve que cela donne de l'espoir pour la suite, si le débat est possible.
A mon avis : le "combat" continue et ce n'est pas le scrutin ponctuel de l'élection qui devra plomber notre engagement au coeur du monde qui a besoin de nous.
______

Écrit par : TZ / | 06/05/2017

@ PP

> Libéral, dans le vocabulaire courant est un mot fourre-tout, et il est employé souvent en opposition à la bureaucratie tatillonne et oppressante pour les agriculteurs, artisans PME, mais beaucoup moins pour les grands groupes qui peuvent s'offrir les moyens de traiter ses effets.
Vous avez raison de souligner cette ambiguïté qui rabat les honnêtes électeurs vers le néolibéralisme.
______

Écrit par : Pierre Huet / | 07/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.